PortraitSerge Monod : le déneigement comme sur le nouveau continent

Serge Monod et son associée, Nadia Moreau, gèrent la société Track Équipement, qui s’est spécialisée dans la distribution d’outils de déneigement canadiens.
Serge Monod et son associée, Nadia Moreau, gèrent la société Track Équipement, qui s’est spécialisée dans la distribution d’outils de déneigement canadiens.

Établi dans le commerce de matériels agricoles depuis le milieu des années 1970, Serge Monod a commencé l’import d’équipements canadiens avec les systèmes de chenilles Soucy Track, avant de se spécialiser dans les outils de déneigement. Il distribue aujourd’hui des lames et des fraises à neige de conception nord-américaine.

Les lames à neige se comptent par dizaines sur le parking de Track Équipement, à Porte-de-Savoie (Savoie). Il suffit de pousser la porte du hall d’exposition pour y dénombrer près de dix fraises à neige. C’est sûr, nous sommes chez le spécialiste du matériel de déneigement : Serge Monod. S’il s’est depuis peu totalement consacré à la distribution de ce type d’équipement, il n’en est pas à son coup d’essai dans le domaine de l’importation et de la distribution de matériels. Il faut remonter jusqu’en 1947, année qui vit les premiers pas de la famille Monod dans le métier. Lucien, le père de Serge, ouvre alors un atelier à Méry (Savoie) où il exerce la chaudronnerie et la serrurerie. Les années suivantes, il se lance dans le commerce de tracteurs et de matériels agricoles. Ses trois fils reprennent l’affaire en 1976. Serge Monod fonde en 2009 la société Track Équipement, tournée vers la distribution en France des systèmes de chenilles en caoutchouc du Canadien Soucy Track. Ceux-ci peuvent s’adapter à des tracteurs ou à des automoteurs de récolte. Cette première expérience permet à l’entrepreneur d’apprécier les méthodes de travail et de fabrication nord-américaines. En 2010, Serge Monod et ses deux frères se séparent. Le premier crée Serge Monod Équipement. Cette société distribue notamment les tracteurs Valtra en Savoie et en Isère, ainsi que les pelleteuses Takeuchi. Track Équipement poursuit en parallèle son développement et élargit son panel d’activités en 2016 avec l’importation et la commercialisation des lames de déneigement Métal Pless, elles aussi originaires du Canada.

En plus de lames droites, Métal Pless produit des étraves dont le racleur repose sur la même conception.

 

Une conception différente

La gamme Métal Pless répond à de nombreuses applications, avec des largeurs de lames de 1,5 à 14,5 m. Elle se différencie des productions européennes par sa conception. « Contrairement aux lames que l’on trouve habituellement, Métal Pless a dissocié le racleur du tablier, expose Serge Monod. Ce dernier se compose d’une partie centrale fixe et de deux volets orientables à 90°, vers l’avant et vers l’arrière. La largeur de la partie centrale est déterminée en fonction du gabarit de l’engin équipé, et celle des volets correspond aux besoins de l’application. Le racleur, pour sa part, est constitué de plusieurs sections métalliques plaquées au sol par des ressorts. La lame offre un suivi de sol aussi efficace qu’avec un racleur en caoutchouc, mais bénéficie d’une plus grande longévité. » Les racleurs sont montés sur des supports amortis par ressorts, autorisant ainsi leur effacement vers l’arrière en cas de rencontre avec un obstacle. Les lames Métal Pless s’adaptent à tous types d’engins grâce à des interfaces boulonnées. Le constructeur canadien a par ailleurs établi ses quartiers européens dans les locaux de Track Équipement et embauché un technicien, dont la mission consiste à assurer le montage et le service après-vente des lames commercialisées en Europe.

Normand construit des fraises à neige dans la gamme standard, en rouge, et des modèles renforcés, reconnaissables à leur couleur jaune.

Les fraises à neige en renfort

Fort de ce premier succès, Serge Monod souhaite compléter son offre et se tourne, en 2018, vers un autre constructeur canadien : Normand. Ce dernier propose une large gamme de fraises à neige, entraînées par prise de force. L’offre s’étend des modèles les plus simples, destinés aux particuliers et aux agriculteurs, jusqu’aux machines plus lourdes, pour les usages intensifs. Normand fabrique également des fraises « inversées ». « Ces machines s’attellent derrière le tracteur et travaillent dans le sens d’avancement. Le tracteur roule donc sur la neige, mais cette disposition simplifie l’utilisation et ne nécessite pas un relevage avant avec prise de force frontale, indique Serge Monod. Aujourd’hui, Normand produit environ 3 500 fraises par an, dont près de la moitié sont des modèles à montage inversé. » En 2020, le chef d’entreprise cède sa concession Serge Monod Équipement pour se concentrer sur la distribution des matériels canadiens au travers de Track Équipement. Cette dernière a encore étoffé son catalogue au cours de l’année 2021, avec les fraises à neige Larue. « Cette marque est une référence au Canada. Contrairement aux fraises Normand, les machines Larue embarquent un moteur, et l’ensemble ne forme qu’un bloc. Les puissances disponibles vont de 100 à 1 000 ch. »

Les fraises Larue embarquent un moteur et s’attellent à l’avant d’une chargeuse articulée, accroissant la polyvalence de cette dernière. - Crédit : Larue

Plus de polyvalence sur les chargeuses

Ces fraises s’accrochent devant les chargeuses articulées, à la place du godet. Ceci rend leur manipulation aisée. « La position haute de la cabine offre une très bonne visibilité, et le bras de la chargeuse permet de soulever la fraise, si besoin. L’installation se fait rapidement, et l’équipement peut se ranger facilement pendant l’été lorsque la chargeuse est affectée à d’autres travaux. Les automotrices présentes sur le marché sont des engins spécialisés qui coûtent très cher. Le couple chargeuse-fraise autonome constitue une alternative intéressante pour les communes et les prestataires de déneigement », analyse Serge Monod. Ce dernier s’avoue surpris de l’intérêt porté par sa clientèle sur ces machines, qu’il propose seulement depuis cette année. Il va d’ailleurs organiser des démonstrations au cours de l’hiver afin de faire connaître ces équipements venus d’outre-Atlantique.

L’interface boulonnée des lames Métal Pless permet de les accrocher à une chargeuse, ou à l’avant d’un poids lourd, à l’aide d’une plaque Setra.

 

Trois compagnies familiales québécoises

Les équipements de déneigement distribués par Serge Monod proviennent de trois firmes implantées au Québec (Canada). Celles-ci appartiennent toujours aux familles de leurs fondateurs respectifs. Ainsi, Métal Pless est issue d’une entreprise fondée en 1976 avec l’usinage de structures et de pièces de machines. Au fil du temps, une gamme d’outils dédiés au déneigement est mise au point par Luc Vigneault, le fondateur. Son fils Jimmy reprend le flambeau en 2000 et donne le nom de Métal Pless à l’entreprise en 2008. La Compagnie Normand, pour sa part, a été créée en 1857 et fabrique alors des roues en bois. À l’aube du XXe siècle, elle commence à produire des équipements agricoles, tels des wagons, des remorques et des lames niveleuses. Elle développe également des fraises à neige ainsi que des épandeurs de sel et de sable. Elle emploie aujourd’hui 85 salariés et est dirigée par la cinquième génération de la famille Normand. Enfin, André Larue a fondé sa société en 1973, se concentrant alors sur la réparation d’engins dotés de moteurs diesels, puis sur la remise en état d’équipements de déneigement. Il finit par développer sa propre gamme de fraises autonomes et automotrices. Aujourd’hui dans les mains de ses fils, Denis et Louis Larue, l’entreprise s’est forgé une réputation dans le domaine et équipe notamment des aéroports, des municipalités et des agences gouvernementales.

Les fraises à montage inversé constituent environ la moitié de la production du constructeur Normand.

 

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Recherche et Développement

De l’espace en plus pour tester les machines Pöttinger

Immatriculations de tracteurs

+2,7 % de tracteurs standards en 2021

Pièces tournantes

NSK renouvelle ses paliers pour travail du sol

Petits-fruits

Une start-up de plus pour Kubota

Accord

Tobroco-Giant fabrique pour Doosan

Résultat exercice 2020-2021

Krone frôle les 2,2 milliards

Immatriculations de tracteurs

Millésime en trompe l’œil en Pologne

Pneumatiques agricoles

Continental à la reconquête de la première monte

Immatriculations de tracteurs

Retour à la normale au Royaume-Uni