Massey Ferguson 5610 Dyna 4

Massey Ferguson 5610 Dyna 4

Le MF 5610 est un acteur récent sur le marché des tracteurs compacts de polyculture-élevage. Matériel Agricole se devait donc d'essayer ce modèle doté, entre autres, d'un nouveau poste de conduite et d'un trois cylindres Agco Power. Le moteur a d'abord intrigué notre essayeur pour finalement le surprendre par sa vivacité sur le parcours routier. Restaient à confirmer ses performances au banc moteur, au travail du sol dans les terres charentaises, puis au curage d'une aire paillée.

Le petit qui se veut grand

  Il est difficile depuis l'extérieur de différencier le MF 5610 de ses prédécesseurs de la série MF 5400. Il en reprend le capot plongeant et le design général. En revanche, une fois installé à bord, le changement entre les deux générations est flagrant. Il y plane cependant un air de déjà-vu. Ce tracteur compact hérite en effet de la Le petit qui se veut grand cabine spacieuse, lumineuse et ergonomique des MF 6600 et MF 7600. En tournant la clé de contact, autre surprise. Le ronron du moteur dévoile qu'un trois cylindres de 3,3 litres remplace le quatre cylindres d'ancienne génération. Certains le qualifieront certainement de petit moteur mais aujourd'hui une telle cylindrée n'est plus surprenante. Cette motorisation est tout de même annoncée, sur le MF 5610, pour une puissance maximale de 105 chevaux ISO TR 14396. Elle utilise par ailleurs une vanne EGR ainsi qu'un catalyseur d'oxydation DOC pour satisfaire à la norme antipollution Stage IIIB. Nous comptons sur le banc de puissance de la Chambre d'agriculture de Poitou-Charentes pour mesurer les performances réelles du trois cylindres Agco Massey Ferguson 5610 Dyna 4 Power. Les premiers résultats font état d'une puissance maximale de 90 chevaux OCDE à 2 000 tr/min, soit une valeur nettement inférieure à celle annoncée par la marque.  

Un trois cylindres dynamique

La petite dizaine d'heures affichée au compteur ne joue pas en faveur du moteur qui devrait, au fil du temps, gagner quelques chevaux. La consommation spécifique relevée au banc, comprise, elle, entre 260 et 300 g/kWh, doit maintenant être vérifiée sur le parcours routier. Anthony Bastier, agriculteur et éleveur, rejoint la session d'essai pour effectuer le circuit de 17,1 km semé d'embûches. Le MF 5610 est d'abord attelé à la remorque à deux essieux Gyrax, chargée de sable, pour former un convoi de 20 tonnes de poids total roulant. Le départ est donné. « Un réel effort a été réalisé sur l'insonorisation à bord, remarque le chauffeur dès les premières accélérations. Les rétroviseurs télescopiques réglables à souhait offrent une bonne visibilité sur l'arrière de la remorque », ajoute-t-il. L'essayeur choisit, dans un premier temps, de passer manuellement les rapports sous charge de la transmission Dyna 4. L'ascension d'une première côte permet d'en savoir un peu plus sur le caractère du moteur. « J'ai d'abord été étonné de trouver un trois cylindres sur ce tracteur. Mais je suis finalement agréablement surpris par ses performances et son côté dynamique, confie l'agriculteur. Le passage des quatre gammes robotisées et celui des quatre rapports sous charge sont suffisamment rapides pour ne pas couper l'élan de l'ensemble dans les portions difficiles.» La faible cylindrée du bloc Agco Power n'aide cependant pas le tracteur à contenir toute la poussée de la remorque dans les descentes bordant le parcours. Les freins souples et réactifs rattrapent heureusement la donne. Les suspensions à ressorts et amortisseurs fixées à l'arrière de la cabine apportent, elles, un confort de conduite non négligeable sur les routes particulièrement abîmées. Le premier circuit est bouclé en 32 minutes et 37 secondes durant lesquelles le MF 5610 a, en moyenne, ingurgité 15,3 l/h de carburant. Le chauffeur reprend le volant pour effectuer un second parcours. Il utilise maintenant le mode automatique de la transmission dénommé Autodrive.  

La Dyna 4 et ses seize rapports robotisés

« Les réglages des régimes moteur liés à cette fonctionnalité sont faciles à paramétrer grâce aux deux roulettes de sélection. » Ce mode de conduite autorise le conducteur à n'utiliser que la pédale d'accélérateur, l'électronique s'occupant du passage des différents rapports. L'opérateur apprécie également la fonction Stop contrôlée depuis la pédale de frein, qui freine le tracteur puis débraye la transmission lors d'un arrêt, « comme une voiture automatique ». Lors du second trajet sur route, le Massey Ferguson a consommé en moyenne, avec la gestion automatique de la transmission, près de 14 l/h de carburant tout en respectant le chrono précédemment établi. Place à l'essai au champ. Le MF 5610, équipé d'un vibroculteur de 5,30 mètres de large, évolue à une vitesse de 9 à 10 km/h avec un régime moteur oscillant entre 1 600 et 1 800 tr/min. L'ordinateur de bord autorise ici l'enregistrement de deux régimes permettant, à l'approched'une fourrière, de ralentir la cadence. Le relevage arrière, d'une capacité de 4 300 kg, lève sans difficulté l'outil, même à régime réduit. La vivacité du circuit hydraulique va maintenant être testée dans l'épreuve du curage d'une aire paillée. Nous rejoignons l'élevage d'Anthony Bastier, situé à Villefagnan, soit à 18 km de l'exploitation d'accueil des frères Bonnaud.  

Idéal avec un chargeur frontal

La suspension du chargeur frontal Alö, aux couleurs Massey Ferguson, montre toute son utilité sur les routes abîmées utilisées pour rejoindre le site d'exploitation. Un paramètre intégré à l'ordinateur de bord autorise sa désactivation lors des travaux de précision. « Le capot plongeant est appréciable pour voir le godet, apprécie l'agriculteur. La direction manque néanmoins de souplesse une fois le godet plein et malgré le contrepoids arrière de 850 kg. » Le circuit hydraulique débitant 100 l/min offre, lui, des temps de cycle rapides. « Le joystick du chargeur intégrant les commandes des quatre rapports sous charge et de l'inverseur du sens de marche est un vrai plus. Le toit vitré facilite les manoeuvres avec un outil en hauteur », ajoute l'essayeur. Le MF 5610 s'est donc ici illustré par son aisance dans la cour de ferme. Sa cabine particulièrement confortable et son petit moteur ne manquant pas de caractère rendent la conduite agréable sur la route comme dans les champs.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Manutention

Samco change rapidement la voie d'une chargeuse

Agritechnica 2019 - Pommes de terre

2ème génération de planteuse Dewulf CP 42 Smart-Float GII

Transport

Ponge anticipe la réglementation de 2020

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Transport simplifié pour les charrues portées Kverneland

Agritechnica 2019 - Récolte

New Holland, un noueur innovant nommé LoopMaster

Epandeur

Les épandeurs traînés de la série 2000 d'Agrispread accèdent à l'Isobus

Faucheuse

Kuhn FC 3160 TCD, une machine sans accroc

Tracteur

Vidéo : présentation du Claas Xerion Trac TS

Agritechnica 2019-Tracteur

Un nouveau joystick sur les tracteurs Fendt 900 MT