New HollandLe New Holland T7.210 se mesure aux essais de la rédaction

Le New Holland T7.210 se mesure aux essais de la rédaction

« Économies de carburant exceptionnelles, transmission affûtée, confort en progrès », les arguments ne manquent pas pour qualifier l'arrivée d'un nouveau modèle sur le marché. Pour les vérifier et y voir plus clair, Matériel Agricole a mis à l'essai le New Holland T7.210 doté de la transmission à variation continue Auto Command. Des tests réalisés au banc de puissance, sur la route et dans les plaines de Basse-Normandie.

  Matériel Agricole a profité des derniers beaux jours de l'année 2012 pour essayer le New Holland T7.210 Auto Command sur les terres normandes. L'exploitation de Raphaël Groult, agriculteur à Coulombs, dans le Calvados, s'est montrée parfaitement adaptée à un test grandeur nature de ce tracteur de 181 chevaux ISO TR 14396. Au menu, un parcours sur les routes des environs, des côtes à gravir, un chemin à emprunter, le tout, avec une remorque Hardy Constructeur de 26,9 tonnes de poids total. Notre agriculteur-essayeur, David Lefranc, poursuivra l'essai dans les champs à l'aide d'un déchaumeur. Nous laissons ensuite le tracteur entre les mains de Matthias Reveleau, technicien de l'association Aile, pour un passage au banc de puissance. Le T7.210 délivre à la prise de force 154 chevaux OCDE. Le système de surpuissance moteur porte, lui, la puissance maximale à 183 chevaux OCDE, à comparer avec les 212 chevaux ISO TR 14396 annoncés. Après avoir tout donné au banc d'essais, le tracteur est attelé à la remorque. David Lefranc fait ses premiers pas avec la transmission Auto Command mais prend vite en main l'engin. « La visibilité arrière est bonne, sauf sur le piton d'attelage. Bien qu'il soit de petite taille, le rétroviseur placé sur la vitre arrière s'avère appréciable pour accrocher un outil », commente l'agriculteur.   [gallery link="file" order="DESC" orderby="post_date"]   Une cabine de première classe   Le top départ est donné. Notre essayeur s'élance sur le parcours routier de 11,9 kilomètres. Le tout récent New Holland T7.210 Auto Command débute par l'ascension d'une côte. Le mode de conduite Auto choisi par le conducteur sélectionne le régime moteur le plus approprié à l'effort demandé. La forte sollicitation du moteur et la vitesse d'avancement, supérieure à 18km/h, activent la surpuissance. Un voyant du tableau de bord en informe d'ailleurs l'utilisateur. La transmission, à deux plages mécaniques avant au passage robotisé, hésite cependant, durant la côte, à passer de la première vitesse à la seconde puis inversement. Cette action, jusque-là totalement imperceptible grâce au système à double embrayage, crée ici des ruptures de couple. Le confort à bord s'avère très correct pour le chauffeur disposant d'un siège à suspension pneumatique, comme pour le passager, bien installé sur une assise suffisamment large. La direction est souple à basse vitesse et suffisamment ferme pour ne pas se faire peur à 40 km/h. Le T7.210 Auto Command a, au cours des trois parcours effectués, ingurgité en moyenne 9,5 litres de carburant pour un temps de travail de 29 minutes et 57 secondes, soit une consommation instantanée de 19 l/h. L'application de la norme antipollution Stage IIIB nécessite, sur ce tracteur, l'utilisation d'AdBlue. Ce système baptisé SCR a en moyenne consommé 0,5 litre de cette solution par tour, soit un ratio d'environ 5,3 % du volume de carburant utilisé. La remorque Hardy Constructeur laisse maintenant place au déchaumeur Amazone Catros de cinq mètres de large.   [youtube_sc url="http://youtu.be/NBDGJNAdMfEe embed-responsive-16by9">
"]   À l'équilibre dans les champs L'équipe New Holland leste le tracteur, avant le départ au champ, de trois masses de 65 kg dans chacune des roues arrière et d'une masse frontale de 900 kg. David Lefranc prend ensuite le volant en direction d'une plaine vallonnée où attendent des chaumes de blé. Une fois dans la parcelle, le chauffeur enregistre la vitesse cible souhaitée, d'environ 12 km/h, et active la régulation automatique Cruise de la transmission. Le tracteur s'élance à la  vitesse programmée puis modifie ensuite automatiquement son régime moteur dans un souci d'économie de carburant. L'activation d'une séquence en bout de champ s'effectue après avoir mémorisé, en roulant, les différentes étapes à réaliser. Un bouton sur le joystick déclenche ensuite le processus à l'approche de la fourrière. Ainsi s'achève l'essai du New Holland T7.210. Le confort, les performances et la prise en main du tracteur ont clairement séduit notre essayeur. Seul ombre au tableau, la désactivation de la surpuissance moteur en dessous de 15 km/h réduit, dans l'ascension de certaines montées, sa puissance maximale de 183 à 154 chevaux OCDE.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Arracheuse intégrale à betteraves

Les heures n’effraient pas la Ropa EuroTiger V8-4

Pulvérisation

Basf transfère les bidons en sécurité

Utilitaire

Un SSV à pris attractif chez Can-Am

Pommes de terre

Un système anti-érosion chez AVR

Broyeur à axe vertical

Un gyrobroyeur rigide Quivogne de 3,50 m

Pommes de terre

Réglage d'une arracheuse à pommes de terre

Station météo

Weenat aide les irrigants

Pommes de terre

Un transbordeur Downs Geo de 22 tonnes

Travail du sol

Eurotechnics Agri s'adresse à l'agriculture raisonnée