Case IH Optum CVX : puma optimum

Case IH Optum CVX : puma optimum

Quelques mois avant sa présentation officielle, le tout nouvel Optum de Case IH était déjà entre les mains de la rédaction. Ce tracteur polyvalent, dernier-né de la famille des six-cylindres, possède un gabarit intermédiaire entre les Puma et les Magnum. Il s'apparente davantage, en termes de conception, au premier avec lequel il partagera, dès la fin de l'année, la chaîne de fabrication autrichienne de Saint-Valentin, le moteur FPT ainsi que la transmission à variation continue CVX et le pont arrière. Ces éléments sont heureusement redimensionnés pour passer les 270 ou 300 chevaux.

Six tonnes séparent le plus gros des Puma du plus petit des Magnum chez Case IH. Dans cet intervalle, une catégorie de tracteurs à six cylindres polyvalents, initiée par les John Deere 7R ou Fendt 800, semble en plein essor sur le marché européen. Ces gros modèles bons à tout faire séduiraient en effet de plus en plus d'agriculteurs et d'entrepreneurs. Case IH en est bien conscient et s'apprête à combler le trou jusqu'à présent resté béant dans sa gamme. Fin 2015, il ajoute à son tarif l'Optum, un projet qui a débuté précisément quatre ans plus tôt. Ce tracteur ne sera pour l'instant proposé qu'en deux niveaux de puissance et une seule solution de transmission à variation continue reprise des Puma et redessinée pour passer davantage de couple. Les Optum 270 CVX et Optum 300 CVX délivrent respectivement 270 et 300 chevaux. J'ai eu le privilège de faire, fin juin, les premiers tours de roues à bord du plus puissant des deux lors d'une conférence de presse organisée en petit comité sur le futur lieu de production : l'usine autrichienne de Saint-Valentin. Malheureusement, la signature d'un contrat de confidentialité jusqu'au 3 septembre à minuit ne m'a pas permis de vous informer plus tôt de ce lancement.  

Une vraie gueule

  Le nom de ce tracteur, les formes angulaires de son capot ainsi que les plaques de ventilation du catalyseur posées de part et d'autre ne sont peut-être pas les critères qui, comme moi, vous séduiront le plus au premier coup d'oeil. En revanche, la calandre, à mon goût particulièrement bien dessinée, forme un visage expressif. Elle est joliment coiffée du logo de la marque. Son regard, avec ses deux feux en forme de virgule soulignés de LED, semble froncer des sourcils. Les deux petits feux en position basse font penser à des naseaux tandis que la bouche entrouverte formée par le berceau moteur s'apprête à tout dévorer sur son passage. L'Optum possède malgré tout un design harmonieux. Il se situe à mi-chemin, en termes de gabarit, entre un Puma et un Magnum. Il affiche en effet un empattement de 2 995 millimètres, soit 10 centimètres de plus que le premier et autant de moins que le second en variante CVX. Le petit dernier de la famille Case IH pèse 10,8 tonnes et se situe là aussi précisément à mi-distance entre ces deux autres six-cylindres de la gamme. D'un point de vue conception, il s'apparente plus à un gros Puma qu'à un petit Magnum puisqu'il reprend une majorité de composants du tracteur de Saint-Valentin. Son pont arrière, par exemple, repris au Puma, est redimensionné pour recevoir des pneumatiques de plus grande dimension, jusqu'à 900 millimètres de large et 2,15 mètres de diamètre, ainsi que des roues jumelées. Son nouveau pont avant suspendu est, lui, dérivé du Magnum. Fabriqué à Modena, en Italie, il possède deux vérins couplés à deux amortisseurs oléopneumatiques. Il se verrouille, autorise lui aussi le montage de roues jumelées et possède seulement trois points de graissage sur le mécanisme de suspension, selon le tractoriste. Il accède de plus au freinage intégral. À son bord, je constate d'emblée les compromis concédés par Case IH. La cabine haut perchée (pas moins de quatre marches pour y accéder) et le capot moteur dégagent une impression de puissance. Le pont avant, proche du poste de conduite, confirme la compacité. L'Optum se montre plutôt maniable et distille un confort de conduite de premier ordre. Les propriétaires de Puma ne seront pas dépaysés à ses commandes puisque le dernier-né reprend strictement l'environnement de conduite de son « petit » frère. Il en partage notamment la cabine à quatre montants et pare-brise monobloc, le nouveau toit ainsi que l'équipement complet en phares (jusqu'à 20 projecteurs à LED). Le poste de conduite offre différents choix de sièges pneumatiques pivotant sur 15 degrés. Ces assises peuvent prétendre à un appui-tête escamotable sur le côté ainsi qu'à une ventilation ou une régulation automatique selon le poids. Le conducteur profite d'un accoudoir ajustable électriquement. Il personnalise, depuis le terminal, les fonctions des boutons du levier multifonction. L'Optum hérite aussi de son cadet des automatismes de guidage, de la compatibilité Isobus ainsi que des ordinateurs de bord. Il ajoute au terminal AFS une application pour le contrôle de la pression des pneumatiques ainsi que l'affichage et la connectique d'une caméra arrière. Les automatismes de bout de champ HMC II offrent désormais la possibilité de créer ou de modifier une séquence à l'arrêt comme au travail. Chaque programme peut enregistrer jusqu'à 40 opérations. Case IH a également retravaillé le circuit hydraulique et les relevages. Le débit de la pompe à cylindrée variable de l'Optum atteint 165 ou 210 litres par minute. La quantité d'huile exportable, de 70 litres, est supérieure à celle du Puma.  

Léger et polyvalent

  Le relevage arrière porte jusqu'à 11 tonnes. Il accède à de nouveaux stabilisateurs automatiques mécaniques ou hydrauliques (option). Il s'accompagne de série d'une prise de force à quatre régimes normalisés (trois sur le Puma) : 540, 540 Eco, 1 000 et 1 000 Eco tr/min. Pour sa part, le relevage avant, monté de série, est bien intégré au berceau. Il lève jusqu'à 5,8 tonnes et s'accompagne d'une prise de force à deux régimes (1 000 et 1 000 Eco tr/min) sélectionnables depuis la cabine. Il fonctionne en simple ou double effet et accède, de série ou en option, à une suspension, à des commandes extérieures, à un emplacement pour stocker les rotules ainsi qu'à différentes connexions électriques et hydrauliques. Comme l'Optum se veut relativement léger et polyvalent, il offre différents choix de lestage : frontale modulable de 1 000 ou 2 000 kg et masse dans les jantes arrière pouvant atteindre 1 182 kg.  

Turbo à géométrie variable et SCR pour le Stage IV

  Le Case IH Optum reprend à son petit frère Puma le moteur à six cylindres FPT (Fiat Powertrain Technologies) de 6,7 litres. Désormais conforme à la norme antipollution Stage IV, ce bloc utilise la technologie SCR. Programmé à 270 ou 300 chevaux, il se distingue par son turbocompresseur à géométrie variable délivrant davantage de couple à bas régime selon le motoriste. Par rapport à un moteur équivalent doté d'un turbo classique, la puissance maximale augmente de 16 % tandis que le couple progresse de 11 %. Ce nouveau tracteur possède davantage d'autonomie que le Puma puisque ses réservoirs redessinés stockent 630 litres de GNR et 96 litres d'AdBlue. Le carter de son moteur porteur a aussi été revu pour intégrer le support de la suspension du pont avant et autoriser davantage de capacité de charge (16 tonnes de PTAC). Le matériau et le dessin modifié des soupapes autorisent une plus haute pression de combustion. Le moteur profite d'un efficace frein sur échappement et d'un intervalle d'entretien retardé à 600 heures.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus

Voirie

Les pièces d’usure communes à l’épareuse et au broyeur d’accotement Desvoys

Récolte

Moresil coupe les tournesols à la tête

Fenaison

Des faucheuses frontales Pöttinger pour tracteurs légers