Prototype Valtra TPlancher sur le design utile

Plancher sur le design utile

J'ai eu la chance d'infiltrer le bureau d'études de l'usine de Suolahti (Finlande) pour participer au développement du nouveau tracteur Valtra de la série T. Tenu au secret, j'ai suivi le projet de l'intérieur. Dans ce premier volet, je vous livre l'histoire exclusive des travaux de l'équipe de designers : leurs croquis, leurs dessins 3D et les premières maquettes.

Kimmo Wihinen, le responsable du design, a souhaité donné un regard humain au nouveau tracteur de la série T.
Un homme assis sur une chaise tient, bras tendu, un anneau dans ses mains. Voilà comment, en 2007, démarre le projet de renouvellement des tracteurs à six-cylindres Valtra de la série T. L'objectif de cette expérience particulièrement surprenante est simple : imaginer à quoi pourrait ressembler la cabine idéale sans, dans un premier temps, tenir compte du coût. Près de 120 designers et ingénieurs maison, et autant d'intervenants extérieurs, vont travailler ensemble pendant sept ans à l'élaboration de ce tracteur. Ils sortent alors leur planche à dessin et leur crayon. Ces dessinateurs à l'imagination débordante réalisent plus d'une centaine de croquis de tracteurs. S'ils doivent tenir compte des principaux composants, les dessins ne concernent initialement que le look avec comme intention de changer radicalement l'aspect de l'engin. Tous ces dessins sont analysés puis une sélection est proposée à une agence de design externe pour aider au choix de l'aspect final. Un seul d'entre eux est retenu, le concept Lynx. « L'apparence du tracteur est primordiale. Elle représente notre image de marque. Nous devons imaginer à quoi peut ressembler un Valtra 25 à 30 ans plus tard et comment il représentera notre société tout au long de sa vie », indique Kimmo Wihinen, le responsable du design. Les designers s'inspirent pour cela de l'historique de la firme, des précédentes générations de tracteurs, de la concurrence mais également des secteurs de l'automobile ou des travaux publics. « Nous avons cherché à dessiné une machine compacte, équilibrée, maniable et dynamique. Nous avons voulu dégager une impression de puissance. Cela explique l'effet de mouvement traduit par toutes les lignes qui descendent vers l'avant du tracteur, du toit de cabine, en passant par le capot moteur et jusqu'aux feux. La calandre reflète un visage humain qui doit encourager l'agriculteur à prendre ses commandes le matin. Les feux sont les yeux, le V (de Valtra) incrusté dans les grilles d'aération forme le nez et le berceau moteur dissimule un sourire. Tout est dessiné. Nous avons par exemple rappelé le V, de Valtra, sur différentes parties du tracteur, à l'instar de la calandre, des leviers des distributeurs hydrauliques et de la clé. » Outre l'aspect esthétique, les lignes angulaires donnant une apparence moderne ont toujours une fonction. Ainsi les lignes creusées dans la calandre jusque sur le capot moteur assurent, par exemple, la rigidité des grilles tout en augmentant la surface d'échange avec l'air en raison de leur forme en trois dimensions. Du côté du réservoir à carburant et du carter de batterie, les virgules creusées semblent favoriser l'aérodynamisme. Elles garantissent en fait la rigidité du moulage plastique. Les feux arrière à LED, quant à eux, ont été délibérément dessinés pour laisser apparaître distinctement la marque « Valtra ». Outre leur dessin très réussi, ils possèdent des angles vifs pour être facile à nettoyer et rester propre. Comme le réservoir à carburant et le carter de batterie, leur forme en L inversé rappelle le design des anciens Valmet ou d'une crosse d'un joueur de hockey sur glace, le sport national en Finlande. « La cabine, avec ses cinq montants incurvés, est dessinée plus large à la base que la précédente mais toujours compacte au niveau du toit. Cette conception facilite l'accès à bord tout en améliorant la visibilité panoramique », argumente le designer.     [metaslider id=27769]     Des maquettes indispensables   La conception d'un poste de conduite étant une étape complexe et chronophage, elle débute dès le milieu de l'année 2008. Une douzaine de clients de différentes marques sont interviewés et filmés dans leur cabine lors de leurs travaux journaliers. Les croquis deviennent des modèles 3D avancés. Le projet de renouvellement du poste de conduite, au nom de code CM08, est lancé. Les concepteurs débutent alors leurs simulations, au rythme d'une par jour, pour évaluer notamment la résistance de la structure, pour les tests ROPS et FOPS, ou le nouveau système de climatisation. Tandis que l'ancien poste de conduite possède une structure complexe avec de nombreux sous-ensembles soudés, la nouvelle structure bénéficie d'une conception plus moderne et plus simple. Toujours produite par le fournisseur MSK, situé à 200 kilomètres de l'usine de Suolahti, elle est moins chère à concevoir mais ses pièces sont plus coûteuses. Elle a cinq (ou six) montants, une (ou deux) portes et un pare-brise panoramique offrant un angle de vision de 270 degrés. Elle conserve ses trois variantes de suspension mais celles-ci gagnent en efficacité. Au cours de l'année 2009, les concepteurs réalisent une première maquette à grande échelle de la cabine, constituée de bois et de mousse. « La modélisation 3D par ordinateur s'avère utile, mais ne peut pas remplacer complètement un être humain. Un écran donne souvent une impression erronée. Une maquette à l'échelle 1:1 s'avère donc indispensable quand il s'agit notamment d'apprécier l'ergonomie », explique Kimmo Wihinen. De son côté, le concept Lynx est traduit en dessin 3D assisté par ordinateur. Cette modélisation permet aux ingénieurs de bureau d'études de s'assurer que les dimensions correspondent aux fonctions. Elle leur permet de positionner les principaux composants, à l'instar des conduites hydrauliques et des faisceaux électriques. A l'aide d'un modèle de tracteur en trois dimensions projeté sur un mur à l'échelle 1:1 par un ordinateur, les designers et ingénieurs, dotées de lunettes 3D, peuvent contrôler l'imbrication des différents composants. L'été 2010 marque la production d'une première maquette de l'ensemble du tracteur en taille réelle, construite avec du bois, de la mousse et de la fibre de verre. Cette fabrication fictive intègre la maquette de la cabine mise à jour. Elle donne une bonne image du tracteur et permet une première évaluation de la visibilité à bord.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent