TrimbleLa navigation sous toutes ses formes

La navigation sous toutes ses formes

Trimble fait partie de ces entreprises de haute technologie à avoir participé à la formidable émulation qui a régné dans la Silicon Valley californienne au cours des années quatre-vingt. Aujourd'hui, elle s'adapte à l'agriculture européenne.

Trimble a été créée en 1978 par Charlie Trimble et deux anciens d'Hewlett Packard pour travailler sur des systèmes de navigation et de positionnement compatibles avec la technologie Loran, un procédé de radionavigation s'appuyant des balises terrestres. Mais très vite, la jeune start-up s'est intéressée aux possibilités offertes par les systèmes spatiaux. Ses balbutiements coïncidaient, en effet, avec le lancement du premier satellite Navstar, ébauche du réseau GPS. Trimble a donc commencé à produire différents systèmes de positionnement pour des utilisations en recherche ou en exploitations pétrolières offshore. Plus tard, l'électronicien s'est attaché à miniaturiser ses systèmes et à améliorer leur précision. Il a commencé, à partir de 1989, à développer la correction différentielle (dGPS) et, à partir de 1992, le RTK (cinématique en temps réel). Depuis, ce spécialiste a proposé des solutions pour toutes les professions intéressées par le positionnement. Il intervient dans des domaines aussi variés que les travaux publics, les transports, la logistique, la cartographie, la gestion des ressources naturelles, la défense et, bien sûr, l'agriculture. Durant toutes ces années, l'entreprise a connu une croissance dynamique et s'est adonnée, partout dans le monde, à de frénétiques acquisitions d'activités ou de start-up hautement spécialisées. Aujourd'hui, elle est implantée dans trente pays et a réalisé, en 2011, un chiffre d'affaires de 1,6 Md$. Son métier de fabricant de capteurs et de boîtiers électroniques évolue progressivement vers la fourniture de solutions complètes.Cinq distributeurs en FrancePour l'agriculture, Trimble commercialise une gamme complète de systèmes de guidage et d'autoguidage, des capteurs de biomasse, des boîtiers Isobus ou de correction GPS et même des logiciels d'échanges de données ou d'édition de cartes de préconisations. Il propose aussi bien des abonnements à son propre service de correction Omnistar qu'à des signaux RTK par balise radio ou par diffusion via la téléphonie mobile. « Pour nous, l'important est d'être compatible avec tous les systèmes. Nous restons neutres vis-à-vis des marques », explique Séverine Brisset, responsable commerciale chez Trimble. Les différents produits sont livrés, pour une part, aux constructeurs. Trimble et CNH ont ainsi conclu en 2003 un accord de fourniture de systèmes d'autoguidage pour équiper les machines Case IH et New Holland. Pour l'autre part, ils sont vendus au travers d'un réseau de distributeurs indépendants. La marque en compte cinq en France. Ce réseau est soutenu par une vingtaine de techniciens dédiés à l'agriculture. « Les systèmes étant tous développés aux États-Unis, cette équipe fait le relais avec les besoins européens. Les pulvérisateurs européens, par exemple sont très différents de ceux utilisés outre-Atlantique », explique Séverine Brisset. 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Travail du sol

Des déchaumeurs Kverneland Enduro polyvalents

Miniatures

Weise Toys présente le Fendt 510C Turboshift

Travail du sol

Des équipements supplémentaires sur les outils Razol

Récolte pommes de terre

Dewulf améliore l'effanage sur son arracheuse RA3060

Utilitaire

Plus de grip pour le Quad Yamaha Kodiak 450 EPS

Récolte

La console 4640 sur les série T et W de John Deere

Essai tracteur

Claas Arion 660 CMatic, taillé pour les travaux lourds

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Une charrue monoroue Kverneland 6300 S

Essai tracteur

Claas Arion 660 CMatic : le point technique