Informatique agricoleLes machines vont pouvoir se parler

Les machines vont pouvoir se parler
Huit acteurs de l'informatique agricole ont démontré lors du congrès IoF (Internet of Food & Farm) tenu début mars à Alméria (Espagne), que des données pouvaient facilement s'échanger dans un format standardisé entre des machines agricoles et des logiciels développés par des marques différentes. Cette étape technologique est essentielle pour permettre à l'agriculture de bénéficier des apports technologiques promis par l'IoT, l'Internet des objets, ou par les masses de données produites par le  « digital farming ». Pour cela, ces huit partenaires, parmi lesquels 365 FarmNet, un éditeur de logiciels de gestion de fermes en ligne ; l'université danoise d'Aarhus, Agrointelli, un informaticien danois développant des capteurs, des solutions de vision et d'intelligence artificielle pour machines agricoles ; l'université néerlandaise de Wageningen ainsi que les groupes Agco, CNH Industrial, Grimme et Kverneland, ont fait appel à un logiciel Adapt conçu par l'informaticien américain AgGateway. L'outil est une boite à outils développée en Open Source utilisant un format universel de données et pouvant se brancher facilement sur des logiciels d'origines différentes. Il facilite les traductions de données entre différentes machines.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Semoir

Un interrang supplémentaire pour l'U-Drill de Kverneland

Résultat troisième trimestre

John Deere ralentit

Semoir direct

Le semoir Simtech aux boudins en élastomère

Résultats deuxième trimestre

Des ventes en repli pour CNH Industrial

Arracheuse intégrale à betteraves

Les heures n’effraient pas la Ropa EuroTiger V8-4

Résultats deuxième trimestre

Agco marque le pas

Pulvérisation

Basf transfère les bidons en sécurité

Utilitaire

Un SSV à pris attractif chez Can-Am

Pommes de terre

Un système anti-érosion chez AVR