Claas: Les Scorpion plus musclés

Claas: Les Scorpion plus musclés

Début juillet, Claas dévoilait les dernières évolutions de son offre en matériels de manutention et de fenaison en Moselle, près de son usine de presses de Woippy. Cet événement, suivi en plusieurs sessions par 150 journalistes internationaux et les réseaux français et allemand, s'est tenu dans un environnement pour le moins original : une carrière de pierres de l'arrière-pays messin.

La mue des Scorpion

Claas renouvelle en profondeur sa série de chariots télescopiques Scorpion après en avoir commercialisé plus de dix mille depuis leur lancement en 2005. La fabrication de ces appareils est toujours assurée par l'Allemand Kramer, une filiale du groupe WackerNeuson. Les six modèles qui composent cette nouvelle offre présentent des capacités de levage de 3 à 5,5 tonnes (contre 4,4 tonnes au maximum jusqu'alors) et des hauteurs d'intervention maximales de 6 à 8,8 mètres. La gamme ne comprend toujours pas de modèle très compact. L'industriel reste fidèle au motoriste Deutz, qui fournit des blocs à quatre cylindres, désormais en phase avec les normes antipollution Stage IIIB, protégés par un Les presses Variant se perfectionnent Une série d'améliorations gagne les presses à balles rondes à chambre variable Variant 360, 365, 380 et 385 lancées en 2012. Pour la prochaine campagne, elles accèdent en option à un ramasseur de 2,35 mètres de largeur DIN. Celui-ci intègre un système rénové de tension automatique de chaîne. Le fabricant a également réduit à six secondes le temps total nécessaire pour ouvrir et refermer la porte de la chambre. Afin de limiter la durée de maintenance de la machine, l'utilisateur bénéficie d'un plus grand réservoir d'huile de lubrification des chaînes (six litres contre trois précédemment) et de deux bancs optionnels de graissage centralisé. Ces presses Variant reçoivent sur demande l'indicateur d'humidité emprunté à la gamme Quadrant, dont les mesures sont visibles sur la console Claas Communicator II. capot latéral redessiné. Les Scorpion reçoiventla transmission hydrostatique Varipower. Les deux modèles de plus forte capacité disposent d'un régime moteur réduit à vitesse maximale. Tous accèdent, de série ou en option, à une pompe hydraulique de travail load sensing. Celle des deux machines haut de gamme se distingue par un débit impressionnant de 187 l/min à 260 bars. En standard, la flèche bénéficie d'un système de gestion des surcharges à quatre modes baptisé Smart Handling et d'une suspension active quelles que soient la hauteur ou la charge manipulée qui se désactive manuellement ou automatiquement au-delà de 7 km/h. Les designers ont par ailleurs remanié le poste de conduite des nouveaux Scorpion, désormais plus spacieux. La plupart des cadrans d'indication sont maintenant logés sur le montant avant droit de la cabine. Le monolevier, installé sur l'accoudoir du siège, regroupe l'ensemble des fonctions de pilotage de la flèche, l'unique inverseur et les trois gammes d'avancement. Il présente également un bouton de rappel de la position du tablier, à angle paramétrable. Au pied du joystick, un accélérateur à main et un régulateur de vitesse optionnel facilitent l'usage d'outils dotés de moteurs hydrauliques. À l'extérieur, deux coffres de rangement, de 44 litres chacun, habillent la masse du pied de flèche. Le travail nocturne est facilité par neuf phares de travail (LED en option). Le rayon de giration de l'ensemble de ces modèles avoisine les 3,75 mètres. Claas annonce une disponibilité en France fin 2013 pour les trois modèles les plus puissants, en mars 2014 pour les autres.  

Crop sensor : ajuster ses apports d'engrais en temps réel

Bénéficier d'un rendement plus élevé tout en réduisant la quantité d'azote épandue : telle est la promesse faite par Claas avec le nouveau capteur optique Crop Sensor Isaria. Le constructeur lance en effet, avec l'appui de la société d'Outre-Rhin Fritzmeier Umwelttechnik, une solution Isobus pour déterminer instantanément la dose d'engrais nécessaire et moduler l'apport à l'échelle intraparcellaire. L'équipement fonctionne de jour comme de nuit sur n'importe quel type de culture. Il s'installe sur le relevage avant du tracteur et se combine à un distributeur d'engrais arrière au standard Isobus. Léger (66 kg), il se compose de deux arceaux animés électriquement. Chaque demi-rampe accueille un capteur optique et quatre LED d'éclairage à son extrémité. Au cours de l'avancement, le système maintient la position des capteurs à 80 cm environ au-dessus de la culture. Il mesure jusqu'à mille fois par seconde la réflexion de la lumière par les plantes dans un rayon de 50 cm de diamètre de part et d'autre du tracteur. Le module détermine et exploite les indices NDVI d'estimation des besoins en azote et IBI de biomasse. Il prend également en compte le rendement escompté, par exemple à partir d'une carte précédemment établie par l'automotrice de récolte. Le Crop Sensor Isaria s'utilise avec un terminal compatible Isobus. Selon Claas, 75 modèles de présérie auraient déjà été commercialisés, principalement en Allemagne et au Royaume-Uni.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Commerce international

Les tracteurs italiens au ralenti

Récolte des fourrages

Deux enrubanneuses traînées aux couleurs Fendt

Tracteur d'occasion

Peu de points à surveiller sur les John Deere série 6R

Pommes de terre

La fraise Dewulf SC300 renforcée

Manutention

Un minipelle à zéro déport de 2,3 t pour Yanmar

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn