« Je pulvérise de 8 à 18 km/h et de 80 à 250 l/ha avec l'Opti-Spray »

« Je pulvérise de 8 à 18 km/h et de 80 à 250 l/ha avec l'Opti-Spray »

Pulvériser plus vite et bénéficier d'une plus large plage d'utilisation sont les deux principaux critères ayant motivé l'achat de l'équipement Opti-Spray par Grégoire Leger, agriculteur bas-normand. L'exploitant espère maintenant profiter pleinement des capacités de son appareil traîné Météor 3500 d'Evrard en modulant instantanément les apports d'azote liquide, de 0 à 100 unités, selon les préconisations Farmstar.

12 km/h était une allure de pulvérisation plutôt rapide dans les petites parcelles ou les fourrières et trop lente dans les grands champs bien plats », signale d'emblée Grégoire Leger, agriculteur à Vrigny (Orne), pour justifier l'achat du système Opti- Spray. L'équipement, monté sur son pulvérisateur traîné Météor 3500, a été présenté par le constructeur Evrard au Sima 2011 et livré chez lui un an plus tard. Il lui permet d'intervenir aujourd'hui sur une plus large plage de vitesses, entre 8 et 18 km/h, au sein d'une même parcelle.   « La gestion électropneumatique des porte-jets à quatre sorties de l'Opti-Spray autorise en effet la pulvérisation avec une, deux, trois voire quatre buses simultanément, explique l'associé du Gaec Leger. Comme une buse correspond à un débit pour une pression, quatre buses autorisent 15 combinaisons. La présence de trois buses différentes à jet plat sur mon pulvérisateur, soit sept combinaisons, est même suffisante pour mes opérations et me permet d'explorer toute la plage d'utilisation souhaitée. Je pulvérise ainsi toujours à la bonne pression quels que soient la vitesse d'avancement et le débit, de 80 l/ha pour plus d'autonomie jusqu'à 250 l/ha pour éviter les brûlures du lin. »   Des essais réalisés avec la Chambre d'agriculture de l'Orne, au moyen de papiers hydrosensibles, ont révélé l'efficacité du système à 100 l/ha. « À cette dose, la couverture des feuilles à 25 km/h s'avère aussi bonne qu'à 8 km/h, constate l'exploitant. Lorsque le débit est plus faible, notamment à 40 l/ha, la couverture peut être insuffisante pour certains traitements. Alors les conditions climatiques doivent être optimales. Mais couramment, je pulvérise à 100 l/ha. Ce débit me permet de traiter 40 ha, avec ma cuve de 3 800 litres, soit la moitié de mon assolement en blé. » 18 km/h reste l'allure maximale que se fixe l'agriculteur, bien que les limites du système Opti-Spray ne soient pas atteintes.   Le tracteur de 140 chevaux tirant le pulvérisateur ne parvient parfois pas à cette vitesse lorsque la cuve est pleine. Pour des raisons de confort et de stabilité de la rampe, un modèle en aluminium de 28 mètres, la vitesse en fourrière ne dépasse guère 10 km/h. Le système change alors automatiquement jusqu'à cinq fois de combinaison de buses à l'approche de la fermeture de la pulvérisation et autant au redémarrage.  

De 0 à 100 unités d'azote avec deux buses

  L'augmentation du débit de chantier fut la motivation première de l'agriculteur. Grégoire Leger apprécie aujourd'hui la qualité de pulvérisation du système Opti-Spray. Celui-ci permet par exemple de changer rapidement de plage de travail et de s'adapter plus facilement aux conditions météorologiques. « Sans descendre du tracteur, je peux augmenter la taille des gouttes en privilégiant les plus gros calibres de buses et en diminuant la pression quand le vent augmente et inversement. Avec l'Opti-Spray, pour la plupart de mes applications, je n'ai plus non plus besoin de changer manuellement un jeu de buses. Je sélectionne depuis le boîtier le type de buse souhaité (jet plat ou 5 filets) et ne travaille qu'avec une seule variante même si les deux types sont montés sur la rampe. » à court terme, l'agriculteur souhaite moduler les apports d'azote au sein d'une même parcelle, comme il a commencé à le faire pour ses engrais de fond avec son épandeur.   Il a établi avec la société Défisol une cartographie intraparcellaire précise de la richesse de ses sols de la plaine d'Argentan et du bocage normand en éléments fertilisants (K2O, P2O5, MgO, CaO et pH). 250 analyses de terre, correspondant à autant de microparcelles historiquement homogènes, ont été réalisées. Les cartes de richesse sont ensuite traduites en cartes de modulation afin d'apporter la bonne dose d'engrais à chaque zone de la parcelle. « Dans le même esprit, pour moduler mes apports d'azote liquide, je compte m'abonner aux services Farmstar. J'espère ainsi, pour le blé, l'orge d'hiver et le colza, varier instantanément la dose du dernier apport entre 20 et 100 unités d'azote. Je parviens en effet à couvrir cette plage de travail avec seulement deux buses », explique l'exploitant.   L'agriculteur regrette néanmoins la présence de seulement quatre porte-buses sur la rampe pourvue du système Opti-Spray. « Je ne monte que deux types de buses, à savoir trois à jets plats et un à 5 filets. Lors des apports d'azote au stade épi 1 cm, je dois changer manuellement un jeu et monter deux buses à 5 filets pour l'azote et deux à fente pour les autres applications, regrette Grégoire Leger. Autre inconvénient : la présence de tuyaux supplémentaires sur la rampe pour alimenter la coupure pneumatique de chaque jet représente un risque de panne supplémentaire. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Clôture électrique

La clôture électrique plus jamais emmêlée avec Patura Pro

Publirédactionnel

Les épandeurs X40+ X50+ Econov passent à l'entraînement hydraulique

Pommes de terre

Agronomic détruit les fanes mécaniquement

Pommes de terre

Ropa récolte de deux manières

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command mieux qu'une CVT?

Mélangeuses à vis verticales

Les mélangeuses Mastermix de Robert pour les petites et moyennes exploitations

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command : Les mesures au banc (partie 3)

Travail superficiel

Le canadien porté se replie chez Quivogne

Tracteur

Case IH : ne m’appelez plus jamais Versum !