John Deere 7215 R contre 7930Conflit de générations

Conflit de générations

Même transmission, même pneumatiques, même puissance... Les John Deere 7215 R (Stage IIIB) et 7930 (Stage IIIA), après avoir été mis à rude épreuve au banc moteur, prennent la route avec une remorque Maupu puis travaillent le sol attelés à un déchaumeur à dents Lemken. Lors de chaque test, ils sont évalués à trois reprises sur leur performance et leur comportement.

Première des deux épreuves, le parcours routier trace une boucle de 15,6 km autour du lycée agricole du Chesnoy, à Amilly (Loiret). Chaque tracteur l'accomplit trois fois. Pour mesurer la consommation de GNR lors du trajet, un bidon installé sur le tracteur dévie l'alimentation en carburant du moteur. Le 7215 R est le premier à s'élancer sur ce circuit. Il est attelé à la remorque Maupu chargée de blé, d'un poids total de 33,4 tonnes. Sa transmission à variation continue, positionnée en mode automatique, régule le régime du moteur. Sur ce tracteur, le chauffeur ajuste la progressivité de la transmission depuis le terminal selon trois positions, ce qu'il ne pouvait pas faire auparavant sur le 7930. Cette fonction semble efficace selon les mesures réalisées à différents niveaux de sensibilité, surtout dans les phases d'accélération ou dans les montées. Elle n'empêche toutefois pas le 7215 R d'être moins rapide dans les côtes que son prédécesseur. Le 7 R met en effet sept secondes en moyenne de plus pour gravir la difficulté de 700 mètres de long et 2 % de pente. Il se révèle également plus gourmand en carburant. Il consomme 25,4 l/h de GNR en moyenne, soit 11 % de plus que le 7930. Ce dernier, en prenant le relais du 7215 R avec la même remorque Maupu et en réalisant trois fois le même parcours, a ingurgité 22,9 l/h. Il est notamment avantagé par son poids, inférieur de plus d'une tonne au 7 R. Côté impressions de conduite, le 7930 est jugé d'emblée plus bruyant sur la route que le 7215 R. Son confort de suspension s'avère comparable à son successeur. Le chauffeur peut désormais régler depuis le terminal du 7215 R la sensibilité de la suspension du pont avant, un réglage impossible sur l'ancienne mouture.

[gallery link="file" columns="2" orderby="rand"]
Le 7 R moins gourmand dans le champ   À l'issue des tests au transport, les deux John Deere entreprennent les travaux du sol avec un déchaumeur à 18 dents semi-porté Karat 9 de Lemken, d'une largeur de cinq mètres. Une parcelle rectangulaire de 600 mètres de long, fraîchement moissonnée servira de terrain de jeu lors de l'essai. La bonne visibilité sur les bras de relevage de ces tracteurs facilite l'attelage de l'outil mais leur troisième point, dépourvu d'un crochet automatique, s'avère moins pratique à régler. Le chauffeur a comme consigne d'adopter une vitesse d'avancement de 9 km/h. L'outil est maintenu à une profondeur constante de cinq centimètres afin d'optimiser le mélange des résidus de blé et de colza. Le 7215 R travaille le premier le sol encore frais des dernières pluies du mois de juillet. Son autoguidage par satellites permet de juxtaposer les différentes passes et de minimiser ainsi le biais lié à l'hétérogénéité du sol. Le moteur biturbo emmène l'ensemble sans trop de difficultés à un régime de 1 800 tr.min-1. Lesté de 900 kg à l'avant, le 7 R n'indique jamais plus de 6 % de patinage sur son ordinateur de bord confirmant en partie la bonne réparation des masses. La cabine surélevée offre une large vision panoramique. Son niveau sonore est jugé plus faible que celui de son aîné par notre essayeur. L'ergonomie des commandes facilite la prise en main et les manoeuvres en bout de champ. Le 7930 prend ensuite le relais avec la même masse de 900 kg, mais au régime moteur de 1 900 tr.min-1 régulé automatiquement en fonction des variations de charge. Les temps de travaux plus élevés du second relayeur confirment la moindre adhérence de ce tracteur de précédente génération. Plus léger que le 7 R, le 7930 est également désavantagé par ses pneumatiques plus usés. Les deux engins disposent des mêmes montes : 600/70 R 30 à l'avant et 650/85 R 38 à l'arrière. Mais les roues de l'aîné affichent une usure de 30 % à l'avant et 40 % à l'arrière, alors qu'elles sont neuves sur le 7215 R. Avec un appétit mesuré de 30,1 l/h, ce dernier se révèle moins gourmand que le 7930 qui réclame au champ en moyenne 32,1 l/h de GNR, soit 7 % de plus.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus

Voirie

Les pièces d’usure communes à l’épareuse et au broyeur d’accotement Desvoys