Charriots télescopiquesJLG ferme trois sites de production

JLG ferme trois sites de production
L'industrie belge va être durement touchée par les mesures prises par JLG de restructurer sa production mondiale de matériels de manutention. En effet, ce constructeur, filiale du groupe américain Oshkosh Corporation, a annoncé le 26 janvier vouloir fermer son site de production et d'inspection avant livraison de Maasmechelen en Belgique, supprimer des lignes de production de son usine américaine d'Orrville (Ohio) et restructurer l'établissement spécialisé en ingénierie de Bruntinghorpe, au Royaume-Uni. L'ensemble de ces mesures priveront d'emploi 525 salariés. La production de ces sites  pourrait cesser d'ici au 30 septembre et l'ensemble des installations de Maasmechelen fermer d'ici 12 à 18 mois. Seul un petit groupe d'employés pourrait être maintenu en Belgique et au Royaume-Uni. L'activité d'Orrville dédiée à des matériels spécifiques aux marchés nord-américains sera transférée vers d'autres sites de JLG situés en Pennsylvanie. L'offre de charriots télescopiques destinés aux pays d'Europe, d'Afrique et du Moyen-Orient va être rationalisée et simplifiée. Une gamme restreinte de modèles continuera à être produite dans une usine située à Medias (Roumanie). En plus de fabriquer des machines sous les couleurs de JLG, le site de Maasmechelen produit aussi les gammes de chargeurs télescopiques de Caterpillar et de Deutz-Fahr.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Robotisation

Aisprid va cueillir des tomates

Tracteur

New Holland : une cabine connectée pour les T7 HD

Broyage

Un mode Eco/Power pour le broyeur Noremat

Composants hydrauliques

Concentration dans le monde des vérins

Récolte

Le Devastator réduit les pieds de maïs à néant

Pneumatiques

Vredestein : Des pneumatiques adaptés au labour

Nouvelles technologies

Horsch prêt pour la robotisation

Composants, organes de transmissions

Comer Industries absorbe Walterscheid

Épandage de lisier

Garant Kotte prend pied en France