Fendt 313 Vario Profi : un grand bond en avant

Fendt 313 Vario Profi : un grand bond en avant

Les Fendt 300 Vario de troisième génération, présentés au Sima, profitent, à bord comme sous le capot, de nombreux changements. Nous n'avons donc pas résisté à l'envie de mettre le modèle 313 à l'essai, fin août, dans le sud des Ardennes. Le sous-sol de craie n'ayant pas suffi à absorber les fortes précipitations, c'est au chargeur frontal puis au transport que notre agriculteuressayeur Aurélien Sureau en a pris les commandes.

Les visiteurs du Sima n'avaient d'yeux, sur le stand Fendt, que pour le 1000 Vario. Ce mastodonte réservé à une niche de clientèle a quelque peu porté ombrage à une autre nouveauté stationnée juste à ses côtés : le Fendt 300 Vario. Ce tracteur, certes moins impressionnant, n'hérite de son prédécesseur que du nom et de la transmission à variation continue. Impatients de tester pour vous ce modèle de troisième génération, nous avons dû attendre le mois d'août, coïncidant avec les premières livraisons. Le tractoriste nous a alors confié un 313 Vario Profi à essayer sur l'exploitation de Jean-Michel et Aurélien Sureau, installés à Ménil- Lépinois (Ardennes). Les longues parcelles crayeuses de betteraves, de céréales et de luzerne n'ont, semble-t-il, pas impressionné ce Fendt de 138 ch. L'engin, plutôt léger avec ses 5 800 kg sur la bascule, profite d'ailleurs, dans cette finition haut de gamme Profi, d'une capacité de relevage de près de 6 t et d'un circuit hydraulique débitant 110 L/min. Il est capable aussi bien de traîner un pulvérisateur que de porter un semoir monograine de 12 rangs. Le chargeur frontal Cargo 4X/75C est néanmoins le premier équipement attelé au tracteur. Aurélien Sureau, l'essayeur officiel, prend rapidement les commandes de l'ensemble pour charger 13 t de gravillons dans une remorque de travaux publics. La souplesse de conduite du 313 Vario impressionne l'agriculteur. « La transmission comme le circuit hydraulique bénéficient de commandes particulièrement progressives et intuitives », appréciet- il. L'exploitant pilote la transmission depuis la pédale d'accélérateur et gère le chargeur depuis le levier en croix à commandes électriques.  

Souplesse de conduite au rendez-vous

  « Ne manque, à ce petit joystick, que la commande de l'inverseur du sens d'avancement », relève Aurélien Sureau. Le tracteur, lesté d'une masse arrière de 870 kg, remplit aisément le godet. Stable et bien équilibré, le Fendt charge la benne TP Brimont sans broncher. « Le pare-brise panoramique dégage une visibilité vraiment exceptionnelle pour effectuer cette tâche », poursuit notre essayeur. La cabine n'a d'ailleurs plus rien à voir avec celle des modèles d'ancienne génération. Outre son grand pare-brise monobloc, elle reçoit désormais un large panneau de commande intégrant le joystick des modèles les plus puissants de la marque. Ce dernier compte le sélecteur de progressivité de la transmission tandis que le panneau met à portée de main le potentiomètre paramétrant la plage de travail de la pédale, deux réglages uniquement accessibles par le passé depuis l'ordinateur de bord. Bon point également pour le très intuitif panneau de commande de l'éclairage et du système de chauffage et de climatisation. Avant de prendre la route, Fabrice Maitrot, conseiller machinisme de la FRCUMA de Bourgogne, équipe le tracteur d'un débitmètre électronique nous permettant de relever précisément la consommation de carburant du nouveau moteur. Fendt a en effet troqué le quatre-cylindres Deutz contre un bloc Agco Power de 4,4 L. « Ce tracteur devrait montrer des résultats intéressants sur la route au vu des relevés de puissance et de consommation spécifique mesurées au banc d'essai », explique Fabrice Maitrot avant le départ. « Difficile de trouver des défauts de visibilité, que ce soit pour décrocher le chargeur ou pour atteler la remorque », apprécie Aurélien Sureau. Ce dernier est désormais paré pour l'épreuve de transport. Après un coup d'oeil dans les larges rétroviseurs, dotés chacun d'un miroir à grand angle, l'agriculteur attaque le premier tour du circuit de 10,5 km.  

Des claquements, puis plus rien

  Le quatre-cylindres monte rapidement à proximité de son régime de puissance maximale puis décélère progressivement, une fois la vitesse maximale atteinte. « L'insonorisation en cabine est excellente une fois le régime stabilisé, mais le moteur émet quelques claquements durant les accélérations », précise le chauffeur. La filiale française de Fendt a doté le 313 Vario Profi des meilleurs équipements de confort du catalogue. Il profite ainsi du pont avant suspendu issu des anciens modèles de la série 400 Vario, de même que de la cabine montée à l'arrière sur deux poumons pneumatiques. Difficile alors, pour le chauffeur comme pour le passager, de percevoir les irrégularités pourtant nombreuses du premier tronçon du parcours routier. « Le tracteur fait preuve d'un bon comportement. Il colle à la route et sa direction est parfaitement calibrée. » La benne à deux essieux fixes, correctement chaussée, contribue également à ce résultat. Le frein moteur délivré dans les descentes est accentué, si besoin, en tirant progressivement sur le joystick. Après avoir effectué deux tours du circuit de 10,5 km, Aurélien Sureau me donne les commandes du Fendt 313 Vario. L'absence de l'interrupteur permettant, sur les modèles des catégories supérieures de la marque, de passer de la gamme champ à la gamme route me rappelle que la série 300 Vario, comme les plus petits 200 Vario, ne dispose que d'une seule plage d'avancement. Le rendement n'est pas pour autant catastrophique puisque la transmission bénéficie, à vitesse maximale, de la plus grande proportion d'entraînement mécanique. Les démarrages en côte, à l'inverse, provoquent quelques saccades vite estompées une fois le convoi élancé. L'heure est désormais aux mesures. Le tracteur aura été plutôt économe puisqu'il a consommé, au cours des trois répétitions, 15,4 L/h de carburant soit 50,9 L/100 km. La météo, en cette fin août, a prouvé, une fois de plus, qu'elle décide des travaux au champ, au grand bonheur des betteraves en manque d'eau. Le tracteur se voit alors contraint de délaisser le décompacteur Agrisem Cultiplow pour retrouver le chargeur frontal. La faible largeur du capot ajoutée à la bonne visibilité sur le bâti accueillant les brancards me permettent de réaliser rapidement l'accrochage. Ainsi se conclut notre semaine d'essai champenoise. La Normandie nous attend d'ores et déjà pour une nouvelle série de tests...  

Les mesures

 

Sa puissance, son couple, sa consommation

  Le Fendt 313 Vario a été au banc de puissance de la FRCUMA de Bourgogne sous la direction de Fabrice Maitrot. Le tracteur doté d'un quatre-cylindres Agco Power a délivré une puissance maximale de 130 ch, soit 95,3 kW, au régime moteur de 1 850 tr.min-1. Sa consommation de carburant atteint, à ce stade, 235 g.kW-1.h-1. Il fournit à 1 400 tr.min-1 une valeur de couple maximale de 56,5 daN.m, qu'il s'efforce de maintenir entre 1 300 et 1 750 tr.min-1. Le moteur réalise également, dans cette plage, ses niveaux de consommation spécifique les plus bas.  

Son niveau sonore

  Pendant le passage au banc de puissance, le niveau de bruit a été mesuré dans la cabine du Fendt 313 Vario Profi, toutes portes et fenêtres fermées, climatisation et ventilation éteintes. Les valeurs indiquées à différents régimes du tracteur en charge intègrent le bruit extérieur du banc d'essai d'environ 100 dB(A).  

Son encombrement

  Le Fendt 313 Vario affiche un rapport masse/puissance (OCDE) de 45 kg/ch, soit dans la moyenne de sa catégorie. Il se distingue de ses principaux concurrents par son extrême maniabilité et par sa faible longueur. Ce tracteur affiche quelques centimètres de plus en hauteur que les modèles comparables au bénéfice de la garde au sol. La cabine n'est pas en reste puisqu'elle offre un volume important pour un tracteur de cette catégorie et, grâce à son pare-brise panoramique, une visibilité particulièrement bonne.  

Le point technique : le Profi table sur le haut de gamme

    Le Bavarois Fendt s'efforce d'adapter la technologie de ses tracteurs de grande culture à sa plus petite gamme de quatre-cylindres. Le 313 Vario Profi, le plus puissant et le mieux équipé de la série 300 Vario, s'avère ainsi paré à réaliser toute tâche, du curage d'un bâtiment exigu aux travaux dans les plaines. Le chauffeur n'est heureusement pas oublié et profite d'une cabine bien pourvue en équipements de confort.  

Agco Power préféré à Deutz

  La dernière génération de Fendt 300 Vario bénéficie d'un moteur Agco Power de 4,4 L. Ce quatre-cylindres repose sur un nouveau demi-châssis en taille de guêpe reliant le relevage avant au carter de la transmission. Il intègre une injection à rampe commune, puisant son carburant dans un réservoir de 210 L et offrant à ce bloc une puissance maximale de 138 ch ECE R24. Le respect de la dernière norme antipollution Stage IV est assuré par le travail combiné d'une vanne EGR, refroidissant les gaz d'échappement avant de les renvoyer dans l'injection d'air, et d'un catalyseur d'oxydation DOC. La solution d'AdBlue, stockée dans un réservoir de 23 L, est injectée dans ce dernier module puis mélangée dans une chambre spécifique dans le but de transformer les émissions nocives en azote non toxique et en eau. Le conducteur dispose de deux mémoires de régime lorsqu'il contrôle manuellement la transmission ou lors de l'activation de la prise de force. Le mode automatique de la Vario gère, lui, le régime selon la charge. Côté entretien, Fendt préconise une vidange après chaque période de 500 h de travail. Le nettoyage du radiateur d'eau, d'huile hydraulique et de l'intercooler s'effectue via des trappes d'accès démontables. Seul l'échangeur de la climatisation s'ouvre pour faciliter le dépoussiérage.  

Une seule gamme pour la Vario

  La transmission à variation continue ML 75 des Fendt 300 Vario se caractérise par sa facilité de conduite. Elle ne dispose en effet que d'une seule et même plage d'avancement propulsant le tracteur de 0,02 à 40 km/h, en marche avant, contre 0,02 à 25 km/h en marche arrière. L'allure se modifie au choix à l'aide de la pédale d'accélérateur ou par impulsions sur le joystick. L'inversion du sens de marche s'effectue, elle, depuis le commutateur sur la colonne de direction ou en donnant une impulsion à gauche du levier. La fonction TMS choisit ensuite le régime moteur le mieux adapté à la charge. Fendt a cependant pris soin de simplifier encore les paramètres de la transmission à l'instar du superviseur de sous-régime bénéficiant, désormais, d'un mode automatique. La marque a également mis à portée de main des paramètres autrefois intégrés à l'ordinateur de bord. Le potentiomètre de réglage de la plage de vitesse, depuis la pédale d'accélérateur, se situe désormais sur le panneau de commande. Le sélecteur d'agressivité atterrit, lui, sur le joystick. La prise de force arrière dispose des régimes de 540, 540 Eco et 1 000 tr/min, tandis que celle à l'avant entraîne l'outil à 1 000 tr/min. Pour réduire les pertes de puissance quand cette dernière n'est pas utilisée, Fendt a intégré un crabot entre la sortie moteur et le boîtier de la prise de force frontale.  

Voyage dans l'espace

  La cabine VisioPlus marque le plus grand changement entre l'ancienne et la nouvelle génération du Fendt 300 Vario. Présentée sur les 700 Vario et utilisée également par les 500 Vario, elle se distingue notamment de la précédente mouture par l'adoption de cinq montants et par son habitabilité. Celle qui est proposée de série intègre le pare-brise panoramique et uniquement une porte à gauche. Une première variante optionnelle compte en supplément une porte à droite, tandis qu'une seconde troque le grand pare-brise contre un modèle ouvrant. Ces cabines reposent sur quatre silentblocs. La marque propose en option une variante dotée de deux amortisseurs mécaniques et, pour la déclinaison haut de gamme Profi, d'une suspension pneumatique. Cette dernière impose la présence du freinage pneumatique. L'aménagement intérieur a été légèrement simplifié sur les 300 Vario par rapport à celui des gammes supérieures. Les commandes prennent place sur la console de droite. La déclinaison Profi, contrairement à la finition Power, bénéficie en plus d'un joy stick intégrant deux commandes de distributeurs. Elle profite également, de série, du terminal Variotronic de sept pouces. Cet écran donne accès aux réglages des distributeurs hydrauliques, des relevages, des prises de force, ainsi qu'au système de gestion moteur/transmission et à un compteur de performances. L'ensemble des manipulations s'effectue depuis un pavé de touches. L'écran tactile et la compatibilité à un système de guidage sont, eux, réservés aux modèles des catégories supérieures.  

Un Cargo adapté au gabarit du tracteur

  Le Cargo 4X/75C équipant le 313 Vario essayé présente une capacité de levage continue de 2 260 kg pour une hauteur de levée de 4,08 m à l'axe de l'articulation de l'outil. La marque allemande a particulièrement adapté les supports d'attelage des brancards pour les rapprocher au maximum de la cabine et ainsi améliorer la stabilité de l'ensemble. Les bielles supérieures du parallélogramme mécanique sont, elles, intégrées entre le vérin de levage et le bras du chargeur. Le Cargo bénéficie d'une suspension hydraulique désactivable depuis le poste de conduite. L'opérateur pilote l'ensemble des fonctions depuis le joystick en croix intégré au panneau de commande du tracteur. La modification des débits s'effectue, elle, par l'intermédiaire du terminal Vario. Fendt propose, en option, des alimentations pour une troisième ou une quatrième fonction et un système de verrouillage hydraulique de l'outil. La version Profi du Cargo 4X/75 offre, en supplément, un système de pesée, une fonction de secouage du godet et de mémorisation des positions du chargeur comme de l'outil.  

La Profi mieux servie que la Power

  Fendt propose deux types de circuit hydraulique. Le premier, réservé à la version d'entrée de gamme Power, intègre une pompe à engrenage fournissant 53 L/min. Il s'accompagne d'une fonction de cumul de débit permettant de profiter en supplément des 30 L/min de la pompe auxiliaire lorsque la direction du tracteur est peu sollicitée. Monté de série sur la finition Profi, le circuit à détection de charge utilise une pompe à cylindrée variable délivrant jusqu'à 110 L/min. Cette variante équipe également en option les 300 Vario Power. Elle convient notamment aux utilisateurs de chargeur frontal ou d'outils gourmands en hydraulique. Le relevage arrière des Fendt affiche une capacité de levage de 5 960 kg. Deux à quatre distributeurs à double effet ainsi que des raccords hydrauliques Power Beyond desservent pour leur part les outils attelés. Le relevage avant, proposé en option, lève, lui, jusqu'à 3 130 kg. Il s'alimente auprès d'un des distributeurs arrière et bénéficie, en option, d'un contrôle de position et d'un report de charge. Une ligne hydraulique auxiliaire est néanmoins montée de série. Le pont avant suspendu provient, lui, des précédents 400 Vario et accepte ainsi davantage de capacité de charge que celui des précédents 300 Vario.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent

Travail du sol

La herse de déchaumage Agrisem International s’allège

Travail du sol

Double fonction pour la roue de charrue New Holland

Part de marché

29 % de presses à balles rondes vendues en plus