RobotiqueLe robot BlueBob de Deleplanque vient au secours de la betterave sucrière

Le robot BlueBob de Deleplanque vient au secours de la betterave sucrière

Le semencier Deleplanque s’engage dans différents projets afin d’apporter des solutions aux nombreuses difficultés que connaît la culture de la betterave sucrière actuellement.

L’enjeu est de taille puisque c’est l’ensemble d’une filière qui se trouve menacée. Parmi les projets, le groupe vient de dévoiler le prototype d’un nouveau robot de désherbage mécanique, baptisé BlueBob. L’appareil désherbe mécaniquement entre les rangs et sur les rangs une flore jeune, du stade 2 feuilles jusqu’à la fermeture des rangs, à des distances variables entre les betteraves sucrières et à une vitesse suffisante, soit au moins 0,5 ha/h. Le prototype actuel utilise la plateforme Dino de l’entreprise spécialisée en robotique agricole Naïo Technologies. C’est une évolution du PhenoFieldBot déjà utilisé par la firme dans le cadre de ses activités expérimentales de sélection de semences. Il évolue de manière autonome, guidé par GPS RTK, à une vitesse maximale de 4 km/h, grâce à des moteurs électriques et une batterie fournissant actuellement une autonomie de 8h. Sur le rang, il distingue les betteraves et les adventices au stade plantule sur la base d’images de caméras multispectrales alimentant des algorithmes. Il analyse et décide en temps réel, sans stocker de données. Deleplanque prévoit une production en présérie en 2022 pour une industrialisation et un début des ventes en 2023. Le tarif n’est pas encore connu mais il pourrait avoisiner, en phase d’industrialisation, une valeur deux fois moins élevée que celle du prototype actuel, soit environ 70 000 € HT. 

Le binage sur le rang, entre les plants de betteraves sucrières, est assurée par deux petites lames mobiles, animées pour l'heure par un circuit hydraulique.
Des socs pattes d'oie assurent, pour leur part, le désherbage mécanique entre les rangs de betteraves sucrières.

A lire aussi :

Naïo Technologies débarque en grandes cultures

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Challenge Centeol 2018

Des robots Kuhn sans pression