Informatique agricoleLes machines vont pouvoir se parler

Les machines vont pouvoir se parler
Huit acteurs de l'informatique agricole ont démontré lors du congrès IoF (Internet of Food & Farm) tenu début mars à Alméria (Espagne), que des données pouvaient facilement s'échanger dans un format standardisé entre des machines agricoles et des logiciels développés par des marques différentes. Cette étape technologique est essentielle pour permettre à l'agriculture de bénéficier des apports technologiques promis par l'IoT, l'Internet des objets, ou par les masses de données produites par le  « digital farming ». Pour cela, ces huit partenaires, parmi lesquels 365 FarmNet, un éditeur de logiciels de gestion de fermes en ligne ; l'université danoise d'Aarhus, Agrointelli, un informaticien danois développant des capteurs, des solutions de vision et d'intelligence artificielle pour machines agricoles ; l'université néerlandaise de Wageningen ainsi que les groupes Agco, CNH Industrial, Grimme et Kverneland, ont fait appel à un logiciel Adapt conçu par l'informaticien américain AgGateway. L'outil est une boite à outils développée en Open Source utilisant un format universel de données et pouvant se brancher facilement sur des logiciels d'origines différentes. Il facilite les traductions de données entre différentes machines.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Matériels de pommes de terre

Grimme trouve un partenaire en Inde

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent