Massey Ferguson 5610: le capot plongeant abrite de 85 à 130 chevaux

Massey Ferguson 5610: le capot plongeant abrite de 85 à 130 chevaux

Les derniers Massey Ferguson 5608, 5609 et 5610 cachent un inédit moteur à trois cylindres Agco Power sous leur capot plongeant. Leur design extérieur ne subit pas de grandes évolutions par rapport à celui de leurs prédécesseurs de la série 5400. En revanche, leur nouvelle cabine, reprise aux grands frères, offre un lot important d'équipements pour un tracteur de ce gabarit.

105 chevaux dans trois cylindres

  Le Massey Ferguson 5610 essayé, comme les MF 5608 et 5609, adopte une motorisation inédite à trois cylindres Agco Power de 3,3 litres. Ce moteur, doté d'une injection par rampe commune et d'un turbocompresseur couplé à un intercooler, développe, sur ce modèle, 105 chevaux ISO TR 14396 de puissance maximale. L'utilisation d'un catalyseur (DOC) et d'un dispositif de recirculation des gaz d'échappement (EGR) commandé électriquement lui permet de respecter la norme antipollution Stage IIIB.   Le ventilateur viscostatique ne s'enclenche qu'en cas de besoin, afin que le moteur atteigne rapidement sa température d'utilisation optimale. La régulation électronique de l'injection autorise le réglage de deux régimes moteur depuis l'ordinateur de bord. Les deux filtres à carburant et le séparateur d'eau optionnel prennent place côté gauche. Massey Ferguson préconise un changement de l'huile moteur toutes les 500 heures de fonctionnement.  

La cabine des grands frères

  Les petits MF 5600 bénéficient de la spacieuse cabine des plus gros MF 6600 et MF 7600. Ce poste de conduite offre une large surface vitrée. Une version surbaissée associée au toit Slimline limite la hauteur maximale du tracteur à 2,61 mètres avec des roues arrière de 38 pouces de diamètre. La version Visioline bénéficie, elle, d'un toit vitré et ouvrant, particulièrement pratique lors des travaux avec un chargeur frontal. La marque propose, en option, une suspension mécanique à deux points. Le tableau de bord intègre un ordinateur répertoriant la majorité des réglages liés à la transmission et au système de gestion des régimes en fourrière.   La sélection des phares de travail s'opère depuis un clavier fixé sur le montant latéral droit. Celui-ci permet, en cas d'attelage d'un outil sur l'éventuel relevage avant, de basculer les feux de route du capot vers les feux de ceinture de la cabine. Un optionnel levier multifonction à commande mécanique pilote le chargeur frontal. Ce même joystick intègre des interrupteurs autorisant le passage des rapports sous charge, le débrayage de la transmission, l'inversion du sens d'avancement et le contrôle des troisième et quatrième fonctions du chargeur.  

Une transmission riche en automatismes

  La Dyna 4 est l'unique boîte de vitesses proposée par MasseyFerguson sur le MF 5610 ici essayé. Cette transmission semi-powershift compte quatre gammes mécaniques, au passage robotisé, et quatre rapports sous charge pour offrir au total seize rapports avant et arrière. Une version Eco permet au tracteur de circuler à 40 km/h au régime de 1 850 tr/min. La sélection des vitesses s'effectue via un petit joystick placé à droite du chauffeur ou à l'aide de la manette d'inverseur fixée, à gauche, sur la colonne de direction. Une pression plus prononcée agit directement sur la montée ou la descente des gammes. La Dyna 4 intègre la fonction Speedmatching sélectionnant, lors du changement de gamme, le rapport sous charge le plus approprié.L'automatisme Autodrive, disponible en option, autorise la conduite du tracteur à l'aide des seules pédales d'accélérateur et de frein.   L'opérateur doit paramétrer, au préalable, le régime moteur de changement des vitesses ainsi que le rapport maximal. Le mode Tortue, utilisable avec des outils de travail du sol, se limite au passage des rapports sous charge. Sur la route, la sélection du mode Lièvre automatise entièrement le passage des gammes et des quatre vitesses. La variante super-rampante double le nombre de rapports avant et arrière et abaisse l'allure minimale d'avancement à 100 m/h au régime moteur de 1 400 tr/min. L'opérateur sélectionne électriquement les régimes de prise de force depuis les interrupteurs placés sur le montant latéral droit. Seul le MF 5610 accède directement aux régimes de 540 / 540 Eco et 1 000 tr/min. Les deux plus petits modèles se contentent, de série, des régimes de 540 et 540 Eco et accèdent, en option, au 1 000 tr/min.  

Deux pompes pour davantage de débit

  Le circuit hydraulique à centre ouvert des MF 5600 offre de série un débit de 58 l/min dédié aux distributeurs et au relevage arrière. Un circuit optionnel, toujours à centre ouvert, dispose de deux pompes dont une première de 58 l/min alimentant le relevage arrière et une seconde de 42 l/min à destination des deux, trois ou quatre distributeurs. La fonction cumul de débit permet d'additionner ces deux débits pour offrir 100 l/min au chargeur frontal. Le relevage arrière à contrôle électronique propose une capacité de 4 300 kg et intègre de série un compensateur d'oscillation. Le relevage frontal optionnel lève 2 500 kg et s'alimente auprès de l'un des distributeurs arrière. Il reçoit sur demande une ligne hydraulique auxiliaire. MasseyFerguson propose également, en supplément, une prise de force frontale au régime de 1 000 tr/min.  

Une combinaison tracteur-chargeur réussie

  Le chargeur frontal MF 956 attelé sur le MF 5610 de cet essai est fourni par le spécialiste suédois Alö. Son montage sur les lignes de production de l'usine de Beauvais est possible s'il est commandé en même temps que le tracteur. Ce modèle lève à une hauteur maximale de 3,93 mètres mesurée aux axes de l'outil et présente une force d'arrachement de 3,19 tonnes. Sa vivacité durant les essais tient compte du débit hydraulique de 100 l/min, fourni par le tracteur, indispensable pour obtenir le meilleur des performances.   Le dispositif de parallélogramme mécanique au style particulièrement étudié s'avère bien intégré et ne gêne pas la visibilité. L'opérateur commande, sur le MF 5610 essayé ici, l'ensemble des fonctions du chargeur et de l'outil via une poignée à commande par câbles. Celle-ci intègre également les commandes électriques de la transmission. Une suspension oléopneumatique, montée de série avec le pré-équipement d'usine, amortit les oscillations de l'équipement. Son activation s'opère en cabine. Des phares supplémentaires adaptés au chargeur figurent également au catalogue des équipements complémentaires.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Agritechnica 2019 - Chargeur frontal

Le QCS redéfinit les standards de la marque Quicke

Bol pailleur

Robert dote ses bols Evolumix d'une table de paillage

Machine de l'année 2020

Cérémonie de remise des prix

Agritechnica 2019 - Récolte

John Deere : Quelle puissance pour la moissonneuse-batteuse X9 ?

Manutention

Samco change rapidement la voie d'une chargeuse

Agritechnica 2019 - Pommes de terre

2ème génération de planteuse Dewulf CP 42 Smart-Float GII

Transport

Ponge anticipe la réglementation de 2020

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Transport simplifié pour les charrues portées Kverneland

Agritechnica 2019 - Récolte

New Holland, un noueur innovant nommé LoopMaster