Lindner Lintrac 90 : trois tracteurs en un

Lindner Lintrac 90 : trois tracteurs en un

La polyvalence est le maître mot du Lintrac de Lindner. Ce tracteur compact, doté d'une transmission à variation continue et d'un essieu arrière directionnel, est en effet présenté par le constructeur autrichien comme un engin conçu pour travailler dans les pentes, un porte-outil et un valet de ferme. La rédaction de Matériel Agricole s'est déplacée dans le Tyrol pour assister à ses premiers tours de roues et vous propose de le découvrir en détail.

une transmission à variation continue spécifique

Cultivateur polyvalent à trois rangées de dents | 3 à 8 mètres TRIOLENT Efficace et Durable par Nature www.farmet.fr o Existe en porté et semi-porté o Travail de 6 à 35 cm de profondeur o 7 rouleaux au choix o Sécurité à ressort d'une amplitude de 35 cm o Socs à pointes cabure et ailettes de série o Existe également en 2 rangées de dents 2 ans de garantie Pour animer le Lintrac 90, Lindner a demandé à l'équipementier ZF de développer une transmission à variation continue spécifique. Les travaux menés par les deux partenaires ont donné naissance à la variante TMT 09 adaptée aux moteurs de 100 chevaux. Cette solution, propulsant le tracteur à une allure maximale de 43 km/h en marche avant et de 20 km/h en marche arrière, se veut relativement simple de conception. Lubrifiée par un circuit hydraulique spécifique, elle comprend un module à variation continue composé d'une pompe à cylindrée variable associée à un train épicycloïdal. Elle dispose également d'une partie mécanique utilisant deux embrayages et comptant deux vitesses avant et une arrière. Sa prise en main s'avère facile car l'avancement se contrôle à la pédale comme un véhicule à boîte automatique. Le levier d'inverseur prend place à gauche sous le volant. Un pupitre de commande, situé en bout d'accoudoir et muni d'une molette dénommée L-Drive, permet au chauffeur d'engager les différentes modes de la transmission (Drive, Eco, Power et Pro) ainsi que d'autres paramètres tels que le régulateur de vitesse, l'activation des quatre roues motrices, le blocage du différentiel arrière. Un double appui sur la molette L-Drive mémorise, par exemple, l'allure du tracteur. Sa rotation vers la droite ou vers la gauche modifie sa vitesse lorsque le régulateur est engagé. Pour entraîner les outils arrière, le Lintrac dispose de quatre régimes normalisés de prise de puissance : 430, 540, 750 et 1 000 tr/min ainsi que la variante proportionnelle à l'avancement. Le plus faible est apprécié des utilisateurs d'une faucheuse frontale en combinaison avec une remorque autochargeuse afin de limiter la vitesse de rotation du pick-up pour mieux ramasser.

Le pont arrière directionnel

Le pont arrière directionnel améliore incontestablement la maniabilité du Lintrac. Ce tracteur compact gagne, grâce à cet équipement optionnel, plus de deux mètres de diamètre de giration. Cette performance est rendue possible par l'angle de braquage de l'essieu arrière directeur pouvant atteindre 20 degrés, selon la voie et les pneumatiques. Le Lintrac muni de ce pont articulé propose cinq modes directionnels que le conducteur sélectionne sur un terminal situé sur le montant droit de la cabine : deux ou quatre roues directrices, mode fauchage, marche en crabe et manuel. Au démarrage du moteur, le tracteur se trouve par défaut en deux roues directrices et tout changement de mode s'opère en dessous de 2 km/h. La réaction de l'essieu arrière directionnel n'est de surcroît effective qu'en dessous de 20 km/h. En quatre roues directrices et en marche en crabe, l'essieu arrière s'oriente proportionnellement au rayon de braquage du pont avant. En configuration fauchage, l'essieu arrière devient directionnel uniquement lorsque les roues avant sont braquées de plus de 15 degrés. Ce mode permet de garder des trajectoires rectilignes durant la fauche et d'optimiser la maniabilité dans les bouts de champ pour le demi-tour. Enfin, avec la commande manuelle, le chauffeur ajuste lui-même l'angle des roues arrière pour corriger la trajectoire du tracteur lors de travaux en dévers, par exemple.

Les relevages sous contrôle électronique

Le Lintrac 90 bénéficie en série d'un circuit hydraulique load sensing alimenté par une pompe à cylindrée variable fournissant 88 l/min et puisant son huile dans un réservoir spécifique. Il reçoit jusqu'à cinq distributeurs à commande électrique au débit et à la temporisation réglables. Leur pilotage s'effectue à l'aide du joystick intégré en bout d'accoudoir ou via des interrupteurs à commandes du bout des doigts, dits fingertips, logés sur la console de droite. Le relevage arrière du Lindner, à régulation électronique Bosch, lève 2 800 kg avec l'essieu arrière directionnel et voit sa capacité portée à 3 500 kg avec le pont rigide. à l'avant, le Lintrac 90 reçoit deux conceptions de relevage. La première fixée classiquement sur le berceau avant lève 2 500 kg. La seconde, d'une capacité de 2000 kg, se caractérise par le montage des bras directement sur le pont avant pour un meilleur suivi du terrain. La commande la plus simple de ces relevages frontaux utilise un distributeur hydraulique tandis que la plus évoluée accède à la gestion électronique Bosch. Celle-ci ne mobilise pas de distributeur hydraulique et bénéficie notamment du délestage électronique de l'outil par potentiomètre afin de limiter, par exemple, la pression d'appui au sol d'une faucheuse frontale.

Un gabarit contenu

Grâce à la cabine en position avancée par rapport au pont arrière, le Lintrac 90 présente une hauteur de 2,41 mètres avec ses montes de pneumatiques les plus grandes. Cette caractéristique permet de contenir le centre de gravité en dessous de 85 cm de haut afin d'accroître la stabilité du tracteur dans les pentes. Lindner annonce d'ailleurs que cet engin est capable d'évoluer dans des dévers jusqu'à 60 %. La cabine bénéficie en série d'un siège chauffeur Grammer à suspension pneumatique, d'une assise confortable pour le passager et d'un toit vitré appréciable pour les travaux au chargeur frontal. Elle se complète de la climatisation et d'une suspension par deux ressorts arrière. Son tableau de bord loge le terminal IBC regroupant toutes les informations importantes. L'écran de ce moniteur indique notamment les paramètres relatifs au moteur, aux distributeurs hydrauliques et à l'entretien. Il peut aussi afficher les images d'une caméra. L'accoudoir du siège chauffeur supporte à son extrémité le pupitre de contrôle de la transmission, le joystick pour actionner les distributeurs hydrauliques et deux boutons d'accès rapide à l'ordinateur IBC. La console de droite loge les commandes électroniques des relevages avant et arrière. Elle accueille également les interrupteurs engageant les prises de puissance.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux

Part de marché

Les ventes de semoirs traînés à céréales explosent