Une réponse à la protection des cultures sensibles

Une réponse à la protection des cultures sensibles

Obtenir une protection intégrale des plantes n'est pas chose facile. Philippe Lebourg, agriculteur dans les plaines landaises en sait quelque chose. L'importante végétation et l'extrême sensibilité aux maladies cryptogamiques de ses cultures de haricots verts, bulbes de lys et carottes l'ont amené à opter pour un pulvérisateur John Deere 840i doté du dispositif Twin Fluid. Une association gagnante pour son exploitation.

Chaque partie de nos plantes doit être traitée avec précision », explique Philippe Lebourg, agriculteur à Cestas, en Gironde. L'exploitant n'a pas choisi les cultures les plus faciles à gérer : maïs, bulbes de lys, haricots verts et carottes. Ce sont surtout ces trois dernières plantes qui réclament une attention particulière. « Les lys ont une densité de végétation importante. Ils mesurent en effet jusqu'à un mètre de haut. Difficile dans ces conditions d'atteindre l'ensemble des feuilles présentes sur les tiges. » L'utilisation d'un pulvérisateur classique a donc vite montré ses limites. L'exploitant devait en effet travailler à des doses importantes et se contenter d'atteindre les 15 centimètres supérieurs de la plante. « Souvent utilisées car efficacescontre le vent, les buses antidérives de ces outils créent, à l'inverse de ce que l'on recherche, de grosses gouttes et donc une moindre couverture. »   Les appareils dotés d'un dispositif d'assistance pneumatique par manche à air ont ensuite permis d'obtenir un meilleur placage de la bouillie sur le végétal. Malgré leurs meilleures performances, ces pulvérisateurs n'ont pas convaincu Philippe Lebourg. Leur manque de fiabilité et leur forte consommation de puissance auront eu raison de leur présence sur l'exploitation. « Le système de régulation Twin Fluid de John Deere, utilisé par un de nos voisins pour ses carottes nous a séduits. L'adjonction d'air dans la buse permet la formation de fines gouttelettes et garantit ainsi la création d'un brouillard dans la masse végétale », décrit l'agriculteur. « En plaçant du papier buvard sur et sous les feuilles, nous avons pu constater l'efficacité de ce dispositif », ajoute Yohann Jourdin, chef de culture au Domaine des 3 lagunes.  

Une qualité sanitaire exemplaire

  « Depuis l'achat de l'appareil, nous parvenons à écarter les attaques des différents agents pathogènes. L'utilisation de cette technique est aussi valable pour préserver les blés de la septoriose, maladie débutant souvent son développement au pied de la céréale, mais également pour les pommes de terre qui, comme les lys ou les haricots verts, ont un feuillage développé et une forte sensibilité aux cryptogames. » Les herbicides voient, eux aussi, leur action dopée par la création des fines gouttelettes. « L'adventice cachée derrière la motte de terre et inatteignable auparavant reçoit, grâce à cet effet de brouillard, la solution d'herbicide. » Cette meilleure pénétration a également autorisé la réduction des doses d'application. « Nous travaillons, en moyenne, et quel que soit le type de produit, à des dosages 10 à 15 % inférieurs à ceux préconisés par notre technicien. » Le surcoût du dispositif est donc, selon eux, rentabilisé en moins de deux années compte tenu des prix pratiqués sur les produits spécifiques à ces cultures.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Agritechnica 2019 - Déchaumeur à dents

L'Allrounder Flatline de Köckerling suit bien le terrain

Manutention

JCB inaugure son nouveau siège allemand

Tracteur

McCormick X7.624 : un modèle haut de gamme

Récolte

Les John Deere S700 s'adaptent au vent

Séchage du foin

Le séchoir de balles Clim.Air.50 carbure au bois

Remorque autochargeuse

Belair : une "Selection" à 3 distributions

Agritechnica 2019 - Pulvérisation

Des Kuhn Deltis de 1 000 et 1 500 L

Presse à balles rondes

La V6 met le turbo chez McHale

Manutention

Manitou ouvre un nouveau « Training Center »