Les bienfaits de l'hétérosisJohn Deere 6130R AutoPowr

John Deere 6130R AutoPowr

L'amélioration des qualités d'un animal ou d'un végétal passe souvent par le croisement de deux races ou espèces différentes. Le John Deere 6130R est lui aussi le fruit d'une hybridation. Essayé en septembre, il combine le moteur à quatre cylindres du 6125R et le châssis des modèles à six cylindres. Reste maintenant à vérifier les bienfaits de ce croisement.

Le 6130R AutoPowr cache bien son jeu sous ses allures de tracteur de grande culture. Stationné à Coulombs (Calvados), dans la cour de l'EARL de la Baronnie, l'imposant gabarit du John Deere interpelle. Le long empattement, de 2,76 mètres, laisse en effet supposer la présence d'un moteur à six cylindres sous le capot. Stanislas Desvois, essayeur du tracteur, décide de lever le grand capot monobloc pour en savoir plus et découvre qu'il s'agit en réalité d'un quatre-cylindres. Avec ce moteur de 4,5 litres, doté d'un turbocompresseur à géométrie variable et d'une injection à rampe commune, ce modèle équipé d'une transmission à variation continue est annoncé pour une puissance maximale de 143 chevaux 97/68/CE.  

Un gabarit rassurant sur la route

Ce concept de petit moteur dans un châssis long n'est pas nouveau pour la marque. Le 6534 Premium, essayé par la rédaction en 2010 (Matériel Agricole n° 156), associait déjà les composants de deux tracteurs de taille différente. Pour l'heure, nous John Deere 6130R AutoPowr profitons du banc d'essais de l'association Aile pour mesurer les performances du nouveau quatre-cylindres, désormais conforme à la norme antipollution Stage IIIB. Celui-ci délivre, entre 1 700 et 1 800 tr/min, une puissance maximale de 118 chevaux OCDE coïncidant avec les relevés minima de consommation spécifique. L'essai se poursuit sur la route. Le montage d'un débitmètre électronique sur le circuit d'alimentation en carburant nous permet de mesurer la consommation réelle du tracteur. Une remorque à deux essieux Leboulch Gold K150XL chargée de 15 tonnes de sable est  reliée à son piton d'attelage. J'accompagne notre essayeur pour réaliser un premier passage sur le circuit de 11,9 km. « La transmission offre une prise en main quasi instantanée », s'étonne Stanislas Desvois dès les premiers tours de roue. Le chemin qui nous mène à la route donne un premier aperçu du niveau de confort à bord. La cabine fait en effet l'objet d'éloges de la part de notre chauffeur. « La visibilité est très satisfaisante. L'absence de montants latéraux offre beaucoup d'espace et de luminosité. J'apprécie également la qualité des assemblages et des plastiques malgré leur couleur pas franchement joyeuse. » John Deere dote désormais sa transmission AutoPowr d'un mode de conduite à la pédale d'accélérateur. Cette spécificité permet de moduler la vitesse d'avancement au pied tandis que l'électronique contrôle automatiquement le régime du moteur. « Ce dispositif apporte de la souplesse à la conduite routière, mais la gestion de l'allure depuis le levier de la transmission reste perfectible. La petite taille du joystick nécessite en effet de l'adresse pour ralentir progressivement l'ensemble. » Je prends à mon tour le volant et démarre un deuxième trajet routier. Le grand empattement du 6130R lui confère un comportement rassurant sur les routes dégradées. Le quatrecylindres se contente d'un régime de 1 500 tr/min sur les portions planes et accélère le rythme dans les montées pour atteindre 1 700 à 1 800 tr/min, soit son niveau de puissance maximale mesuré au banc d'essais. Sur les conseils de Stéphane Andreu, chef produit de la marque, j'utilise la molette de réglage de la vitesse cible pour obtenir l'assistance du frein moteur dans les descentes. Cette manipulation permet de réduire, pas à pas, le rapport de la transmission et offre davantage de souplesse. L'activation du clignotant à l'approche d'une intersection augmente considérablement le faible niveau sonore perçu en cabine. Je préférerais un système de retour automatique à l'assourdissant bip de rappel. « Les suspensions du pont avant et de la cabine offrent un confort très appréciable. Il ne manque qu'un rétroviseur grand- angle pour parfaire le bilan », note Stanislas Desvois durant le troisième et dernier tour. Le John Deere 6130R et sa transmission AutoPowr auront en moyenne consommé 17 l/h et mis de 27 à 31 minutes pour parcourir le circuit de 11,9 km. Pour l'épreuve finale du travail du sol, un déchaumeur Bonnel Multicultor, de 4,30 mètres de large, est attelé au relevage arrière d'une capacité de 6,8 tonnes. Le relevage frontal reçoit, lui, une masse de 900 kg. La pression des pneus, adaptée préalablement au transport, est ici diminuée pour maximiser l'effort de traction de l'engin.  

Taillé pour les champs

L'essayeur fixe l'allure cible de 10 km/h depuis la roulette de sélection. Le mode de conduite automatique de la transmission limite ensuite le régime du moteur à 1 600 tr/min, voire 1 800 tr/min dans les zones tassées de la parcelle. « L'enregistrement d'une séquence de bout de champ depuis le Command Center ne pose pas vraiment de souci. Son intégration, sur le panneau droit, n'est pas idéale. Il aurait été préférable de le placer en bout d'accoudoir », précise l'essayeur. Le 6130R profite de son empattement long pour emmener confortablement le déchaumeur. « Les proportions et le poids proches de ceux d'un modèle de classe supérieur rendent ce tracteur particulièrement à l'aise lorsqu'il est attelé à de lourds outils. Le mariage du moteur à quatre cylindres et de la transmission à variation continue s'avère réussi. Je doute cependant que ce John Deere soit aussi agile qu'un modèle à châssis court lorsqu'il est utilisé au chargeur dans des bâtiments », conclut l'essayeur.  

Un quatre-cylindres monté sur un grand châssis

La gamme 6R de John Deere se décline en trois tailles de châssis pour un total de neuf modèles. Le 6130R à moteur quatre cylindres de 4,5 litres, essayé ici avec la transmission à variation continue AutoPowr, présente le même empattement que les premiers six-cylindres de cette gamme. Son gabarit lui confère une certaine polyvalence car ce tracteur demeure maniable dans la cour et se montre à l'aise dans les champs.  

Un empattement de six-cylindres

Le John Deere 6130R assure la liaison entre les modèles à petit châssis et ceux dotés d'un moteur à six cylindres. L'empattement de 2,76 mètres donne des allures de géant à ce tracteur animé pourtant par un quatre-cylindres de 4,5 litres. Le constructeur est resté fidèle au châssis intégral en acier, colonne vertébrale de ses tracteurs de moyenne puissance. Moteur et transmission sont ainsi fixés par l'intermédiaire de silentblocs sur ce module. En option, le constructeur appose un relevage avant d'une capacité de quatre tonnes et une prise de force à 1 000 tr/min. John Deere propose également une gamme de chargeurs frontaux montés d'usine. Le pont arrière reçoit, lui, un relevage d'une capacité de 6,8 tonnes. Trois distributeurs à commande électrique se greffent à la liste des équipements de série. L'ajout d'un quatrième élément nécessite l'ouverture du catalogue d'options. Le conducteur modifie les débits et temporisations de chaque distributeur depuis le terminal Command Center GreenStar 3. L'ensemble des fonctions hydrauliques est animé par une pompe à débit variable fournissant jusqu'à 114 l/min. La marque propose en option le pont avant suspendu TLS offrant un débattement de 100 mm. Ce dispositif intègre un mode de fonctionnement automatique ou manuel pour faciliter, par exemple, les travaux de précision ou l'attelage d'un outil.  

Un turbo à géométrie variable

Le 6130R est animé par un moteur à quatre cylindres John Deere de 4,5 litres conforme à la norme antipollution Stage IIIB. Fabriqué dans l'usine française de Saran (Loiret), il est annoncé pour une puissance maximale de 143 chevaux 97/68 CE. L'injection à rampe commune, fonctionnant à une pression maximale de 2 000 bars, porte progressivement la puissance maximale à 155 chevaux lors de fortes sollicitations aux travaux mobiles à la prise de force ou à partir de 15 km/h au transport. Son activation est cependant paramétrable depuis le menu moteur du terminal. Le turbocompresseur à géométrie variable suralimente l'injection avec de l'air ayant traversé un intercooler. Ce dernier est placé horizontalement et refroidi par un ventilateur spécifique entraîné hydrauliquement. Les gaz d'échappement issus de la combustion sont, eux, d'abord traités avant d'être rejetés. Une vanne EGR contrôlée électroniquement en transfère une partie vers un refroidisseur air/air avant de les réinjecter dans la chambre de combustion. Les émissions restantes traversent un catalyseur d'oxydation (DOC) et un filtre à particules (FAP) avant de rejoindre l'air libre. L'ensemble Valtra N163 Directct du bloc-moteur est refroidi par un ventilateur doté d'un embrayage viscostatique. Son enclenchement automatique permet au moteur d'atteindre plus rapidement sa température de fonctionnement idéale et économise, selon le constructeur, de l'énergie lorsqu'il n'est pas sollicité. John Deere préconise un remplacement de l'huile moteur toutes les 500 heures d'utilisation.  

Une visibilité optimale

La cabine ComfortView du John Deere 6130R impressionne par ses proportions. Chauffeur et passager ne manquent en effet ni d'espace, ni de luminosité. Le passage de six à quatre montants a accru la visibilité et amélioré l'accessibilité à bord. Les grandes portes pourraient cependant gêner l'accès à la cabine dans les endroits exigus. L'arrière du poste de conduite repose sur deux vérins hydrauliques, liés à des boules d'azote, qui amortissent les irrégularités du sol. Les paramètres de réglage (auto, souple et dur) permettent au conducteur d'adapter la rigidité de cette suspension. Le terminal de conduite Command Center GreenStar 3, fixé sur le panneau droit, dispose de série d'un écran couleur et de commandes à touches. Une variante à écran tactile est proposée en option. Cette interface rassemble les paramètres des réglages liés au moteur, à la transmission ou à la prise de force. Elle permet également la connexion d'outils compatibles avec la norme Isobus, l'utilisation d'un système de guidage par satellites ou l'affichage d'une caméra. La radio Bluetooth, le système d'éclairage et la climatisation automatique disposent également de menus dédiés dans ce terminal. L'ambiance à bord reste austère mais les matériaux et les assemblages sont de bonne facture. Les multiples rangements et le réfrigérateur accueillant jusqu'à deux grandes bouteilles offrent un certain côté fonctionnel à cette cabine. John Deere propose en option un toit vitré ouvrant placé au-dessus du chauffeur. Une seconde variante à toit vitré panoramique, placé dans le prolongement du pare-brise, offrira une visibilité optimale aux utilisateurs de chargeurs frontaux.  

La conduite à la pédale désormais disponible

La transmission à variation continueAutoPowr est proposée sur l'ensembledes modèles de la gamme 6R. Cette solution intègre quatre gammes mécaniques commandées par des embrayages multidisques autorisant une vitesse d'avancement minimale de 0,05 km/h et maximale de 40 km/h à 1 550 tr/min. Le passage d'une plage de vitesses à l'autre est cependant automatisé et imperceptible à l'utilisation. L'hydraulique prend le relais entre chaque gamme et autorise une variation de l'allure à 0,1 km/h près. La conduite de la transmission s'opère en modifiant la position du petit levier placé sur l'accoudoir droit. Celui-ci intègre une molette de réglage autorisant  l'enregistrement de la vitesse d'avancement maximale dans les deux plages 0-20 et 20-40 km/h. Trois stratégies de conduite sont proposées. L'activation du mode automatique délègue à l'électronique le soin d'optimiser le régime du moteur. La conduite depuis la pédale d'accélérateur, indisponible auparavant, est proposée de série avec cette transmission. Elle modifie la vitesse d'avancement avec le pied tout en conservant la régulation automatique du régime moteur. Le mode personnalisé, principalement utilisé lors de travaux à la prise de puissance, permet de fixer un régime moteur minimal à partir duquel la transmission modifiera son rapport de vitesse. Enfin, la conduite manuelle scinde la transmission du régime moteur et offre une conduite similaire à celle d'une boîte de vitesses à rapports sous charge. La prise de puissance arrière intègre de série les régimes 540, 540 Eco et 1000 tr/min, paramétrables depuis le terminal de conduite.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Tracteur d'occasion

Peu de points à surveiller sur les John Deere série 6R

Pommes de terre

La fraise Dewulf SC300 renforcée

Manutention

Un minipelle à zéro déport de 2,3 t pour Yanmar

Travail du sol

Horsch confirme sa vision de l'agriculture hybride

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : les mesures (partie 3)

Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 7719S, tout d'un grand

Presse à chambre variable

Des balles rondes atteignant 140 kg/m3 chez Kuhn

Essai tracteur

Massey Ferguson 7719 S : le point technique (partie 2)

Entretien du paysage

L'épareuse Ferri TP 510 remplace la TP 51