Rogator 300 : de nouveaux Challenger entrent sur le ring

Rogator 300 : de nouveaux Challenger entrent sur le ring

Challenger, marque du groupe Agco connue pour ses tracteurs à chenilles et ses automoteurs de pulvérisation, s'invite sur le marché très courtisé des pulvérisateurs traînés avec les Rogator 300. La firme nous a accueillis fin juillet sur son site de production néerlandais de Grubbenvorst pour nous présenter en exclusivité ces nouveaux appareils. À notre tour de vous en dévoiler les caractéristiques avant même leur lancement officiel au salon Agritechnica.

Fort de son expérience de plus d'un demi-siècle dans le domaine de la pulvérisation, Challenger enrichit enfin son catalogue en lançant des pulvérisateurs traînés. Quatre appareils positionnés haut de gamme composent la nouvelle série dénommée Rogator 300. Leur identification est assez simple, car les deux derniers numéros renseignent sur le volume de la cuve principale. Ainsi, le Rogator 333 dispose de 3 300 litres de capacité, le 344 de 4 400 litres, le 355 de 5 500 litres et le 366 de 6 600 litres. Pour concevoir ces modèles traînés, les ingénieurs ont repris de nombreux éléments éprouvés sur les pulvérisateurs automoteurs Rogator 600. Ainsi, les nouveaux appareils bénéficient du châssis monopoutre et du support de rampe ancré au centre de la machine pour un meilleur équilibre. La faible largeur de leur poutre principale autorise par ailleurs le montage d'une grande diversité de tailles de pneumatiques, jusqu'à 710 mm de large et 2,05 m de haut. Ces dimensions imposantes n'entravent en rien le fonctionnement de l'essieu suiveur qui conserve un angle de braquage de 35 degrés.  

Isobus de série

  L'accrochage et le dételage s'effectuent rapidement en raison du faible nombre d'éléments connectés. En effet, les Rogator 300, uniquement disponibles en version Isobus, ne demandent, sur le plan électrique, que de raccorder la prise répondant à cette norme et celle de l'éclairage. Puis, selon les versions, ils nécessitent de brancher la prise de force dans le cas d'un pulvérisateur équipé d'une centrale hydraulique ou les flexibles pour les machines animées hydrauliquement via le dispositif Power Beyond du tracteur (voir l'article de Matériel Agricole no 211 de juin 2015, rubrique « Techno »). La première solution sera à privilégier avec les tracteurs anciens ou présentant un faible débit hydraulique. Une fois l'appareil accroché, la béquille se replie hydrauliquement depuis le terminal Isobus en cabine. Elle s'intègre sous la flèche pour être le moins agressive possible vis-à-vis des plantes traitées. D'ailleurs, le respect des cultures est un des points particulièrement travaillés par le fabricant lors de la conception de ces nouveaux pulvérisateurs. La partie inférieure est entièrement carénée, laissant peu de possibilités d'accumulation de matières et limitant les dommages sur les cultures. Le train roulant profite également du savoirfaire acquis sur les automoteurs. En version suspendue, il dispose en effet d'un amortissement par double triangulation. Sa voie est facilement adaptable par le montage d'entretoises.  

Des rangements importants

  L'ensemble du poste de mise en oeuvre est, lui aussi, commun à celui des automoteurs Challenger Rogator 600. Le panneau de commande est lisible et relativement simple à utiliser. Des rangements importants ont été disposés de chaque côté de la machine. Un coffre, d'un volume de 340 à 475 litres selon la capacité du pulvérisateur, est accessible depuis le côté droit. Il dispose d'un dégagement suffisant et d'un seuil de chargement raisonnable pour y stocker des bidons. Un autre espace de rangement, pivotant vers l'avant, se situe à proximité immédiate du poste de remplissage. D'une capacité de 51 à 59 litres selon le volume de la cuve principale, il intègre le robinet du lave-main, un emplacement pour un distributeur de savon ainsi qu'une tablette rabattable facilitant la préparation de la bouillie. L'incorporateur, d'un volume de 60 litres comme celui des automoteurs, aspire jusqu'à 200 l/min ou environ 30 kg/min. Il descend relativement bas pour un chargement aisé. Une pompe centrifuge, dont le débit de 780 l/min assure un remplissage rapide même lors d'un pompage d'azote liquide, alimente la circulation continue fournie de série. La régulation est effectuée par le contrôle du débit. Avec une plage de mesure allant de 5 à 360 l/min, le débitmètre permet de travailler aussi bien en très bas volume qu'à des litrages importants. À son lancement, le Rogator 300 sera équipé, comme les automoteurs, de rampes en aluminium d'origine Pommier. Elles seront disponibles pour des largeurs allant de 24 à 30 m. Le contrôle de leur hauteur est confié en option au système OptiSonic utilisant trois ou cinq capteurs. Les Rogator 300 intègrent par ailleurs la coupure électrique des porte-buses. Ce dispositif, capable de réaliser l'arrêt de la pulvérisation sur des tronçons de 1 m, permet, d'après le constructeur, de réduire jusqu'à 80 % les zones de recoupement, gage d'importantes économies d'intrants.  

Lifting réussi pour la cabine des automoteurs

  Challenger profite du salon Agritechnica pour remanier ses pulvérisateurs automoteurs Rogator 600. La dénomination de ces engins abandonne le « C » au profit du « D » afin de marquer le changement de génération. Les principales innovations concernent la cabine qui a été complètement redessinée. De l'extérieur, la différence est flagrante. Les feux de travail se fondent dans la casquette du toit et passent à la technologie LED. La partie basse de la cabine devient plus flatteuse, donnant à ce nouveau millésime un regard plus agressif. L'accessibilité a également été améliorée. La découpe du seuil de la porte limite les contorsions pour rejoindre le poste de conduite. Le grand tiroir de rangement, situé derrière les marches d'accès à bord, voit quant à lui sa hauteur de chargement abaissée pour une utilisation plus aisée. La réserve d'eau claire pour se laver les mains se complète maintenant d'un distributeur de savon. La plateforme située derrière la cabine gagne en accessibilité grâce au nouveau toit. Elle profite aussi d'un sol désormais complètement plat pour évoluer en sécurité. Les changements dans l'habitacle sautent aux yeux. La garniture claire égaie l'ambiance. L'accoudoir, repris dans la banque d'organes du groupe Agco, réunit toutes les fonctions. Il loge à son extrémité le seul et unique terminal de l'automoteur. La colonne de direction a, pour sa part, été affinée afin de dégager davantage la vue vers l'avant, comme dans une moissonneuse-batteuse. La visibilité progresse également sur les côtés grâce aux montants de cabine amincis.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Semoir direct

Le semoir Simtech aux boudins en élastomère

Arracheuse intégrale à betteraves

Les heures n’effraient pas la Ropa EuroTiger V8-4

Pulvérisation

Basf transfère les bidons en sécurité

Utilitaire

Un SSV à pris attractif chez Can-Am

Pommes de terre

Un système anti-érosion chez AVR

Broyeur à axe vertical

Un gyrobroyeur rigide Quivogne de 3,50 m

Pommes de terre

Réglage d'une arracheuse à pommes de terre

Station météo

Weenat aide les irrigants

Pommes de terre

Un transbordeur Downs Geo de 22 tonnes