Horsch : l'innovation prend forme

Horsch : l'innovation prend forme

Le constructeur allemand Horsch a convié début juin la presse française en République Tchèque, dans l'une de ses fermes expérimentales. Après un tour d'horizon au champ de l'ensemble des gammes, Michael Horsch nous a laissés entrevoir les voies de développement de la marque.

La firme allemande Horsch connaît depuis ces quatre dernières années un accroissement important de ses ventes. Elle enregistre un chiffre d'affaires de plus de 250 M€ pour l'année 2013, soit une progression constante de 145 % par rapport à 2010. Le constructeur a profité de ses bons résultats de 2013 pour moderniser ses moyens de production internationaux. Ainsi, le site de Ronneburg (Allemagne) a vu sa capacité de fabrication doublée et accueille désormais des chaînes de peinture à poudre, de découpe et de soudure pour châssis. Une usine d'assemblage et de peinture flambant neuve de 15 000 m² a également été érigée à Mapleton (États-Unis).

Les parcours des machines sous surveillance

L'implantation russe de Lipetzk possède désormais de nouveaux bâtiments de stockage et administratifs ainsi qu'un centre de formation. En parallèle de la mise en oeuvre, la firme bavaroise consacre cinq pour cent de son chiffre d'affaires à la recherche et développement. Des expérimentations à grande échelle sont menées dans plusieurs fermes pilotes dont celle baptisée AgroVation, acquise en 2012. Cette structure, composée de 3 300 hectares, se situe dans le village de Knezmost (République Tchèque), à 70 km au nord-est de Prague. La surface totale de l'exploitation, regroupée d'un seul tenant, se prête particulièrement à l'étude du concept Controlled Traffic Farming (CTF). En effet, l'analyse du parcours au champ d'une machine équipée d'un système de géolocalisation a révélé des tracées aléatoires, amenant au constat que 80 à 85 % des surfaces subissent au moins le passage d'un outil. Les équipes Horsch ont donc mis au point différentes techniques pour minimiser le plus possible les surfaces compactées. La première étape résidait dans la digitalisation de l'ensemble de l'exploitation et la définition des voies de passage associées à chacun des travaux (36 mètres pour la pulvérisation, 12 mètres pour les semis, 6 mètres pour le travail du sol...). Ensuite, les données ont été chargées dans le système de géolocalisation avant que les machines n'entrent en jeu. Horsch a fait le choix d'équiper tous ses matériels de chenilles montées sur des essieux de trois mètres de large car elles limitent la compaction des sols. Loin d'être un standard, cette technique implique l'adaptation de certains matériels. L'épandeur à engrais et la tonne à lisier adoptent ainsi un train de chenilles en voie de trois mètres et la vis de vidange de la moissonneuse-batteuse a été prolongée de 2,70 mètres afin d'atteindre les 12 mètres nécessaires pour vider dans le transbordeur. La télémétrie vient parachever cette organisation puisqu'elle indique la voie sur laquelle doivent se positionner les camions pour alimenter la pulvérisation ou réceptionner le grain. À ce jour, 80 % de l'exploitation sont convertis au CTF et les 20 % restants, cultivés de façon traditionnelle, jouent le rôle de témoin. Horsch annonce avoir atteint l'objectif de 15 % seulement de surfaces compactées. Reste maintenant à mesurer les bienfaits agronomiques de la technique.

Les automoteurs se font désirer

Le pulvérisateur automoteur Leeb PT 270 renferme un moteur six cylindres Deutz de 7,1 litres développant 270 chevaux. Sa cabine prend place à l'avant d'un châssis intégral qui supporte une cuve en inox de 8 000 litres. La rampe de 36 mètres adopte le système BoomControl permettant d'atteindre des vitesses de pulvérisation de l'ordre de 23 km/h. Le Leeb PT 330, embarque quant à lui un moteur Mercedes développant 330 chevaux et des suspensions indépendantes. La cabine centrale culmine à une hauteur variable de 1,40 à 1,60 mètre plaçant ainsi le conducteur au plus proche des cultures. La rampe de 36 mètres se replie de part et d'autre de la cuve sans dépassement de la cabine. Ce pulvérisateur automoteur adopte un système d'alimentation rapide qui, en quelques minutes, remplit les 6 000 litres de la cuve. Ce modèle, préconisé pour la pulvérisation à bas volume, sera produit à seulement quelques exemplaires au cours de l'année prochaine.

Une nouvelle génération de pulvérisateur traîné

Horsch s'investit pleinement dans le développement de pulvérisateurs depuis le rachat du constructeur Leeb en 2011. La gamme de machines traînées Leeb GS arbore une nouvelle physionomie. Elle compte trois modèles pourvus de cuves de 6 000, 7 000 et 8 000 litres. Ces dernières sont conçues en acier inoxydable pour simplifier leur nettoyage. Le bac d'incorporation circulaire de grande capacité, fabriqué dans le même matériau, facilite la préparation de la bouillie et le rinçage. Ces outils possèdent une pompe de pulvérisation centrifuge assurant un débit de 1 000 l/min maximum et secondée par une pompe d'amorçage à membrane. Cette dernière, sollicitée également pour le rinçage du pulvérisateur, puise l'eau claire dans un réservoir de 530 litres prenant place à l'arrière de la cuve principale. Ces modèles se munissent, en option, d'un essieu suiveur et du système de pilotage de rampe BoomControl Pro. Ce dispositif à parallélogramme rend indépendant le châssis de la rampe. La stabilité de cette dernière est pilotée hydrauliquement par deux vérins, dépendants d'un gyroscope et de quatre capteurs. De plus, la sensibilité de compensation est paramétrable en fonction de la culture, ainsi elle sera plutôt lente pour du colza et un peu plus rapide pour du blé. La rampe des GS, disponible en largeur de 21 à 36 mètres, se replie en quatre tronçons. Elle se dote de série du système d'éclairage à LED Nightlight facilitant les applications de nuit. Elle inclut également deux rangées de buses permettant la combinaison de buses simples ou multiples avec des espacements de 50 à 25 centimètres. Le plus petit intervalle permet de s'approcher au plus près des cultures tout en réduisant les effets de vent.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus