Valtra T234 Active : sobre en tous points

Valtra T234 Active : sobre en tous points

Personne ne pourra reprocher aux T234 Active l'excès de fioritures. La marque finlandaise a en effet trouvé avec cette finition le juste milieu entre équipements de confort et performances. Les amateurs de transmission à variation continue et de larges écrans passeront en revanche leur chemin. Le tracteur de 235 ch mise sur son six-cylindres au grand coeur et sa boîte à cinq rapports sous charge, souple et efficace, pour faire la différence. La combinaison est plutôt réussie.

Un tracteur de forte puissance doit-il afficher systématiquement une longue liste d'équipements ? Non, selon Valtra, ou plutôt, pas forcément. Le T234 en finition Active, mis à notre disposition par la marque finlandaise sur l'exploitation de Raphaël Groult, à Coulombs (Calvados), en est la parfaite illustration. Ce modèle de 235 ch, doté d'une transmission à cinq rapports sous charge, se dispense ainsi de l'écran de contrôle et des distributeurs à commandes électriques fournis avec la version haut de gamme Versu. Inutile d'ailleurs d'évoquer la présence sur ce tracteur de la transmission à variation continue Direct, car il est le seul de la gamme T4 à ne pas y accéder. Cette boîte n'a néanmoins rien d'indispensable pour traîner la charrue Pöttinger à sept corps ou la remorque Gourdon de 21 t prêtées par ces constructeurs pour notre semaine d'essais.  

Des travaux payants

  La présentation du tracteur par Pierre-Yves Noblesse, chef produit à Valtra, nous permet d'évoquer les différents chantiers opérés par les ingénieurs finlandais sur cette nouvelle gamme. Stanislas Desvois, fidèle essayeur et de surcroît lecteur assidu de Matériel Agricole, a suivi avec attention les différentes phases de développement de ce tracteur retracées dans un de nos précédents dossiers (Matériel Agricole no 206, janvier 2015). « Le travail effectué en cabine est particulièrement payant, souligne-t-il. L'espace disponible autour du conducteur, la visibilité panoramique et le large marchepied sont autant de points positifs. » Le tractoriste a également revu les équipements de confort à l'instar du pont avant suspendu. Ce dernier conserve des poumons pneumatiques mais se révèle plus performant et présente une course de travail plus importante. « Il filtre avec brio les petites imperfections de la chaussée. Les deux amortisseurs mécaniques de la cabine sont, en comparaison, nettement moins performants », apprécie l'essayeur. Le T234 Active et la remorque chargée de 21 t de sable filent sur le parcours de 13,6 km composé majoritairement de routes sinueuses. L'essayeur délègue le passage des cinq rapports sous charge et des deux dernières gammes à l'automatisme intégré à la transmission. « La programmation des régimes bas et haut de ce dispositif, depuis le petit ordinateur du montant de cabine, permet d'exploiter au mieux les capacités du moteur. L'absence d'un réglage des rapports de démarrage est cependant pénalisante après un arrêt, regrette le conducteur. À chaque départ, le six-cylindres vire rapidement au surrégime avant que l'automatisme de la transmission n'engage une vitesse supérieure. La boîte passe néanmoins avec douceur l'ensemble des vitesses. Le changement des gammes robotisées reste, quant à lui, un peu lent mais sans réelle rupture de couple. » La vivacité du moteur Agco Power, bénéficiant au transport d'une surpuissance de 15 ch, s'accompagne d'une sobriété de premier ordre. En effet, la consommation du Valtra se limite en moyenne, sur les trois répétitions effectuées, à 11,4 L par tour, soit 22,7 L/h. Le comportement du tracteur est également plébiscité par l'essayeur. « L'efficacité des freins intégrés au pont avant est probante dans les descentes. La direction bien calibrée participe également à la sensation de sécurité. » La parcelle argileuse et les dévers ne facilitent pas la tâche du T234 Active attelé, pour cette épreuve, à la charrue sept corps Pöttinger Servo 6.50 travaillant à 20 cm de profondeur. Le lestage frontal de 1 400 kg et les deux masses de 80 kg par roue arrière procurent au tracteur une répartition idéale des charges.  

Agile et équilibré au champ

  Le Valtra évolue ainsi entre 7 et 8 km/h, pont avant et différentiel tous deux enclenchés automatiquement. « Le passage de la vitesse B2 à la B3 s'effectue, comme sur la route, avec beaucoup de souplesse. Le moteur travaille à environ 1 750 tr/min mais autorise des chutes de régime jusque 1 550 tr/min, sans pour autant s'écrouler », apprécie le chauffeur. Celui-ci restreint cependant l'utilisation du rapport supérieur pour éviter les changements de vitesse intempestifs. « Cette transmission convient à la majorité des applications d'une exploitation céréalière », reconnaît Stanislas Desvois. Il aborde chaque bout de champ en actionnant d'abord le relevage arrière puis le distributeur agissant sur le vérin de la roue de jauge. Il lance ensuite le retournement de la charrue. « L'absence de distributeurs électrohydrauliques à l'arrière ne gêne en rien ce type de travaux », remarque l'essayeur. Au champ, le T234 s'illustre notamment par sa maniabilité grâce à la fonction Quicksteer. Ce dispositif module en effet le nombre de tours de volant, de butée à butée, pour effectuer le demi-tour avec la charrue au dernier moment et sans effort.  

Les mesures

 

Sa puissance, son couple, sa consommation

  Le nouveau Valtra T234 Active a été testé au banc de puissance de l'association Aile, sous la direction de Jordan Courtillen, après avoir déjà effectué 425 heures de travail. Ce tracteur, animé par un six-cylindres Agco Power, a délivré une puissance maximale de 234 ch, soit 172 kW, entre 1 800 et 1 900 tr.min-1. Sa consommation de carburant atteint, à ce stade, 252 g.kW-1.h-1. Le moteur se révèle moins gourmand entre 1 200 et 1 800 tr.min-1 où il fournit un couple maximal compris entre 91 et 95 daN.m pour une consommation spécifique contenue sous la barre des 230 g.kW-1.h-1.  

Son niveau sonore

  Pendant le passage au banc de puissance, le niveau de bruit a été mesuré dans la cabine du Valtra T234 Active, toutes portes et fenêtres fermées, climatisation et ventilation éteintes. Les valeurs indiquées à différents régimes du tracteur en charge intègrent le bruit extérieur du banc d'essai d'environ 100 dB(A).  

Son encombrement

  Le Valtra T234 Active fait figure de poids plume dans sa catégorie. Il affiche en effet un rapport masse/puissance (OCDE) relativement faible de 34 kg/ch. Ce modèle, le plus puissant de la gamme, dispose d'un gabarit et d'une masse similaires au T144 développant, lui, près de 80 ch de moins. Son large empattement et l'ajout de masses de lestage dans les roues arrière et sur le relevage avant lui permettent néanmoins d'offrir de bonnes capacités de traction. Sa cabine n'est pas la plus large, mais elle bénéficie de suffisamment de dégagement périphérique pour retourner complètement le siège conducteur.  

Le point technique : le bon compromis

  Les tracteurs de la série T4 ont été les premiers à adopter la nouvelle identité visuelle de Valtra. Ceux-ci bénéficient en effet d'un design moderne et surtout d'une cabine entièrement redessinée. Ils restent heureusement fidèles au principe de fabrication à la carte cher à la firme finlandaise. Le T234, essayé ici en version intermédiaire Active, est le plus puissant de la gamme. Il est en revanche le seul à ne pas pouvoir prétendre à la transmission à variation continue Direct.  

À personnaliser sans limites

  Les designers du bureau d'études de Valtra n'ont pas manqué d'imagination pour offrir une nouvelle cabine aux tracteurs de la série T4. Ils sont d'ailleurs partis d'une feuille blanche pour concevoir un poste de conduite repris, depuis peu, par les modèles quatre-cylindres de la gamme N4. Cette structure se décline dans une variante à cinq montants caractérisée par la présence d'une grande vitre du côté droit. Elle existe également en configuration à six montants alors équipée de deux portes d'accès à bord. Le modèle T4 essayé en finition intermédiaire Active profite d'un accoudoir multifonction mais se contente de distributeurs hydrauliques à commande mécanique. Il dispose d'un ordinateur, intégré au tableau de bord, qui renseigne le chauffeur sur les principaux paramètres et informe des performances du tracteur. Un second afficheur, placé dans le montant avant droit de la cabine, indique la vitesse d'avancement et le rapport de vitesse engagé. Il autorise la modification des critères liés aux automatismes de conduite. Seule la finition haut de gamme Versu bénéficie du terminal fixé en bout d'accoudoir. Fidèle à la fabrication à la carte, Valtra propose en option de larges toits vitrés avant et arrière. Elle monte, de série, un siège à suspension pneumatique pivotant sur 180 degrés. Cette spécificité permet, par exemple, le pilotage en statique d'un outil arrière, tel qu'une grue alimentant un broyeur déchiqueteur. La marque propose en option une cabine forestière dénommée Skyview ainsi qu'un poste de conduite inversé. Le catalogue d'accessoires intègre également une suspension de cabine mécanique ou pneumatique en deux points arrière. Les amateurs de spécificités techniques ou de customisation pourront par ailleurs contacter le centre de personnalisation Unlimited adaptant, en dehors des chaînes de production, les équipements hors normes désirés.  

Un design pensé pour le moteur

  Le Valtra T234 loge un sixcylindres Agco Power de 7,4 L développant une puissance maximale de 235 ch. Sûr de la conception de sa transmission, le tractoriste finlandais active le système de surpuissance SigmaPower, offrant 15 ch supplémentaires, au transport et dès l'enclenchement de la prise de force, même lorsque le tracteur reste immobile. Le moteur dispose d'un turbo, relié à une vanne de régulation contrôlée électriquement, et d'un circuit d'injection à rampe commune fonctionnant sous une pression maximale de 2 000 bar. La vidange du six-cylindres s'effectue désormais après chaque période de 600 heures de travail. Le capot moteur a fait l'objet de recherches pour offrir un maximum d'air frais au système de refroidissement. Il intègre notamment de larges grilles accentuant la signature stylistique de l'engin. Même le réservoir de carburant de 345 L est incrusté d'extracteurs d'air chaud. Le réservoir d'AdBlue stocke, quant à lui, jusqu'à 80 L de solution. Cette dernière est injectée dans le catalyseur SCR et permet au moteur de satisfaire à la norme antipollution Stage IV.  

L'hydraulique à la demande

  Les T4 Active et Versu s'accompagnent d'un circuit hydraulique doté d'une pompe à débit variable. Celle-ci fournit 115, 160 voire 200 L/min à un maximum de quatre distributeurs à double effet. Ces finitions se distinguent également de l'entrée de gamme HiTech 5, dotée d'un circuit à centre ouvert (73 ou 90 L/min), par leur carter d'huile de transmission séparé de celui qui est dédié aux fonctions hydrauliques. Elles disposent ainsi d'un volume d'huile exportable de 47 L. L'Active intègre, de série, jusqu'à quatre distributeurs arrière à contrôle mécanique, tandis que la Versu se pare de commandes électriques. Le relevage avant, soulevant 5 t, est alimenté par une ligne dédiée, et piloté depuis un interrupteur électrique. Le relevage arrière voit, lui, sa capacité nominale de 8,1 t portée à 9,5 t en option. Valtra reste par ailleurs fidèle à son principe de pont avant suspendu par des poumons pneumatiques. Cet équipement présente une course de 100 mm, soit 30 % de plus que sur le précédent modèle. Les acquéreurs utilisant exclusivement le T4 pour le transport apprécieront le système de freinage à deux disques à bain d'huile intégré dans chaque réducteur avant, ainsi que le circuit de freinage pneumatique des remorques, lui aussi proposé en option.  

Une transmission gérée du bout des doigts

  Le Valtra T234 est le seul modèle de la gamme de tracteurs T4 non éligible au montage d'une transmission à variation continue. Il intègre uniquement la boîte à cinq rapports sous charge et six gammes robotisées, dont deux rampantes, lui permettant de circuler de 400 m/h jusque 40 km/h au régime de 1 850 tr/min. L'ensemble des rapports se pilote, sur les finitions Active comme Versu, depuis le petit levier Drivestick fixé sur l'accoudoir multifonction. Le déplacement latéral de ce joystick permet de déléguer la gestion manuelle de la conduite à un automatisme. Celui-ci fonctionne selon deux modes pour contrôler le passage des rapports sous charge et des deux dernières gammes. Le premier (Auto 1), enregistré d'usine, adapte les rapports à la sollicitation du moteur, tandis que le second (Auto 2) autorise l'enregistrement du régime minimal et du régime maximal souhaités. Le chauffeur profite également d'un interrupteur sur l'accoudoir définissant le rapport sous charge le plus haut à engager afin d'éviter le pianotage de la transmission. Il dispose également d'un régulateur de l'allure d'avancement enregistrant jusqu'à deux vitesses et d'une fonctionnalité mémorisant un régime moteur. Le système d'immobilisation et d'aide au démarrage en côte Hill Hold est proposé sur les finitions Active et Versu. Les tracteurs de la série T4 ne comptent que trois régimes de prise de force parmi les quatre proposés au catalogue : 540, 540 Eco, 1 000 et 1 000 Eco. Ils accèdent en option à l'entraînement proportionnel à l'avancement.        

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Faucheuses

La triple faucheuse Kuhn GMD 8730 se simplifie

Irrigation

Agri Solution place l’enrouleur sous haute surveillance

Part de marché

Les outils non animés à disques se portent bien

Elevage

Des autochargeuses Jeulin plus stables

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement