Mitas : le pneu se métamorphose en chenille

Mitas : le pneu se métamorphose en chenille

Le Pneutrac de Mitas, ce pneumatique aux flancs atypiques accueilli comme une étude de style sans réel lendemain au moment du Sima, a encore deux années devant lui avant d'être commercialisé. Pour nous prouver les intérêts de ce concept révolutionnaire, le manufacturier nous a déjà invités à le tester au champ et sur un circuit automobile allemand.

Beaucoup de concepts meurent aussitôt leur présentation faite au grand public. Le manufacturier tchèque Mitas en a décidé autrement pour son Pneutrac. Ce pneumatique aux flancs très spécifiques, présenté à l'occasion du Sima, se rapproche doucement de sa version finale. La marque nous a même conviés à le tester à Hanovre, en Allemagne, sur le circuit de l'Adac, la fédération des automobiles clubs allemands, spécialisée dans la pédagogie des usagers de la route et dans les tests de véhicules. Le lieu, certes entouré de plaines agricoles, n'apparaît pas, de prime abord, comme le plus adapté à l'essai d'un pneumatique de tracteur. Mitas s'est efforcé de nous prouver le contraire en détaillant, pour commencer, le mode de fabrication du Pneutrac. Son inventeur, Avishay Novoplansky, illustre la technologie de ce pneumatique en combinant deux gobelets à eau, fond contre fond. Simplissime, son exposé modélise la forme de ce pneu doté de flancs internes contrairement à un modèle classique. Cette spécificité leur offre une plus grande plage de déformation au bénéfice de la surface de contact avec le sol. La marque annonce même l'augmenter de plus de 50 %, en comparaison d'un pneu classique de même taille, et de 33 % par rapport à un modèle doté de flancs à grande flexion IF. Il détrônerait même les pneumatiques haut de gamme VF, à flancs à très grande flexion, en offrant 25 % de surface en plus tout en admettant une vitesse d'avancement maximale de 65 km/h. Pour nous prouver l'efficacité de son nouveau-né, Mitas nous conduit dans les champs où deux Claas Arion de même puissance et de même masse, chaussés de pneumatiques 480/65R28 à l'avant et 600/65R38 à l'arrière, nous attendent côte à côte avec leur déchaumeur à disques indépendants de 3 m. Le premier bénéficie de pneumatiques VF gonflés à leur pression minimale de 0,8 bar, tandis que le second utilise des Pneutrac se contentant de 0,4 bar pour supporter la même charge.  

Moins de patinage de visu

  Les deux tracteurs s'élancent au top départ, à la même vitesse et au même régime. L'Arion équipé des Pneutrac se détache rapidement en limitant son taux de patinage. La déformation des flancs, comparable à celle d'un pneu crevé, augmente la surface de contact avec le sol et limite ainsi le taux de patinage. Mitas nous emmène ensuite sur le tarmac de la piste pour un nouvel essai avec, cette fois, deux Case IH Maxxum de 130 ch. Les tracteurs réalisent d'abord un passage sur des chevrons disposés au sol puis effectuent un slalom entre des plots de signalisation. Là encore, le Pneutrac s'affranchit des morceaux de bois en les absorbant dans sa déformation. Le chauffeur est ainsi nettement moins chahuté en cabine. Contrairement aux a priori, ce pneumatique est également moins sensible que son homologue classique aux prises de roulis lors des changements de direction du tracteur devant chaque plot. La troisième taille de Pneutrac disponible, le 280/70R18, a d'ailleurs été montée sur des minichargeuses à direction par ripage pour tester la robustesse de ses flancs et apprécier le gain de confort. Mitas envisage maintenant de comparer son dernier-né à des chenilles. La marque souhaite en effet multiplier les essais et développer de nouvelles dimensions avant d'entreprendre toute commercialisation. Andrew Mabin, le directeur des ventes de la marque, espère néanmoins injecter ce produit sur le marché du pneumatique dès la fin 2017. Cette décision nécessitera cependant, et contre toute attente, l'approbation du manufacturier Trelleborg, un des principaux concurrents de Mitas. La firme suédoise s'est en effet offert, à l'occasion de l'Agritechnica, le groupe tchèque CGS notamment détenteur de la filiale Mitas. La route du Pneutrac n'est donc pas encore toute tracée.  

Une bonbonne intégrée au pneu

  Mitas a été récompensé d'une médaille d'or au palmarès d'Agritechnica pour son pneu dans le pneu, baptisé AirCell. Cet équipement, inventé en 1962, se compose en fait d'une chambre rigide intégrée entre la jante et le pneumatique classique. Cette dernière, alimentée par le compresseur du tracteur, renferme un important volume d'air susceptible d'augmenter d'un bar la pression d'un pneumatique 710/75R42 en une trentaine de secondes seulement quand il faut près de trois minutes pour un télégonflage classique. À l'inverse, ce dispositif demande aussi peu de temps pour diminuer la pression des pneumatiques dès l'arrivée au champ. Les ingénieurs du tractoriste Fendt, avec qui la marque étudie ce projet depuis sept ans, ont cependant ajouté au concept originel les vannes pilotées à distance. Le catalogue d'options des Fendt Vario 900 intégrera ce dispositif à compter du mois de novembre 2016.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Part de marché

Les outils non animés à disques se portent bien

Elevage

Des autochargeuses Jeulin plus stables

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale