John Deere : des évolutions sur tous les fronts

John Deere : des évolutions sur tous les fronts

Les 29 et 30 juin, John Deere a invité en Autriche la rédaction de Matériel Agricole pour une présentation des dernières évolutions techniques apportées à sa gamme de produits. Le constructeur a notamment dévoilé les tracteurs des séries 6R et 6M à moteur Stage IV, les chargeurs frontaux R et les combinaisons de fauche de grande largeur. Il nous a également emmenés sur les terres hongroises pour faire le point au champ sur les modifications apportées à ses moissonneuses-batteuses à secoueurs.

Les petits 6R et les 6M adoptent l'AdBlue

  Tous les tracteurs John Deere des gammes 6R et 6M logent désormais un moteur conforme à la norme antipollution Stage IV. Selon leur puissance, ces modèles reçoivent un quatre-cylindres de 4,5 litres Power- Tech PSS ou un six-cylindres de 6,8 litres PowerTech PVS, des motorisations fabriquées en France, à Saran (Loiret), par la firme américaine. Ils satisfont à la réglementation sur les émissions polluantes en embarquant un filtre à particules (FAP) et un dispositif de réduction catalytique sélective (SCR) fonctionnant à l'AdBlue. L'évolution dans la gamme 6R concerne les six modèles allant du 6110R au 6155R développant une puissance nominale de 110 à 155 chevaux et maximale de 135 à 202 chevaux avec la surpuissance. Les trois plus gros 6R (6175R, 6195R et 6215R) satisfont pour leur part à la norme Stage IV depuis l'an dernier. Les petits 6R bénéficient en cabine de l'accoudoir multi fonction CommandARM, de la console Command Center de génération 4 à écran tactile. Ils accèdent à un large choix de transmissions, à l'image de la PowrQuad Plus, Auto- Quad Plus, AutoQuad Plus EcoShift et de la solution à variation continue AutoPowr. Les 6145R et 6155R prétendent en plus à la boîte à double embrayage DirectDrive. De leur côté, les huit nouveaux tracteurs de la gamme 6M arriveront en 2016. Ils délivrent, eux, une puissance nominale de 110 (6110M) à 195 chevaux (6195M) et maximale de 116 à 206 chevaux avec la surpuissance. Ces modèles sont aussi proposés avec un large choix de transmissions comparable à celui des séries 6R, ainsi qu'à la CommandQuad Plus et la CommandQuad Plus Ecoshift.  

Les séries T gagnent en efficacité de séparation et de nettoyage

  Les moissonneuses-batteuses John Deere de la série T se caractérisent par leur système de séparation composé successivement d'un batteur de 660 millimètres de diamètre, d'un tambour dit « inversé », d'un séparateur rotatif et d'un tire-paille. Elles se déclinent en deux modèles à cinq secoueurs (T550 et T560) et deux modèles à six secoueurs (T660 et T670). Ces machines adoptent pour la prochaine campagne de nouvelles motorisations John Deere PSS répondant à la norme antipollution Stage IV. Le six-cylindres de 6,8 litres de la T550 et le six-cylindres de 9 litres des trois autres modèles s'accompagnent ainsi d'un catalyseur d'oxydation diesel, d'un filtre à particules et d'un dispositif de réduction catalytique sélective (SCR) utilisant l'AdBlue. Cette évolution profite aux T560 et T660 dont la puissance nominale progresse de 14 chevaux pour atteindre 334 chevaux (ECE R120). La T670 gagne, elle, 19 chevaux et délivre désormais 392 chevaux. Les quatre moissonneuses-batteuses de la série T bénéficient également d'aménagements au niveau de leur système de séparation pour davantage de performance. L'angle d'enveloppement du contre-batteur passe ainsi de 116 à 124 degrés. Le tambour inversé voit son diamètre grandir de 420 à 500 millimètres alors que celui du séparateur rotatif progresse de 660 à 800 millimètres. Ces machines accèdent par ailleurs à un caisson de nettoyage de plus grande surface (6 mètres carrés). Cet organe entièrement redessiné se caractérise notamment par sa construction en aluminium présentant une masse identique à celle du précédent caisson. Le débit de la vis de vidange évolue aussi. De 88 l/s en standard, il s'élève à 125 l/s en option. D'autres équipements optionnels apparaissent au tarif des nouvelles séries T, tels que les chenilles de 660 millimètres de large, le compresseur d'air et des caméras. Certains modèles accèdent à une transmission intégrale à quatre roues motrices utilisant un seul moteur hydraulique central sur l'essieu arrière.  

Les six-secoueurs de la série W plus puissants

  Les quatre moissonneuses-batteuses conventionnelles de la série W accèdent pour 2016 à une motorisation répondant à la norme Stage IV. Leur six-cylindres embarque ainsi un catalyseur d'oxydation diesel, un filtre à particules et un dispositif de réduction catalytique sélective (SCR) fonctionnant à l'AdBlue. Les W540 et W550 à cinq secoueurs, animées par un moteur de 6,8 litres, développent, comme les précédentes, 235 et 271 chevaux de puissance nominale (ECE R120). Les six-secoueurs W650 et W660, équipés quant à eux d'un bloc de 9 litres, gagnent en revanche 3 et 14 chevaux pour atteindre 302 et 334 chevaux. Le système de séparation des séries W demeure inchangé avec un batteur de 660 millimètres de diamètre suivi d'un tire-paille. Il s'accompagne de nouveaux secoueurs aux redans plus raides pour davantage d'efficacité. Ces moissonneuses- batteuses profitent également, comme les séries T, du nouveau caisson de nettoyage en aluminium à la surface accrue à 6 mètres carrés. Elles accèdent désormais en option au débit de vidange de 125 l/s, au compresseur d'air et aux caméras. La W660 prétend désormais aux trains de chenilles de 660 millimètres de large jusqu'ici réservés aux modèles de la série S.  

Les chargeurs frontaux entièrement revus

  La série R de chargeurs frontaux de John Deere arrive en novembre pour remplacer la gamme H. Elle a été développée pour les dernières générations de tracteurs 6R et 6M. Elle s'avère cependant compatible avec les précédents 6R ainsi que les 6030. Les nouveaux chargeurs, déclinés en cinq variantes, présentent une hauteur de levage allant de 3,90 à 4,50 mètres et une capacité de charge comprise entre 1 938 et 2 538 kg. Ils bénéficient d'une nouvelle conception des brancards et sont proposés avec et sans parallélogramme mécanique ou hydraulique. Le modèle à correction mécanique se caractérise notamment par l'adoption de doubles bielles supérieures positionnées de chaque côté du bras. Les cinq variantes R intègrent désormais le verrouillage automatique des brancards sur le tracteur. Elles se complètent en option du dispositif baptisé « RT Plus » de retour automatique de l'outil à sa position initiale.  

Faucher large sans ratée

  John Deere dévoile pour la prochaine campagne une nouvelle génération de combinaison de faucheuses conditionneuses de grande largeur embarquée sur un tracteur. Ces ensembles au design moderne et d'une envergure maximale de 9,90 mètres se composent d'un groupe frontal et de deux unités portées arrière. À l'avant, le constructeur américain a développé les faucheuses F310R et F350R travaillant sur 3,10 et 3,50 mètres de large. Ces machines, munies de sept et huit disques, reçoivent un conditionneur à fléaux mobiles tournant à deux régimes réglables par un levier (760 ou 1 000 tr/min). Ces unités frontales disposent d'une suspension oléopneumatique, d'un boîtier de renvoi d'angle lubrifié à vie par bain d'huile et de déflecteurs latéraux escamotables manuellement. La F310R, associée aux groupes de fauche arrière R870R et R950R, intervient respectivement sur 8,70 et 9,50 mètres de large. La F350R, combinée quant à elle au modèle R990R, forme l'ensemble de 9,90 mètres d'envergure. Pour une meilleure finition des fourrières et éviter les bandes d'herbe non coupées, les groupes arrière bénéficient d'un dispositif hydraulique augmentant, de chaque côté, de 30 à 50 centimètres, le chevauchement de leur lamier avec celui de la faucheuse frontale.  

Des balles cubiques hachées plus fin

  John Deere introduit la presse à haute densité L1533 MaxiCut 15 à son catalogue. Ce modèle à canal de 90 x 80 centimètres dispose d'un système de liage à double noeud. Il profite d'un nouveau pick-up plus large mesurant désormais 2,30 mètres contre 2,10 mètres pour la précédente variante. Ce ramasseur se distingue également par l'adoption de cinq barres portedents (quatre auparavant). Le nouveau dispositif MaxiCut, doté de 15 couteaux logés dans un tiroir coulissant, procure désormais une longueur théorique de coupe de 45 millimètres (10 couteaux et 70 millimètres auparavant). Toujours dans le domaine de la presse à balles cubiques, le constructeur s'intéresse maintenant au marché de la coupe fine avec l'introduction d'un broyeur sous flèche en option d'usine sur sa presse 1424/C à canal de 70 x 120 centimètres.  

Le fourrage stocké dehors durablement

  L'offre en filets John Deere s'enrichit des variantes HD et B-Wrap. Le premier, dit « haute densité », convient aux presses à balles rondes de la série 900. Annoncé 50 % plus solide que le précédent, il est censé réduire, sans surcoût, le temps de liage de 2,2 secondes pour des balles de 1,25 mètre et de 3,3 secondes pour des balles de 1,85 mètre, par rapport au filet XtraNet. Le second, le B-Wrap, adapté aux presses à chambre variable des séries 800 et 900, a été développé pour le stockage des fourrages secs en extérieur. Il se présente sous la forme d'un rouleau prédécoupé en 45 portions conçu pour réaliser autant de balles rondes de 1,55 mètre, avec un coût de revient d'environ 6,50 euros par balle. Il se compose de trois épaisseurs de matériau composite dont une bâche pourvue de micropores laissant s'échapper l'humidité interne de la balle prise en sandwich entre deux couches de filet.  

Des pompes de pulvérisateur au débit adaptatif

  Les pulvérisateurs John Deere R900i, désormais disponibles avec des cuves de 4 400, 5 200 et 6 200 litres, bénéficient du nouveau système de pulvérisation PowrSpray. Ils intègrent ainsi deux pompes centrifuges à entraînement hydraulique. La première assure le remplissage de la cuve au rythme de 1 200 l/min. La seconde pompe fournit jusqu'à 1 000 l/min au circuit de pulvérisation. Elle se distingue par l'intégration d'un dispositif permettant de passer du débit minimum au débit maximum en trois secondes. Cette caractéristique contribue à améliorer la précision de la régulation lors des manoeuvres en bout de champ ou lors des fermetures et ouvertures automatiques des tronçons.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Travail du sol

Une trémie-fertiliseur de 3 500 L chez Monosem

Faucheuses

La triple faucheuse Kuhn GMD 8730 se simplifie

Irrigation

Agri Solution place l’enrouleur sous haute surveillance

Part de marché

Les outils non animés à disques se portent bien

Elevage

Des autochargeuses Jeulin plus stables

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct