Claas : petite Lexion

Claas : petite Lexion
Claas n'a pas voulu la rebaptiser Lexion pour « capitaliser sur l'image et le nom » de cette moissonneuse-batteuse de milieu de gamme dévoilée la première fois en 2007. Mais les dirigeants de l'entreprise, eux-mêmes, avouent que la Tucano génération 2014 aurait pu s'appeler comme sa grande soeur tant le nombre de composants communs est important. Celui le plus visible extérieurement est sa vis de vidange, désormais en position haute et horizontale. Exit donc la goulotte inclinée qui distinguait au premier coup d'oeil les machines Claas dans les champs. Seule l'irréductible Avero (cf. encadré) conserve cette originalité de conception. La nouvelle Tucano devrait ainsi être plus facile à vidanger dans les remorques hautes. Chauffeurs et mécaniciens apprécieront également un accès facilité pour l'entretien, notamment du côté gauche. En plus, le constructeur allemand propose quatre choix de longueur de vis pour s'adapter à la largeur de la coupe et la position du tracteur vis-à-vis de l'andain de paille. Tout le système de vidange étant repris à la Lexion, le débit augmente donc de 20 à 40 % selon les modèles de Tucano pour atteindre 90 l/min, de la 320 à la 430, et 105 l/min sur les trois plus grosses machines, soit deux minutes pour vider la trémie de 9 000 litres. Comme sur la Lexion, les capots de trémie s'ouvrent désormais à l'aide de vérins électriques. Et pour mieux contrôler la qualité du grain en trémie, Claas monte dorénavant une plus large vitre en cabine. Le poste de conduite figure également parmi les éléments s'étant le plus inspirés des machines haut de gamme. Mieux insonorisé et davantage étanche à la poussière, il accueille un nouveau siège conducteur, décliné dans une variante chauffée et ventilée, et un vrai siège passager se repliant pour former une tablette et intégrant en dessous un réfrigérateur optionnel. Il reprend à la Lexion la rampe de feux de travail extérieure. L'ordinateur de bord Cebis, de 8,4 pouces, adopte de nouveaux automatismes à l'instar du suivi de la coupe au sol Auto Contour ou de l'ajustement instantané de la machine selon la culture sélectionnée Auto Crop Adjust. Il intègre pour cela 35 réglages d'usine mais l'opérateur peut en mémoriser davantage et enregistrer notamment ses favoris. L'écartement du contre-batteur utilise des vérins hydrauliques commandés depuis cet ordinateur de bord, comme sur les Lexion, alors que ce réglage était jusqu'à présent mécanique. Une sécurité hydraulique par boule d'azote escamote d'ailleurs temporairement ce contre-batteur en cas de corps étrangers, à l'instar des moissonneuses- batteuses plus puissantes.  

Le confort de la Lexion

  L'ordinateur Cebis peut dorénavant diffuser automatiquement les images d'une caméra de recul dès que le conducteur active la marche arrière. Il intègre également la prédisposition d'usine (carte Sim) pour une offre élargie de trois packs d'équipements de télémétrie. Pour davantage de confort de conduite, Claas monte aussi, dès la fabrication de la machine, différents systèmes d'autoguidage commandés par les terminaux additionnels S7 et S10 à écran tactile et couleur. Ce dernier, doté d'un écran de 10 pouces, se distingue par sa compatibilité à la norme Isobus. Il autorise également l'affichage des images de quatre caméras, contre une seule pour le petit terminal de sept pouces. Côté moteur, les huit nouvelles Tucano ne changent pas fondamentalement. Elles conservent le six-cylindres Mercedes dont la cylindrée progresse toutefois de 7,2 litres à 7,7 litres. Sa puissance augmente entre 7 et 21 chevaux selon les modèles. Son système de dépollution, pour répondre à la norme Stage IV, se compose d'un catalyseur SCR et du recyclage des gaz d'échappement refroidis EGR. Claas a revu le dispositif de filtration de l'air pour l'adapter aux nouveaux composants du moteur. Le pont arrière moteur optionnel délivre une capacité de traction supérieure de 30 % à celle du précédent modèle. Comme la Lexion 600, il utilise une transmission hydromécanique composée de deux moteurs centraux intégrés à l'essieu. Le broyeur de paille adopte désormais un embrayage électrohydraulique s'activant après avoir basculé la tôle de broyeur et ses diffuseurs. Le graissage centralisé, alimentant tous les organes, excepté ceux en rotation, arrive sur les trois plus grosses Tucano. Leur maintenance devrait également être plus confortable, la nuit, grâce à la présence d'éclairages positionnés au-dessus des réservoirs de carburant et d'AdBlue, du compartiment à batterie ou encore du moteur.  

Un tablier télescopique sur 70 cm

  Jusqu'à présent, malgré la présence d'un tablier télescopique sur une course de 30 cm, les utilisateurs de barre de coupe Vario de Claas devaient installer des prolonges supplémentaires de 30 cm pour faucher du colza et perdaient ainsi, pour les plus expérimentés, une demi-heure de montage. Ce désagrément fait partie du passé. Claas lance en effet une nouvelle génération de coupe Vario dont le tablier se règle en continu depuis la cabine sur une amplitude de 70 cm. L'agriculteur n'a plus qu'à installer la ou les scies à colza, une manoeuvre désormais facilitée par un montage et un verrouillage sans outil. Ces lames disposent toujours d'un entraînement hydraulique dorénavant assuré par une pompe intégrée à la coupe et reliée par des raccords push-pull. Le constructeur allemand décline cette nouvelle coupe dans une variante mécanique, baptisée Cerio. Celle-ci reprend les mêmes caractéristiques que la table Vario et se distingue par son tablier télescopique réglable manuellement. Sous la coupe, l'utilisateur ajuste l'avancement du tablier selon 10 positions sur une course de 20 cm. Côté entraînement du lamier, sur les modèles Vario comme sur les Cerio, Claas abandonne les poulies et la courroie au profit d'un cardan télescopique et d'un train épicycloïdal à la fréquence de coupe plus élevée que précédemment. Le constructeur propose également une nouvelle fonction automatisant la mise en position transport de la coupe : tablier rétracté, rabatteurs baissés et rétractés. Claas a également augmenté de 14 % le diamètre de la vis d'alimentation (66 cm spires comprises), revu ses racleurs afin qu'ils soient réglables depuis l'arrière de la coupe, redessiné les rehausses d'auget et les carters latéraux. Malheureusement, le constructeur ne réserve pour l'heure toutes ces améliorations qu'aux quatre nouveaux modèles Vario 930, Vario 770, Cerio 930 et Cerio 770, adaptables sur la Tucano et la Lexion. La Vario 1200 qui ne coupait en réalité jusqu'à présent que sur une largeur maximale de 11,96 mètres, est remplacée par la Vario 1230, de 12,27 mètres de large.  

158 chevaux et 4 secoueurs pour la plus petite Claas

  Claas présentait l'an dernier l'Avero 240, une moissonneusebatteuse d'entrée de gamme destinée aux agriculteurs optant pour l'indépendance lors de la moisson. Cette petite machine à quatre secoueurs est rejointe en 2014 par l'Avero 160. À la différence de sa grande soeur, cette petite dernière ne dispose pas d'APS. Sa chaîne cinématique se contente en effet d'un batteur, de 450 mm de diamètre et 1 060 mm de large, d'un tire-paille et de quatre secoueurs. L'Avero 160 intègre désormais le même moteur que la 240, un six-cylindres Perkins de 7 litres conforme à la norme Stage IIIB et de 158 chevaux ECE R120. Elle reçoit en outre un tamis rotatif redessiné, une hotte arrière rehaussée de 120 à 150 mm et des équipements de confort optionnels tels qu'une caméra de recul, des rétroviseurs électriques ou des pare-soleil sur toutes les vitres de cabine.  

La Tucano 570 Hybrid plus performante

  15 % de capacité de séparation supplémentaire, c'est la promesse faite par Claas au sujet de sa nouvelle Tucano 570 APS Hybrid en comparaison à la non-conventionnelle de la génération précédente. Pour cela, le constructeur allemand a simplement ouvert la sixième corbeille du contre-rotor et allongé sa table de récupération. Sans modifier le diamètre, de 570 mm, ni la longueur, de 4,2 mètres, de ce tambour de séparation Roto Plus, le constructeur a également affiné son cône d'alimentation. À son entrée, des volets autorisent maintenant la fermeture manuelle de la première et si besoin de la deuxième corbeille pour limiter la présence de menuespailles dans le caisson de nettoyage. L'autre innovation majeure de cette Tucano 570 APS Hybrid réside dans l'entraînement du tambour de séparation qui abandonne les poulies et les courroies au profit d'un variateur hydraulique. Cette transmission autorise dorénavant un réglage en continu et depuis le moniteur Cebis de son régime, de 480 à 920 tr/min. À sa sortie, la tôle de répartition du flux de paille dans le broyeur se règle désormais électriquement depuis l'ordinateur Cebis. La Tucano 570 APS Hybrid gagne 18 chevaux par rapport au moteur de sa devancière et affiche 354 chevaux ECE R120.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Commerce international

Les tracteurs italiens au ralenti

Récolte des fourrages

Deux enrubanneuses traînées aux couleurs Fendt

Tracteur d'occasion

Peu de points à surveiller sur les John Deere série 6R

Pommes de terre

La fraise Dewulf SC300 renforcée

Manutention

Un minipelle à zéro déport de 2,3 t pour Yanmar

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn