Agriculture de précision« Farmstar Expert, mon assurance efficacité »

« Farmstar Expert, mon assurance efficacité »
Matériel Agricole vous propose, tout au long de ce mois de décembre, de (re)découvrir des exemples de producteurs adeptes de l'agriculture de précision. Ce travail, paru en début d'année dans Matériel Agricole n°220, relate plusieurs expériences de céréaliers exploitant les images aériennes ou satellitaires pour ajuster au mieux leurs apports d'intrants.
Bruno Moreau, agriculteur à Villers-le-Sec (Aisne), sollicite sa coopérative Cerena pour moduler les apports d'azote sur les blés et colzas de son exploitation.
Les satellites d'Airbus Defence & Space veillent depuis près de 10 ans sur les parcelles de blé et de colza de Bruno Moreau. L'agriculteur axonais, installé à Villers-le-Sec, s'appuie sur les images spatiales du service Farmstar Expert pour moduler chaque année ses apports d'azote. Cette solution lui permet d'optimiser les rendements de ses cultures tout en garantissant l'efficacité de ses épandages d'engrais. Bruno Moreau, de la SCEA Moreau, n'utilise pas uniquement les satellites pour autoguider ses tracteurs. L'agriculteur, installé à Villers-le-Sec (Aisne), profite de ces atypiques engins pour mesurer la réflectance de ses blés et colzas. Le céréalier n'est cependant pas encore équipé de sa propre flotte spatiale. Il délègue en effet, depuis près de dix campagnes, la mesure du taux de chlorophylle de ses plantes à la solution FarmStar Expert. Ce service, proposé par sa coopérative Cerena, lui permet d'obtenir facilement la dose prévisionnelle d'azote à épandre sur ses cultures. « Cela m'évite notamment la réalisation de reliquats azotés et m'assure le respect de la réglementation en vigueur », avance l'exploitant.
Les satellites, avions et drones utilisés par FarmStar Expert déduisent le taux de chlorophylle des plantes en mesurant leur réflectance.
L'outil ne s'appuie pas uniquement sur les photographies des satellites. « Je dois d'abord lui indiquer mon objectif de rendement, la variété implantée, la date de semis et la densité de grains par mètre carré. Le logiciel comptabilise également les effets de la minéralisation de l'azote contenu dans les précédents et les amendements organiques.» Le survol des parcelles avant puis après l'hiver permet au dispositif d'estimer le nombre total d'unités à épandre sur ses cultures. « Il m'a par exemple recommandé de fournir uniquement 70 U d'azote par hectare de colza sortie hiver. Cela paraît un peu faible mais s'avère pleinement justifié vus les rendements obtenus les années précédentes. » Les blés sont quant à eux survolés une troisième fois, début mai, soit quelques jours avant leur épiaison. Cette technique permet de réévaluer en cours d'année les besoins de la plante pour tenter d'obtenir, au final, le meilleur taux de protéines. « Les préconisations pour le troisième apport arrivaient parfois tardivement, au lancement de FarmStar, et compliquait l'application des 30 à 70 dernières unités, explique Bruno Moreau. D'autant que l'utilisation exclusive de solutions liquides risque de brûler l'épi. » L'élargissement de la flotte de satellites, d'avions et de drones multiplie les possibilités de survols pour désormais fournir, selon l'agriculteur, les cartes de modulation en temps voulu. La modulation gérée manuellement L'exploitant continue de contrôler les variations de doses de ses derniers apports depuis le terminal de son pulvérisateur Evrard Meteor. « FarmStar Expert me fournit une carte avec deux grandes zones modélisant les besoins de l'îlot. J'ajuste ensuite, manuellement, le volume de solution à apporter. L'appareil est déjà équipé de la coupure de tronçons par GPS mais pas encore de la modulation de dose. Une clé d'activation me permettra d'y accéder à l'avenir. J'aurai ainsi la possibilité d'importer une carte de préconisation avec davantage de zones pour adapter plus précisément encore les apports d'azote ». Cet outil d'aide à la décision, facturé 10€/ha par le groupe coopératif, n'est pas forcément un gage d'économie d'intrants selon l'utilisateur. « Je ne réduis pas vraiment mon volume de fertilisant mais je suis assuré que chaque unité apportée profitera aux plantes. Le service FarmStar Expert offre également la possibilité de conserver une certaine autonomie de travail en comparaison aux différentes prestations proposées par des entrepreneurs équipés de capteurs de colorimétrie embarqués. D'autant que la fertilisation du dernier apport de blé, au stade gonflement, ne laisse que peu de marge de manœuvre », explique Bruno Moreau.
L'outil FarmStar Expert fournit la dose totale d'azote à appliquer sur les cultures puis réévalue, en cours d'année, la quantité de fertilisant à apporter au dernier apport.
L'offre Famstar Expert comprend également un module dédié à la protection des plantes. L'outil s'appuie notamment sur les données météorologiques et sur la date de semis des blés pour alerter ses abonnés du risque de piétin verse. Il fournit également, fin mai, la date d'application d'un éventuel fongicide contre la fusariose. L'attrait des exploitants pour l'agriculture de précision et la démocratisation de ses solutions promet néanmoins de nouvelles évolutions pour l'avenir. « Je suis persuadé que les producteurs auront accès, dans un futur proche, à leur propre drone et au logiciel de traitement des données lié, imagine Bruno Moreau. La détection des mauvaises herbes depuis le ciel serait désormais un nouvel axe à étudier. La différenciation d'un Gaillet Gratteron du blé me permettrait par exemple d'opter pour le programme de désherbage le plus approprié. Cette technique remplacerait, à terme, les traitements systématiques d'une parcelle par des applications très localisées ».    Retrouvez ici d'autres articles sur le thème de l'agriculture de précision grâce aux images prises du ciel.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Agritechnica 2019 - Epandage

La maintenance du répartiteur de lisier accélérée

Agritechnica 2019 - Pulvérisation

Des automoteurs Horsch pour les France

Agritechnica 2019 - Pneumatique

Nokian Ground King, roi des pneus

Agritechnica 2019 - Tracteur

Stage V pour les Massey Ferguson 6700 S à 4 cylindres

Agritechnica 2019 - Fenaison

La V6 met le turbo chez McHale

Agritechnica 2019 - Récolte des fourrage

Les autochargeuses Stautmann Magnon succèdent aux Tera-Vitesse

Agritechnica 2019-Pulvérisateur

307 ch pour le pulvérisateur Fendt Rogator 665

Agritechnica 2019 - Epandage

La tonne à lisier Samson TG cible le marché français

Agritechnica 2019 - Tracteur

Le Claas Xerion reçoit quatre chenilles