Claas Tucano 570 : opération Lexionisation

Claas Tucano 570 : opération Lexionisation

La plus puissante des moissonneuses-batteuses Claas Tucano, la 570, est la seule machine hybride du marché à intégrer un système de séparation à simple rotor. La dernière génération, qui réalisait cette année sa première campagne de récolte, est passée fin juillet entre les mains de la rédaction de Matériel Agricole. Elle s'identifie facilement à sa plastique très inspirée de celle de ses grandes soeurs de la gamme Lexion. Les évolutions apportées ne se limitent heureusement pas qu'au design. Une nouvelle coupe ainsi que des améliorations techniques en renforcent le confort d'utilisation et le débit de chantier.

Dévoilée en 2014, la moissonneuse- batteuse Claas Tucano 570, de type hybride, a été lâchée cet été dans nos campagnes. Sur le papier, l'ensemble des retouches apportées à cette machine, aussi bien esthétiques que techniques, laisse présager un bon millésime. Pour en avoir le coeur net, Claas France m'a convié fin juillet dans l'Allier pour essayer l'un des premiers modèles livrés. Celui-ci est équipé de la nouvelle coupe à tablier télescopique Vario 770 de 7,7 m de largeur de travail. L'essai s'est déroulé dans un blé bien mûr, avec un potentiel de rendement avoisinant 90 q/ha. Au premier contact, en arrivant dans la parcelle, la ressemblance avec les Lexion est frappante. Le couvercle de la trémie à ouverture verticale, la vis de vidange en position haute et la forme des carters latéraux en semblent particulièrement inspirés. Le modèle 570 qui m'attend, désormais l'unique représentant à système de battage et de séparation hybride de la gamme Tucano, est animé par un moteur de 7,7 L développant 354 ch.  

Le CMotion appréciable pour son ergonomie

  Ce six-cylindres, d'origine Mercedes, répond à la norme antipollution Stage IV. Il est pour cela doté d'un système de réduction catalytique sélective avec injection d'Adblue (procédé SCR). Une vanne EGR de recirculation d'une partie des gaz d'échappement participe également à la réduction de ses émissions polluantes. La cabine est un point primordial d'une moissonneuse-batteuse. Celle de la Tucano 570 se révèle d'une taille confortable et bénéficie d'un agencement intéressant pour cette machine de moyenne gamme. La visibilité sur la coupe est bonne et les montants de cabine n'obstruent pas trop la vue sur la coupe de 7,7 m. Seule la partie centrale est quelque peu cachée par une tôle empêchant la récolte de monter sur le convoyeur. De série, la Tucano est livrée avec un joystick multifonction. La moissonneusebatteuse essayée est, elle, équipée du levier optionnel CMotion plus ergonomique. Ces deux variantes de commande regroupent toutes les fonctions indispensables à la conduite. Découvrant le CMotion, j'ai apprécié la facilité de prise en main. Le seul bémol concerne l'emplacement du commutateur gérant au choix le réglage de la position du tablier télescopique ou celui, transversal, de la coupe Vario. Ce bouton se cache en effet sur la face avant du joystick et, sans explication préalable, nécessite d'ouvrir le livret d'utilisation pour comprendre sa fonction. Le terminal Cebis de 8,4 pouces prend place sur l'accoudoir solidaire du siège. Il est monté sur un support réglable pour s'adapter à toute taille de chauffeur. Cette console présente un affichage clair et simple. Elle n'est malheureusement pas tactile, mais son petit nombre de touches en simplifie l'utilisation. Les réglages du régime du batteur, de l'écartement du contre-batteur, du régime du rotor, de la vitesse des vents, de l'ouverture des grilles et d'autres paramètres s'effectuent rapidement grâce à une molette principale associée à un potentiomètre. Des pictogrammes clairs évitent d'ailleurs de sortir la notice pour se rappeler comment modifier un réglage. En complément, la Tucano propose désormais, pour chaque récolte, des réglages programmés d'usine dans le terminal. L'utilisateur peut aussi sauvegarder ses propres paramètres. L'écran du terminal Cebis autorise par ailleurs l'affichage des images d'une caméra de recul optionnelle.  

La séparation renforcée

  Le système de battage de la Tucano 570, unique modèle hydride de la gamme, combine un accélérateur de flux (APS), un batteur, de 450 mm de diamètre, et un tirepaille. Son système de séparation se caractérise, lui, par son unique rotor. Le dispositif APS procure, d'après le constructeur allemand, un gain de performance de la machine de l'ordre de 20 %. Sur cette Claas de dernière génération, le réglage de l'écartement du contre-batteur est désormais électrohydraulique. Il se commande facilement depuis la cabine, offrant à l'utilisateur la possibilité d'adapter sa position en fonction des conditions de récolte. Le module de battage bénéficie également d'une protection contre les surcharges. Les contre-batteurs, maintenus en place par un système hydraulique, s'escamotent ainsi en cas de pression trop importante et reviennent seuls à leur position initiale. Lors du cheminement de la récolte à l'intérieur de la moissonneuse- batteuse, le tire-paille se charge de diriger le flux vers le rotor de séparation, baptisé Roto Plus. Son diamètre de 570 mm, conjugué à sa vitesse de rotation, crée une force centrifuge importante pour séparer les grains restants de la paille. De nombreuses évolutions ont été apportées à cet élément majeur de la Tucano 570 par rapport à celui de la précédente génération. Le régime de rotation varie maintenant de 975 à 365 tr/min, selon huit rapports prédéfinis, pour s'adapter aux conditions de récolte et aux produits. Ce réglage s'effectue simplement depuis l'ordinateur de bord Cebis. La surface de séparation s'est, elle, agrandie au bénéfice du débit de chantier, grâce à l'ajout d'une sixième corbeille. À l'entrée du rotor, les deux premières corbeilles peuvent désormais être fermées par des volets à l'aide d'un levier situé du côté gauche de la machine. Cette opération permet de s'adapter aux conditions de battage et de contrôler la charge des grilles.  

La vidange plus efficace

  La Tucano 570 profite également d'une nouvelle trémie d'une capacité de 9 000 L. Celle-ci adopte de nouvelles extensions s'ouvrant électriquement depuis la cabine. La vidange de la récolte a été, au passage, optimisée. Elle s'effectue maintenant en moins de deux minutes grâce au débit porté à 105 L/s. L'adoption d'une vis de vidange horizontale simplifie pour sa part le remplissage des bennes hautes comme celles des semi-remorques. Au volant, la visibilité sur la goulotte et le point de chute de la récolte est bonne. Il est en effet inutile de se contorsionner pour suivre la vidange. La caméra optionnelle équipant le modèle essayé facilite encore la manoeuvre en affichant l'intérieur de la benne sur un écran en cabine. Cette caméra, fixée à l'extrémité de la vis, s'utilise également pour contrôler la bonne répartition des résidus de récolte ou encore pour surveiller l'arrière de la machine lors des manoeuvres ou des déplacements routiers. Claas a aussi revu le module de broyage et de répartition de la paille et des résidus de récolte. Un déflecteur électrique a été ajouté à la sortie du rotor pour centrer au mieux le flux de matière dans le broyeur et en optimiser le fonctionnement.  

La paille finement hachée

  Cet organe hachait et défibrait efficacement la paille le jour de l'essai réalisé en présence d'une importante quantité de résidus. L'éparpilleur Active Spreader effectuait, lui, une bonne répartition des pailles sur les 7,7 m de largeur de coupe. Ce dispositif se compose de deux turbines d'épandage à l'orientation commandée depuis la cabine. Sur le plan de la maintenance, l'accessibilité au bloc-moteur s'effectue via une échelle donnant sur une plateforme, d'où l'utilisateur réalise notamment l'entretien des filtres à air et des radiateurs. Les réservoirs de carburant et d'AdBlue sont situés en hauteur, à proximité de cet espace. Pour nettoyer ou intervenir sur les flancs de la moissonneuse-batteuse, les grands panneaux latéraux se soulèvent facilement avec l'assistance de vérins à gaz. Les points de graissage quotidien sont peu nombreux. Des stickers présents de chaque côté permettent malgré tout de ne pas en oublier. Claas propose, en option, un système de graissage automatique qui simplifie encore un peu plus la maintenance.  

La coupe Vario sans rallonge

  La moissonneuse-batteuse Tucano 570, passée cet été entre les mains de la rédaction de Matériel Agricole, était équipée de la dernière génération de coupes à tablier télescopique Vario de Claas. D'une largeur de 7,7 m, cette tête de récolte, également disponible sur les Lexion, présente des évolutions intéressantes pour l'utilisateur. Elle s'attelle en quelques minutes avec un seul verrouillage à actionner ainsi que le multicoupleur des fonctions hydrauliques et électriques à brancher. La position de son tablier télescopique se module désormais sur une amplitude de 70 cm. Cette importante plage accroît la polyvalence de la plateforme avec un minimum d'intervention du conducteur. Il est en effet possible de rallonger ou de raccourcir le tablier sans descendre de la cabine grâce à l'adoption d'un cardan télescopique entraînant le lamier et à la disparition des extensions amovibles du tablier. Seul le montage des scies à colza nécessite de quitter le siège. Le système de suivi du sol Auto Contour, bien évidemment toujours présent, a prouvé son efficacité dans la parcelle de l'essai quelque peu vallonnée. Les automatismes relatifs à la position des rabatteurs et à la hauteur de fauche sont eux aussi appréciables. Un appui long sur un bouton du levier multifonction modifie facilement et rapidement ces réglages. En fin de chantier, la nouvelle Vario se place vite en position de transport par une simple pression sur un bouton du tableau de bord.  

Les chantiers optimisés à distance

  Claas propose, par l'intermédiaire de son service Telematics, l'accès à distance aux paramètres de la moissonneuse-batteuse depuis un smartphone ou un ordinateur. Le client supervise ainsi, depuis son bureau, les temps de travaux, les surfaces effectuées, le rendement de la culture et le débit horaire. L'application offre également la possibilité de comparer les réglages appliqués avec ceux d'une base de données afin de les affiner pour optimiser les performances. Selon le pack sélectionné, il est aussi possible d'exporter des cartographies de rendement. Par ailleurs, si l'exploitant l'accepte, le concessionnaire dispose, en cas de souci, d'un accès pour réaliser un diagnostic à distance et gagner du temps lors du dépannage.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Travail du sol

Une trémie-fertiliseur de 3 500 L chez Monosem

Faucheuses

La triple faucheuse Kuhn GMD 8730 se simplifie

Irrigation

Agri Solution place l’enrouleur sous haute surveillance

Part de marché

Les outils non animés à disques se portent bien

Elevage

Des autochargeuses Jeulin plus stables

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct