Claas Arion 500 et 600 Cmatic : la variation continue dès 145 chevaux

Claas Arion 500 et 600 Cmatic : la variation continue dès 145 chevaux

Claas l'avait annoncé en novembre à l'Agritechnica : après les tracteurs de grosse puissance, les Arion 500 et 600 accèdent à leur tour à la boîte à variation continue CMatic. Mais, contrairement aux Axion et Xerion qui s'approvisionnent chez ZF, ces sept modèles de 145 à 185 chevaux reçoivent une boîte fabriquée en interne. Matériel Agricole est monté à bord et vous livre ses premières impressions.

À première vue, rien ne distingue les Arion 500 et 600 CMatic de leurs homologues dotés d'une transmission semi-powershift Hexashift si ce n'est le discret logo CMatic ornant le bas de la porte de la cabine. En y regardant d'un peu plus près, le connaisseur repérera le réservoir d'huile logé sous le marchepied, propre aux variantes intégrant la nouvelle transmission à variation continue EQ200 fabriquée par Claas dans son usine allemande de Paderborn. En montant dans la cabine, le chauffeur reconnaît tout de suite l'environnement de travail Claas. Le large accoudoir regroupe, côté droit, l'ensemble des commandes électroniques et supporte le joystick ergonomique CMotion. Pour déverrouiller la transmission et mettre le tracteur en mouvement, le chauffeur appuie sur le bouton d'inversion tout en déplaçant le monolevier. Une fois l'Arion lancé, le simple déplacement de ce joystick vers l'avant provoque une accélération proportionnelle à l'intensité de l'appui. À l'opposé, tirer le CMotion vers l'arrière ralentit la cadence. L'opérateur lancé en marche arrière réduit ainsi sa vitesse en tirant ce monolevier. Une action un peu déroutante au départ ! Lorsqu'il souhaite stopper le tracteur, il lui suffit d'exercer une forte traction sur le joystick pour retrouver le point mort. Attention toutefois à ne pas créer un surrégime en agissant de manière trop brutale, en particulier lors de dénivelés importants avec une lourde charge tractée ! Le terminal de commandes Cebis équipe d'office les tracteurs pourvus d'une transmission à variation continue.  

Trois plages virtuelles

  L'opérateur navigue dans les différents menus de cette console à l'aide d'une molette et de boutons intégrés dans l'accoudoir droit. Sur l'écran, une barre verticale de couleur bleue indique la vitesse instantanée. L'interface affiche également trois plages virtuelles prédéfinies par l'opérateur dans le menu transmission du Cebis (précision respectivement de 0,05 km/h, 0,1 km/h et 0,5 km/h). Deux boutons logés à l'avant du joystick se destinent au changement de plage. Ces intervalles se caractérisent également par leurs butées haute (réglable au maximum à 15 km/h, 30 km/h et 42 km/h) et basse (0 km/h minimum pour les deux premières plages). Le chauffeur peut ainsi rouler à très faible allure pour des travaux spécifiques et affiner au mieux sa vitesse de travail. Un avantage que ne procure pas la boîte Hexashift ! Le changement de plage s'opère sans stopper le tracteur au moyen de deux boutons situés côté droit, sur la face supérieure du joystick CMotion. Le constructeur a en outre prévu trois réglages indépendants pour les plages de marche arrière. Pour affiner encore la conduite du tracteur, l'opérateur dispose d'un régulateur, dénommé Cruise Control, paramétrable pour chacune des six plages virtuelles de vitesses prédéfinies (3 avant et 3 arrière).  

Double commande d'inverseur

  Les tracteurs dotés d'une transmission CMatic adoptent deux possibilités de changement du sens de marche : un inverseur électrohydraulique prioritaire situé à gauche sous le volant ou une commande impulsionnelle sur la face supérieure du monolevier CMotion (non disponible sur les tracteurs dotés d'une transmission semi-powershift). Mais, pour se servir de ce bouton-là, le chauffeur doit préalablement positionner le levier d'inversion gauche au neutre. La transmission à variation continue Claas ne dispose pas de position parking au niveau de l'inverseur, contrairement à la ZF des Axion et Xérion. Mais la fonction automatique « neutre actif » intégrée de série immobilise de toute manière le tracteur dès l'arrêt complet. Tous les tracteurs CMatic disposent en outre d'un frein mécanique côté gauche et d'une pédale d'approche facilitant les manoeuvres délicates. Certains chauffeurs pourront constater un manque de réactivité de l'inverseur par exemple lors des travaux de manutention. Qu'ils se rassurent : à l'image de la transmission ZF, la progressivité de l'inverseur de la transmission EQ200 se paramètre sur le menu dédié de l'interface du Cebis. L'opérateur constatera que le réglage des seuils de la plage virtuelle influe également sur la réactivité de l'inverseur.  

Gestion automatique paramétrable

  Selon le type de travail, le chauffeur sélectionne l'un des modes d'avancement disponibles. Le changement d'un mode de conduite à l'autre s'opère à l'aide d'un simple bouton sur la console de commande. S'il choisit la conduite à la pédale (mode Auto), il gère la vitesse d'évolution du tracteur en appuyant plus ou moins sur l'accélérateur. En mode Drivestick, l'opérateur se sert du joystick CMotion pour piloter le tracteur. Le chauffeur choisit également parmi deux systèmes de gestion automatique moteur-boîte Claas Power System (CPS) : traction ou prise de force. Par défaut, le moteur adopte le régime le plus bas possible et adapte ce paramètre selon une vitesse consigne. Selon Claas, l'arrêt inopiné du moteur s'avère pratiquement impossible. Dans les deux cas, le chauffeur a la possibilité d'ajuster la réévaluation du niveau de régime moteur grâce à la fonction Droop. L'opérateur règle par ce biais la consigne de gestion automatique du moteur. Il paramètre ainsi une plage de régime en deçà de laquelle la transmission réduit automatiquement l'allure pour soulager le moteur. Cet intervalle de tolérance s'ajuste précisément : entre 10 et 40 % de baisse par rapport à la valeur consigne pour les modes de conduite pédale ou monolevier et 5 à 40 % de baisse pour les deux mémoires de régime moteur programmables. Claas a également pensé aux chauffeurs désirant entièrement contrôler les paramètres d'avancement et de charge moteur manuellement. Le terminal Cebis propose un type de conduite manuel. Dans ce cas, l'opérateur gère la vitesse d'avancement au monolevier et ajuste le régime moteur à la pédale. Selon le tractoriste, les Arion dotés d'une transmission CMatic devraient être proposés à un coût environ 7 % supérieur à celui des modèles Hexashift.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Arracheuse intégrale à betteraves

Les heures n’effraient pas la Ropa EuroTiger V8-4

Pulvérisation

Basf transfère les bidons en sécurité

Utilitaire

Un SSV à pris attractif chez Can-Am

Pommes de terre

Un système anti-érosion chez AVR

Broyeur à axe vertical

Un gyrobroyeur rigide Quivogne de 3,50 m

Pommes de terre

Réglage d'une arracheuse à pommes de terre

Station météo

Weenat aide les irrigants

Pommes de terre

Un transbordeur Downs Geo de 22 tonnes

Travail du sol

Eurotechnics Agri s'adresse à l'agriculture raisonnée