Valtra : les six T débarquent dans les plaines

Valtra : les six T débarquent dans les plaines

Le renouvellement des six-cylindres de la série T représente une étape primordiale pour Valtra et cela fait d'ailleurs sept ans que le constructeur finlandais planche sur le sujet. Ses six nouveaux tracteurs, développant entre 155 et 235 chevaux, viennent officiellement d'être dévoilés. Ils bénéficient d'un design réussi, d'un moteur Stage IV et d'une cabine profondément remaniée.

Deux ans après la sortie du premier prototype et 40 000 heures de tests plus tard, Valtra dévoile la quatrième génération de tracteurs de la série T. VT11 est le nom de code un peu barbare pour définir le projet de renouvellement de ces premiers six-cylindres de la gamme. Le Finlandais mise gros car cette famille de tracteurs représente pour lui un segment de marché important. Elle assure notamment une grosse part de l'activité de son usine de Suolahti. Ce renouvellement devenait inéluctable en raison de la précédente série T, pour le moins vieillissante, notamment en termes de design, et du calendrier des normes antipollution des moteurs. Six nouveaux modèles voient donc le jour, les T144, T154, T174, T194, T214 et T234, de 155 à 235 chevaux de puissance maximale sans surpuissance. L'entrée de gamme T133, de 141 chevaux, disparaîtra à terme du catalogue tandis que le nouveau T234 chapeaute cette série avec une puissance maximale de 250 chevaux avec le boost et un couple maximal porté à 100 daN.m. Dès le premier coup d'oeil, le tracteur de la série T est plaisant à contempler avec un design élaboré s'inspirant des modèles plus puissants de la série S dévoilés à l'Agritechnica. Il leur reprend les feux creusés dans la calandre et le grand V (de Valtra) incrusté dedans, formant une ride du lion dans les grilles d'aération et se prolongeant jusque sur le capot. La calandre dessine ainsi un visage humain qui invite le conducteur à prendre les commandes. Si les designers s'étaient arrêtés en si bon chemin sur les plus gros, ils ont brillamment poursuivi leur étude de style sur l'ensemble des organes du tracteur de la série T, à l'instar des ailes, des feux arrière à LED ou de la cabine, à l'extérieur comme à l'intérieur. Valtra décline ce poste de conduite en deux variantes. L'une intègre cinq montants incurvés et une porte à gauche. L'autre, disponible fin 2015, adopte six montants et deux portes. Valtra propose en option un toit ouvrant vitré pour ceux qui souhaitent monter un Le pont avant, toujours à suspension pneumatique, affiche 30 % de course en plus, 40 % d'angle d'oscillation supplémentaire et une capacité de charge supérieure de 10 %. Une quatrième finition Active chargeur frontal. Le Finlandais ne renie pas non plus ses origines et propose, également, un toit forestier caractérisé par ses tubes de renfort et par son optionnelle vitre arrière. Homologuée ROPS et FOPS, la cabine des Valtra T reçoit plus de 1 000 nouveaux composants en comparaison. À l'intérieur, les dimensions restent les mêmes, mis à part la largeur entre les ailes, qui augmente de 20 cm pour offrir davantage d'espace au conducteur et à son éventuel passager. Valtra décline aujourd'hui ce poste de conduite en trois niveaux de finition.  

Le confort comme centre d'intérêt

  Les deux premiers (Versu et Direct) reçoivent des distributeurs électrohydrauliques et le même petit écran en bout d'accoudoir que les anciens T. Le troisième, nommé Active, n'adopte pas d'écran et se contente de distributeurs mécaniques positionnés sur la console latérale. Quelle que soit la version, le tractoriste a redessiné l'accoudoir multifonction, en adoptant des codes couleurs pour davantage d'ergonomie et faciliter la prise en main. Il a notamment redessiné et repositionné dessus un nouveau petit levier de gestion de la transmission baptisé DriveStick. Pour le reste, le Finlandais a apporté la plus grande attention au confort des occupants avec trois variantes de siège pneumatique, une ventilation redimensionnée, de nouvelles bouches d'aération au niveau du tableau de bord, une nouvelle climatisation à régulation automatique ou manuelle, un espace réfrigéré optionnel, davantage de compartiments de rangement, un vrai siège passager, un autoradio avec caisson de basses... À l'extérieur, la cabine se distingue par ses rétroviseurs pouvant accueillir deux miroirs, dont un à grand-angle, ses nouveaux phares de travail avant et arrière, éventuellement à LED, Des moteurs Agco Power animent toujours les tracteurs de la série T. Fabriqués à Linnavuori (Finlande), à environ 200 kilomètres de l'usine de tracteurs Valtra, les six-cylindres de 6,6 litres ou de 7,4 litres répondent désormais à la norme antipollution Stage IV. Comme sur les précédents tracteurs de la série T, ils utilisent un catalyseur d'oxydation diesel (DOC), situé sous le capot moteur, et un SCR, intégré dans le pot d'échappement. Ce dernier dispositif fonctionne grâce à l'injection d'une solution aqueuse à base d'urée (AdBlue) stockée dans un réservoir de 74 litres (25 litres auparavant). Pour diminuer la quantité de NOx dans les gaz d'échappement comme l'impose la norme Stage IV, le motoriste a augmenté la pression dans le circuit d'injection, à plus de 2000 bars, et renouvelé tous ses composants : pompe à haute pression, rampe commune, injecteurs et boîtier de contrôle électronique Bosch. Il fait également appel à un turbo à géométrie fixe régulé électroniquement par une Wastegate. Une nouvelle vanne papillon positionnée à l'admission d'air accélère la montée en température du moteur et, à bas régime, facilite le travail du système SCR en augmentant la température des gaz d'échappement. Pour des raisons esthétiques et fonctionnelles, Valtra a redessiné le tube d'admission d'air, qui longe le montant avant gauche de la cabine, et le capot moteur pour optimiser les flux d'air tout en essayant de ne pas trop obstruer la visibilité vers l'avant. Il a également relooké le pot d'échappement, désormais de forme ovale. Comme précédemment, tous les modèles de la série T adoptent une surpuissance de 15 chevaux, baptisée SigmaPower. Cette dernière s'active dès l'embrayage de la prise de force ou au transport, en gammes C ou D sur les versions powershift et à variation continue. Le T174 est également disponible avec la fonction EcoPower chère à Valtra. En sélectionnant cette fonction, la cartographie du moteur est modifiée et le régime est limité à 1 800 tr/min pour réduire la consommation de carburant. Le moteur des derniers-nés des Valtra admet des intervalles de vidange de 600 heures. Il s'alimente dans un réservoir à carburant recevant 100 litres de plus que ses prédécesseurs, soit 380 litres. Les six T T144 T154 T174 (Eco) T194 T214 T234 Moteur Agco Power, 6 cylindres, 6,6 litres Agco Power, 6 cylindres, 7,4 litres Puissance maximale sans/avec surpuissance (ch ISO 14396) 155/170 165/180 175/190 195/210 215/230 235/250 Réservoirs GNR/AdBlue 380 litres/70 litres Transmission Powershift 30 av.30 ar. ou variation continue Powershift 30 av./30 ar. Hydraulique 115 l/min (160 l/min en option) Relevage Ar. = 8,1 ou 9,5 tonnes - av. = 5,1 tonnes Masse (réservoirs pleins) 7,3 tonnes Masse maximale admissible 13,5 tonnes Empattement 2,995 m Longueur 5,35 m Hauteur 3,1 m Diamètre maximal des pneumatiques arrière 2 m son essuie-glace avant couvrant désormais 270 degrés (180 degrés en vitesse rapide) et une ou deux caméras optionnelles montées d'usine. Le poste inversé TwinTrac reste disponible sur ce tracteur de la série T. Cet équipement adopte une nouvelle commande électrique de la direction, un volant désormais réglable en hauteur, en inclinaison et latéralement (montage sur rail) ainsi que des pédales à l'ergonomie retravaillée.  

Une quatrième finition Active

  Valtra profite du lancement des tracteurs de la série T pour introduire une quatrième finition à son catalogue. Baptisée Active, cette configuration reprend le circuit hydraulique load sensing des versions actuelles haut de gamme Versu et Direct. Elle s'en distingue notamment par ses distributeurs mécaniques placés sur la console latérale et par l'absence d'écran en bout de l'accoudoir multifonction. Ce circuit LS, alimenté par une pompe à cylindrée variable, fournit toujours 115 l/min, voire 160 l/min en option. Il se compose de conduites mieux agencées et compte moins de raccords. Tous les coupleurs hydrauliques arrière sont désormais placés du côté gauche du tracteur pour faciliter le branchement des flexibles. La quantité d'huile exportable progresse pour atteindre 40 litres. L'équipement hydraulique se compose de deux à quatre distributeurs arrière sur la finition Active, voire cinq sur les versions Versu et Direct. Valtra ajoute un ou deux distributeurs arrière on/off, quelle que soit la version, et un kit Power Beyond limitant à quatre le nombre de distributeurs. La géométrie du relevage arrière a été renforcée et sa capacité progresse de 20 % pour atteindre 8,1 tonnes de série, voire 9,5 tonnes en option. L'avant du tracteur se complète d'un relevage de 5,1 tonnes recevant jusqu'à trois distributeurs électrohydrauliques et une prise de force tournant à 1 000 tr/min. L'offre du constructeur finlandais comptera à terme quatre finitions : Direct, Versu, Active et HiTech. Cette dernière version d'entrée de gamme, disponible au quatrième trimestre 2015, se caractérisera par son circuit hydraulique à centre ouvert et son débit limité à 73, voire à 93 l/min.  

L'Agco Power n'a besoin que d'AdBlue

  Des moteurs Agco Power animent toujours les tracteurs de la série T. Fabriqués à Linnavuori (Finlande), à environ 200 kilomètres de l'usine de tracteurs Valtra, les six-cylindres de 6,6 litres ou de 7,4 litres répondent désormais à la norme antipollution Stage IV. Comme sur les précédents tracteurs de la série T, ils utilisent un catalyseur d'oxydation diesel (DOC), situé sous le capot moteur, et un SCR, intégré dans le pot d'échappement. Ce dernier dispositif fonctionne grâce à l'injection d'une solution aqueuse à base d'urée (AdBlue) stockée dans un réservoir de 74 litres (25 litres auparavant). Pour diminuer la quantité de NOx dans les gaz d'échappement comme l'impose la norme Stage IV, le motoriste a augmenté la pression dans le circuit d'injection, à plus de 2000 bars, et renouvelé tous ses composants : pompe à haute pression, rampe commune, injecteurs et boîtier de contrôle électronique Bosch. Il fait également appel à un turbo à géométrie fixe régulé électroniquement par une Wastegate. Une nouvelle vanne papillon positionnée à l'admission d'air accélère la montée en température du moteur et, à bas régime, facilite le travail du système SCR en augmentant la température des gaz d'échappement. Pour des raisons esthétiques et fonctionnelles, Valtra a redessiné le tube d'admission d'air, qui longe le montant avant gauche de la cabine, et le capot moteur pour optimiser les flux d'air tout en essayant de ne pas trop obstruer la visibilité vers l'avant. Il a également relooké le pot d'échappement, désormais de forme ovale. Comme précédemment, tous les modèles de la série T adoptent une surpuissance de 15 chevaux, baptisée SigmaPower. Cette dernière s'active dès l'embrayage de la prise de force ou au transport, en gammes C ou D sur les versions powershift et à variation continue. Le T174 est également disponible avec la fonction EcoPower chère à Valtra. En sélectionnant cette fonction, la cartographie du moteur est modifiée et le régime est limité à 1 800 tr/min pour réduire la consommation de carburant. Le moteur des derniers-nés des Valtra admet des intervalles de vidange de 600 heures. Il s'alimente dans un réservoir à carburant recevant 100 litres de plus que ses prédécesseurs, soit 380 litres.  

Le N-Auto simplifie la conduite

  Le mode de conduite des boîtes powershift Valtra s'apparente dorénavant à celui des transmissions à variation continue. Grâce à la dernière génération de l'automatisme N-Auto, le conducteur ne sollicite plus la pédale d'embrayage, celle de frein assurant le débrayage électrique de la boîte. Cette fonctionnalité est disponible sur les transmissions des finitions Versu et Active à cinq rapports sous charge et six gammes robotisées (dont deux rampantes), totalisant 30 rapports avant et arrière. Elle s'utilise selon deux modes : N-Auto 1 et N-Auto 2. Le premier change de rapport powershift selon la charge (réglage d'usine), le second agit selon un préréglage de régime moteur défini par le conducteur. Dans tous les cas, le changement automatique des rapports à lieu en gammes A, B ou C-D. Chaque passage de gamme est robotisé. La transmission powershift des finitions Active et Versu s'accompagne également du mode prise de force. Avec cet automatisme, comme le régime moteur est programmé, le conducteur gère le passage des rapports sous charge avec la pédale d'avancement. Le nouveau dispositif Hill Hold retient, lui, le tracteur dans une pente et permet de le relancer, après avoir placé le levier d'inverseur en position parking, sans solliciter la pédale d'embrayage. Valtra propose toujours la transmission à variation continue Direct, fabriquée en Finlande, comme toutes les boîtes des tracteurs de la série T. Ce module conserve ses quatre gammes mécaniques et un réglage, depuis l'accoudoir, de son agressivité selon trois niveaux. Elle est désormais disponible sur le T214, de 215 chevaux de puissance maximale, mais malheureusement pas sur le plus puissant tracteur de la gamme, le T234, en raison de son dimensionnement. La finition d'entrée de gamme HiTech s'accompagne, elle, de la nouvelle transmission powershift renforcée HiTech5 à cinq rapports sous charge dont le lancement est prévu au quatrième trimestre 2015. Sur l'ensemble des modèles, l'acquéreur a désormais le choix entre trois régimes de prise de puissance de série parmi : 540, 54 Eco, 1 000 et 1 000 Eco tr/min. Valtra propose même un régime proportionnel à l'avancement pour, par exemple, tirer une remorque équipée d'un pont moteur.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus

Voirie

Les pièces d’usure communes à l’épareuse et au broyeur d’accotement Desvoys

Récolte

Moresil coupe les tournesols à la tête

Fenaison

Des faucheuses frontales Pöttinger pour tracteurs légers