Case IH Axial-Flow 7140 X-Flow : les dévers maîtrisés

Case IH Axial-Flow 7140 X-Flow : les dévers maîtrisés

Les moissonneuses-batteuses Case IH Axial-Flow de la série 140, dévoilées à l'automne 2014, en sont déjà à leur seconde version. La rencontre avec une rare présérie du modèle 7140, travaillant cet été dans les plaines de l'Aisne, m'a permis de prendre les commandes de ce modèle de 449 ch afin d'évaluer les modifications apportées à ce nouveau millésime. Si, esthétiquement, le changement se limite à l'adoption d'un nouveau logo, les capots cachent en revanche de réelles évolutions en réponse aux demandes du terrain.

Quelques mois après leur lancement officiel, les Case IH Axial-Flow de la série 140 ont déjà bénéficié de multiples évolutions, dont le système de compensation du dévers Cross Flow Cleaning. Pour me rendre compte des bienfaits des aménagements apportés, j'ai essayé la seule présérie de la 7140 en action cet été en France. Cette moissonneuse-batteuse de 449 ch ECE R120 chapeaute cette série 140 comptant également les Axial- Flow 5140 et 6140 de 312 et 400 ch de puissance maximale. Comme ses deux consoeurs, elle présente des capacités inférieures à celles des plus imposantes Axial-Flow de la série 240. Ces machines logent un moteur à six cylindres Fiat Powertrain Technologies (FPT), de 6,7 L sur la plus petite et de 8,7 L sur les deux autres. Leur motorisation répond à la norme antipollution Stage IV en utilisant la technique de dépollution HI-eSCR avec injection d'AdBlue. En cette fin juillet, les conditions sont idéales pour prendre les commandes de cette axiale. J'accède à la cabine en toute sécurité par la large échelle dotée d'une rambarde de chaque côté. Une fois à bord, je découvre la finition de cabine Confort.  

Des rangements à foison

  Incluant le siège instructeur, la colonne de direction réglable, la large vitre de trémie ou encore le terminal sur l'accoudoir, ce premier niveau d'équipements se révèle satisfaisant. Les rangements ne manquent pas. Ils sont en effet présents en grand nombre : derrière le siège, dans les montants arrière de cabine, sous l'assise du passager et sous le toit. La finition supérieure, dénommée Luxe, offre en complément un siège chauffeur et un volant revêtus de cuir, une glacière amovible, des rétroviseurs à réglage électrique ou encore des espaces de rangement supplémentaires. Une fois au volant, la visibilité, favorisée par le pare-brise avant bombé et les fins montants de cabine, m'est apparue correcte. La large vitre arrière dégage, elle, la visibilité sur l'intérieur de la trémie et facilite ainsi le contrôle de la propreté de la récolte. Si nécessaire, les réglages des systèmes de battage et de nettoyage s'ajustent directement depuis l'accoudoir regroupant le terminal, le joystick multifonction et le panneau de commandes. L'Axial-Flow 7140 s'équipe de l'écran tactile AFS Pro 700 de 26 cm de diagonale. Ce moniteur présente l'avantage de se positionner sur tout le contour de l'accoudoir grâce à une glissière à sa base.  

L'accoudoir contrôle tout

  Son affichage facilement personnalisable indique l'ensemble des paramètres et, surtout, les informations de pertes, de régimes et les différents niveaux. Le joystick multifonction tombe sous la main. Il commande bien entendu l'avancement et regroupe aussi les réglages de la plateforme de récolte ainsi que le déploiement de la vis de vidange. Détail intéressant pour limiter la quantité d'interrupteurs, une gâchette située à l'arrière de ce monolevier active les fonctions schématisées en bleu telles que l'orientation de la goulotte en bout de vis de vidange, le déplacement du tablier télescopique... Le reste de l'accoudoir est occupé par des boutons agissant sur les principaux réglages de la moissonneuse-batteuse. À chaque pression sur l'un d'eux, la valeur modifiée vient s'afficher en premier plan sur le terminal. Une molette assure par ailleurs la sélection des deux rapports mécaniques d'avancement (champ et route). Elle est complétée d'un interrupteur sélectionnant l'une des deux vitesses hydrostatiques. Après avoir réveillé le six-cylindres, l'insonorisation comme la filtration des vibrations se montrent efficaces au ralenti comme à plein régime moteur. Avant d'entrer dans le vif du sujet, il est temps maintenant d'accrocher la coupe 3050 de 7,60 m d'envergure. Son attelage demande peu de temps. Une fois le verrouillage mécanique effectué, le cardan se place sans difficulté, car il bénéficie d'une amplitude de rotation permettant d'aligner les cannelures. Le seul point étonnant est l'utilisation d'une prise spécifique à l'électricité. Le constructeur préfère en effet retenir un coupleur dédié exclusivement à l'hydraulique afin d'éviter les risques de pollution du raccord électrique par l'huile. La plateforme de récolte 3050 se caractérise par son tablier ajustable hydrauliquement sur une course de 50 cm. Elle est aussi à l'aise dans les céréales à paille et le colza que dans les protéagineux. Cette coupe intègre le système de suivi du sol Terrain Tracker utilisant deux larges patins situés sous le tablier.  

Les pierres écartées avec efficacité

  Les Axial-Flow se distinguent par l'utilisation d'un rouleau à spirales situé en haut du convoyeur. Cet organe, baptisé Rock Trap, assure la séparation des corps étrangers et de la récolte afin de protéger le système de battage. Il dirige les pierres vers un bac dont la vidange s'effectue rapidement depuis le dessous du convoyeur. Comme toutes les moissonneuses-batteuses Case IH, le modèle 7140 utilise le célèbre monorotor axial pour effectuer le battage et la séparation. Ce cylindre longitudinal mesure, sur les machines de la série 140, 762 mm de diamètre et 2 794 mm de long. Son régime de rotation s'ajuste depuis le poste de conduite sur trois plages de vitesses, allant de 250 à 1 150 tr/min. Ses contrerotors sont désormais divisés en six sections au lieu de trois auparavant. Ces corbeilles, dont l'écartement avec le rotor s'ajuste depuis l'accoudoir, sont ainsi moins lourdes et donc plus simples à changer. Il est alors plus facile d'adapter leur configuration en fonction des conditions de récolte. La table de préparation a aussi évolué. Elle compte maintenant six vis à auget au lieu de cinq sur les premières versions de la série 140. Cette nouvelle architecture garantit une meilleure répartition de la récolte sur la largeur de la machine. De surcroît, les vis sont moins chargées et alimentent plus régulièrement le caisson de nettoyage.  

Parée pour la pente

  L'une des plus importantes évolutions de la série 140 est incontestablement l'intégration du système de compensation du dévers Cross Flow Cleaning. Repéré par l'inscription « X Flow » sur les capots latéraux, ce dispositif utilise un mécanisme animé par un vérin électrique qui exerce un mouvement latéral sur les grilles afin de compenser l'influence de la pente, tant qu'elle n'excède pas 12 degrés. Pour en vérifier le bon fonctionnement, Case IH a eu la bonne idée d'installer des capteurs de pertes dont l'affichage en cabine est différencié selon le côté. Ainsi, en dévers, il est possible de déduire si la perte constatée provient d'une vitesse inadaptée ou d'une inclinaison trop importante de la moissonneuse- batteuse. Une fois séparée des menues-pailles, la récolte est emmenée jusqu'à la trémie d'une capacité de 10 570 L. En chemin, son humidité est vérifiée dans l'élévateur à grains au débit accru par rapport à celui de la première version des séries 140. La vidange est réalisée par la vis horizontale dont le débit de 113 L/s autorise un déchargement complet en environ une minute et demie. À l'extrémité de la vis, Case IH adapte désormais en série une goulotte orientable électriquement. La gestion de celle-ci depuis le levier multifonction demande cependant de l'habitude, comme j'ai pu le constater lors de l'essai. Cette goulotte fait également office de bouchon, car elle se relève à l'arrêt de la vis pour éviter la perte de grains et se rabaisse automatiquement au lancement de la vidange suivante.  

Le broyeur moins large mais plus efficace

  Le broyeur de paille, situé juste à l'extrémité du rotor, a évolué entre les deux versions d'Axial-Flow de la série 140. Sa forme et sa largeur ont été revues afin d'optimiser le flux de matière. La nouvelle variante, dotée de 54 couteaux, fonctionne selon deux régimes. Le premier, de 3 600 tr/min, s'utilise pour hacher et éjecter la paille vers les deux disques éparpilleurs arrière. Le second, de 600 tr/min, transforme le broyeur en tire-paille. La sélection de ces deux vitesses de rotation s'opère mécaniquement via un levier situé sur le côté droit de la machine. En revanche, l'engagement des plateaux éparpilleurs ou de la tôle d'andainage s'effectue hydrauliquement de l'extérieur ou depuis la cabine. En configuration de hachage, la qualité de répartition se contrôle en continu depuis la cabine en ajustant les positions des déflecteurs guidant le flux de matière. Toutefois, pour faciliter les réglages, trois positions sont mémorisables (gauche, droite et centre), s'adaptant ainsi aux principaux cas de figure. Lors de l'essai, malgré le rendement important du blé, la paille était finement broyée et bien répartie sur les 7,60 m de largeur de coupe.  

L'entretien simplifié

  Les Axial-Flow ont la réputation d'être simples d'entretien et, heureusement, le modèle 7140 essayé ne déroge pas à cette règle. Ses grands panneaux latéraux dégagent un accès aisé à tous les composants. Les points de graissage sont peu nombreux et les plus récurrents ne nécessitent de l'attention que toutes les 50 heures. Quotidiennement, seuls le nettoyage et le plein de carburant sont donc nécessaires. Le réservoir de GNR d'une contenance de 950 L et celui d'AdBlue, de 166 L, garantissent en effet une journée complète de travail sans repasser à la pompe. À l'arrière, la plateforme supérieure permet à l'utilisateur d'effectuer en sécurité l'entretien du moteur, le remplacement des différents filtres, le remplissage du carburant et de l'AdBlue. Le nettoyage de la machine lors d'un changement de variété ou de culture a lui aussi été amélioré. Il s'effectue à l'aide d'une fonction intégrée au terminal et il est désormais très facile de purger les vis à grains et à ôtons. Leur auget se coulisse facilement depuis le flanc gauche de la machine. Enfin, pour accéder aux grilles ou au broyeur, les éparpilleurs s'escamotent complètement sur le côté pour accéder plus facilement aux grilles.        

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Manutention

Un minipelle à zéro déport de 2,3 t pour Yanmar

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : le point technique (partie 2)

Entretien du paysage

L'épareuse Ferri TP 510 remplace la TP 51

Entretien du paysage

Une portée de 16 m pour le broyeur automoteur Athena d'Energreen

Manutention

Un pelle sur pneus Liebherr de 14 t