Claas : grandes évolutions en polyculture-élevage

Claas : grandes évolutions en polyculture-élevage

Claas a invité, début juillet, une centaine de journalistes européens dans son usine allemande de Bad Saulgau, centre de compétence des matériels de la chaîne verte. Lors de cette rencontre, la firme a montré ses dernières évolutions dans le domaine de la fenaison. Elle a aussi créé la surprise en dévoilant les dernières générations de tracteurs Elios 200 et Arion 400.

Les Arion 400 entièrement personnalisables

  La gamme Arion 400 de Claas se compose de six nouveaux modèles (410, 420, 430, 440, 450 et 460) développant de 90 à 140 chevaux. Ces tracteurs logent un moteur quatre-cylindres FPT conforme à la norme antipollution Stage IV grâce à l'utilisation d'un catalyseur d'oxydation diesel (DOC) et d'un système de réduction catalytique sélective (SCR) utilisant l'AdBlue. Ils sont proposés avec une transmission Quadrishift comptant quatre rapports sous charge, quatre gammes au passage robotisé et un inverseur hydraulique pour offrir, au total, 16 rapports avant et 16 arrière. La boîte de vitesses se pilote à l'aide de la poignée multifonction intégrée en bout d'accoudoir et présente en standard sur l'ensemble des finitions. Ce joystick à mouvement en croix contrôle également deux distributeurs hydrauliques (chargeur frontal ou sorties arrière), la montée et la descente du relevage arrière ainsi que la mémorisation d'un régime moteur.  

Visibilité totale

  Les nouveaux Arion 400 se caractérisent par leur conception à la carte permettant à l'acquéreur de personnaliser son tracteur avec des options détachées les unes des autres. Il est ainsi possible de choisir entre différentes variantes de cabine, trois circuits hydrauliques, les distributeurs à commandes mécaniques ou électriques, le pont avant suspendu, le relevage frontal avec ou sans prise de puissance. Les cabines bénéficient toutes d'un plancher plat et d'une colonne de direction héritée des tracteurs Claas de gamme supérieure. Elles se déclinent avec différentes formes de toit. La version basse, intégrant ou non un toit vitré, permet aux Arion 410 et 420 (90 et 100 chevaux) de respecter une hauteur de 2,48 mètres avec des pneumatiques de 30 pouces. La variante à toit panoramique se distingue par la présence d'une large vitre supérieure en continuité du pare-brise. Elle offre une parfaite visibilité sur toute la course du chargeur frontal. La cabine haute s'accompagne d'un toit vitré et dispose, comme les autres, de six montants. Seule la dénommée Municipalité ne compte pas de porte à droite ni de montant intermédiaire. Elle reçoit à la place, sur toute la longueur, une vitre incassable en polycarbonate. Les trois circuits hydrauliques proposés délivrent 60, 98 ou 110 l/min. Les deux premiers sont respectivement fournis par une et deux pompes à engrenage. Le troisième, de type load sensing, accède à une pompe à cylindrée variable et s'accompagne en option de sorties Power Beyond. Ces circuits alimentent, au choix de l'acquéreur, deux distributeurs à contrôle mécanique à quatre modèles à commande électrique. Ils desservent également, en option, un bloc de distributeurs situé sous la cabine et dédié au chargeur frontal.  

Haute densité pour la petite Quadrant 4000

  La presse à haute densité Quadrant 1150, confectionnant des balles de 80 × 50 cm, cède sa place à la Quadrant 4000. La nouvelle machine, présentant la même section de canal, est annoncée pour un débit supérieur et une densité accrue. Elle reprend à la Quadrant 1150 son pick-up de deux mètres de large, son volant d'inertie et son ameneur à fourche à deux phases (courte et longue). Elle bénéficie d'un nouveau design, d'un châssis en deux parties assemblées par rivetage, d'un timon redessiné pour un attelage haut ou bas et d'une meilleure vue sur le pick-up. Son piston, évoluant à 61 coups par minute, est désormais plat pour réaliser des balles plus uniformes. Sa rampe de quatre noueurs à simple noeud hérite des composants éprouvés sur le modèle 3200 (canal de 120 × 70 cm). La Quadrant 4000 profite désormais de chiens retenant le piston en cas de souci avec les aiguilles afin d'éviter leur dégradation. Elle se pilote à l'aide du nouveau terminal Operator gérant la pression de serrage et, en option, la longueur des bottes. Ce moniteur indique en permanence les informations essentielles telles que la cadence du piston, le nombre de balles pressées, le manque de ficelle... Il mémorise les données de vingt clients. La Quadrant 4000 se complète en option du graissage centralisé automatique, d'un capteur d'humidité et du groupeur Duopack superposant les balles par paires.  

La coupe fine arrive sur la Quadrant 3300

  La variante FC de la Quadrant 3300 signe l'arrivée du système de coupe Fine Cut sur cette presse à haute densité confectionnant des balles de 120 × 90 cm. Ce dispositif, utilisant 51 couteaux à sécurité individuelle par double ressort, est apprécié pour la coupe de la paille. Il réalise en effet des brins de 2,2 cm de long avec toutes ses lames tranchantes actives. Un système de sélection manuel permet notamment d'engager 12 ou 13 couteaux pour une longueur de coupe théorique de 9 cm généralement employée pour le foin. Il autorise également la sélection de 26 couteaux pour des brins de 4,5 cm adaptés au fourrage enrubanné.  

L'Elios 240 passe la barre des 100 chevaux

  La gamme de tracteurs compacts Elios 200 de Claas bénéficie d'un lifting et s'enrichit d'un modèle supplémentaire. Elle se compose désormais des Elios 210, 220, 230 et 240 développant 75, 84, 92 et 103 chevaux de puissance maximale. Ces tracteurs sont motorisés par un quatre-cylindres FPT de 3,4 litres répondant à la norme antipollution Stage IIIB grâce à l'utilisation d'un filtre à particules (Fap) combiné à un catalyseur d'oxydation diesel (DOC). Ce moteur à injection par rampe commune s'accompagne d'une mémorisation du régime (deux en option). Il se distingue sur l'Elios 240 par ses onze chevaux additionnels, offerts lors des travaux à la prise de puissance ou au transport. Sa puissance passe alors de 92 à 103 chevaux. Outre leur nouveau capot aux lignes inspirées des tracteurs Claas plus puissants, ces modèles compacts bénéficient d'une meilleure intégration du relevage frontal et de sa prise de puissance réduisant de 24 cm leur porte-à-faux avant par rapport aux précédentes moutures. Ils sont disponibles avec une cabine munie ou non d'un toit vitré ainsi qu'en version avec arceau rabattable. Les Elios 210, 220 et 230 sont également commercialisés en deux roues motrices avec une boîte de vitesses à 12 rapports avant et arrière et inverseur mécanique.  

Doubleur et inverseur sous charge au catalogue

  Les modèles à quatre roues motrices accèdent, eux, à trois variantes de transmission, toutes dotées de série de la gamme rampante offrant une allure minimale de 500 m/h. La première, comptant 24 rapports avant et 24 arrière, intègre un inverseur et un réducteur mécaniques. La deuxième, proposant le même nombre de vitesses, conserve l'inverseur mécanique et intègre le doubleur sous charge Twinshift. La troisième, à 24 vitesses avant et 12 arrière, possède également la fonctionnalité Twinshift et propose en plus l'inverseur sous charge Revershift. L'offre en régimes normalisés de prise de puissance est, elle aussi, assez large. Trois configurations existent : 540 tr/min, 540 et 540 Eco ou encore 540 et 1 000 tr/min. Elles s'étoffent d'une animation proportionnelle à l'avancement ainsi que d'une prise de puissance frontale tournant à 1 000 tr/min ou 540 Eco. Sur le plan de l'hydraulique, les Elios 200 accèdent à deux solutions de circuit. La première se contente d'une seule pompe délivrant 59 l/min. La seconde se compose de deux pompes : l'une fournit 59 l/min aux distributeurs auxiliaires tandis que l'autre, débitant 26 l/min, dessert le relevage arrière. Les commandes des distributeurs hydrauliques sont soit mécaniques, soit électriques avec débit ajustable. La version la plus évoluée s'accompagne du pilotage par fingertips avec temporisation et par le joystick Electropilot.  

Les petites Cargos faciles d'entretien

  La nouvelle famille de remorques autochargeuses Cargos 8000 de Claas se compose de trois modèles (8300, 8400 et 8500) présentant des volumes de chargement DIN de 30, 35,5 et 41 m3. Ces machines intègrent plusieurs innovations favorables aux performances et facilitant surtout les opérations d'entretien. Elles adoptent notamment un fond mouvant à l'extrémité avant pivotante. Cet organe, incliné vers l'avant au travail, optimise le chargement de la caisse en réceptionnant le fourrage juste derrière le système de coupe. Grâce à son articulation, il revient hydrauliquement en position horizontale lors de la vidange pour un déchargement complet. Il bascule également à 90 degrés vers le bas pour dégager l'accès au dispositif de coupe et permettre à l'opérateur d'intervenir debout pour changer les 40 couteaux.  

Des pièces vite remplacées

  Ceux-ci présentent pour leur part la spécificité d'être réversibles grâce à leurs deux faces tranchantes. Ils sont associés à un rotor de 860 mm de diamètre. Ce tambour se caractérise par ses étoiles constituées de trois segments emboîtés et vissés les uns dans les autres pour un remplacement rapide en cas de dégradation. Les Cargos 8000 reçoivent un pick-up animé hydrauliquement et complété en option d'une suspension oléop neuma tique. Ce ramasseur et le système de coupe forment un module amovible se déposant en quinze minutes, comme sur les Cargos 9000, afin d'utiliser la remorque comme un simple véhicule de transport pour les travaux d'ensilage de maïs, par exemple. Les nouvelles autochargeuses Claas, compatibles Isobus, reposent sur un essieu tandem à suspension à lames paraboliques ou hydraulique. La variante 8500, de 41 m³ DIN, se décline également avec un tridem à suspension mécanique (hydraulique en option).  

Un lamier entièrement revu

  Claas dévoile, avec le Max Cut, un lamier de faucheuse de conception inédite. Ce composant, lubrifié à vie et destiné aux machines Disco, se caractérise par l'utilisation d'un carter sans soudure et embouti d'une seule pièce pour optimiser sa résistance. Assemblé par des boulons, il se distingue également par son dessin en forme de vague permettant d'avancer au maximum les assiettes animées par des pignons satellites. Cette architecture garantit un bon recroisement des disques de coupe, favorable à la qualité de fauche. Le Max Cut reçoit des assiettes intégrant le changement rapide des couteaux et renforcées au niveau des parties les plus soumises à l'usure. Il est muni de protections boulonnées entre les disques et se complète, en dessous, de sabots d'usure, voire de patins rehausseurs optionnels pour faucher à 10 cm, par exemple. Ses assiettes sont protégées par la sécurité Safety Link. L'arbre les supportant dispose d'une amorce de rupture et casse en cas de choc. Il est traversé par une vis retenant le disque afin d'éviter son éjection. Le nouveau lamier Claas se distingue aussi par sa chaîne cinématique autorisant d'abaisser le régime de la prise de puissance à 850 tr/min pour limiter la consommation de carburant.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Tracteur d'occasion

Peu de points à surveiller sur les John Deere série 6R

Pommes de terre

La fraise Dewulf SC300 renforcée

Manutention

Un minipelle à zéro déport de 2,3 t pour Yanmar

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : le point technique (partie 2)

Entretien du paysage

L'épareuse Ferri TP 510 remplace la TP 51