Transmissions mécaniques et hydrauliques. Plus de surface pour Bondioli et Pavesi

Transmissions mécaniques et hydrauliques. Plus de surface pour Bondioli et Pavesi

Bondioli et Pavesi a gagné sa notoriété en devenant un important fabricant de systèmes de transmissions mécaniques et de composants hydrauliques pour machines mobiles. Il compte, dans sa clientèle, la plupart des grands constructeurs du machinisme agricole. Pour mieux les accompagner, sa filiale française vient de s'installer dans des locaux flambant neufs à Mennecy, en Essonne.

Entre le Coudray-Montceaux et Mennecy, dans l'Essonne, la distance est courte, à peine trois kilomètres. Mais, en juillet 2014, ce parcours a représenté une importante étape pour les équipes de Bondioli et Pavesi France. C'était l'aboutissement d'un projet de déménagement vers un nouveau bâtiment, plus grand, plus fonctionnel, plus aéré. Les vingt-huit salariés ont quitté les locaux historiques à partir desquels l'Italien a construit, depuis 1967, sa présence sur le marché français. Le bâtiment neuf de 5 000 m2, implanté sur un terrain de 13 000 m2, est situé de l'autre côté de l'autoroute A6, dans la nouvelle zone d'activité de Mont vrain II. Le groupe Bondioli et Pavesi fait partie de ces industriels qui ont su accompagner l'essor de la mécanisation de l'agriculture, dès 1950. L'un de ses tout premiers produits fut un arbre à cardans entraînant une batteuse à poste fixe, depuis la prise de force d'un tracteur. Ce dispositif plus efficace et moins dangereux que les grandes poulies à courroies, utilisées à l'époque, s'est imposé pour transmettre la puissance du tracteur aux machines agricoles. Depuis, l'industriel n'a jamais cessé d'évoluer dans ses fabrications et de se diversifier. Il est devenu l'un des grands fournisseurs de l'industrie du machinisme agricole. Sa gamme est plutôt impressionnante. En plus des transmissions à cardans transmettant des puissances allant jusqu'à 400 chevaux, il s'est d'abord diversifié dans les réducteurs et les boîtiers de renvoi d'angle, les boîtes de vitesses, puis, à partir de 1982, dans les composants hydrauliques (distributeurs, pompes, moteurs, échangeurs thermiques.).  

Le passage de toutes les puissances

  Pour les produire, le groupe a bâti, au fil des années, un outil industriel comptant sept usines en Italie, deux au Brésil, une en Tchéquie et une en Chine, avec un effectif de 1 450 salariés. Il espère, en 2014, un chiffre d'affaires de 310 millions d'euros. L'industrie du machinisme agricole est restée, au fil des décennies, le principal débouché de Bondioli et Pavesi. Elle représentait en 2013 plus de 72 % de son CA. Pour se rapprocher de sa clientèle internationale de constructeurs et de revendeurs de composants, l'industriel italien a, dès les années soixante, développé un réseau de filiales. Il en compte quatorze aujourd'hui. La toute première, créée en 1967, fut installée en France, précisément au Coudray- Montceaux et dirigée jusqu'en 2011 par Secondo Ferrari, puis par Pascal Morelière. Secondo Ferrari, toujours dans l'entreprise, assure la liaison avec la direction nationale.   Son rôle premier est d'accompagner les constructeurs de machines agricoles dans la mise au point de leurs matériels animés, à partir de la prise de force du tracteur. « Nous disposons de configurateurs informatiques pour définir les composants les mieux optimisés en fonction des cahiers des charges des bureaux d'études », explique Raymond Lours, directeur technique et responsable des grands comptes. Entre les constructeurs de machines agricoles et les ingénieurs de Bondioli et Pavesi, il existe une véritable émulation. Les premiers cherchent des systèmes capables de passer toujours plus de puissances ou adoptant des architectures plus complexes. Les seconds imaginent des solutions industrielles pour les réaliser à des prix abordables. Lorsque le catalogue de produits standard ne suffit pas, l'industriel propose des solutions sur mesure. C'est notamment le cas des boîtiers de transmission des presses à haute densité : « Nous sommes leaders sur ces produits. Notre force est de proposer à la clientèle des solutions complètes associant des composants mécaniques et hydrauliques pour tous types de machines fixes ou mobiles. Nous couvrons toutes les applications, des plus simples aux plus complexes », se réjouit Raymond Lours. Le groupe est sollicité par tous les grands constructeurs internationaux et il équipe les automoteurs de récolte, les tracteurs, les engins de manutention avec, par exemple, des boîtiers d'entraînement de cueilleurs à maïs, des boîtiers de presses à balles rondes, des transmissions à variation continue de rotor de moissonneusebatteuse, etc.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Clôture électrique

La clôture électrique plus jamais emmêlée avec Patura Pro

Publirédactionnel

Les épandeurs X40+ X50+ Econov passent à l'entraînement hydraulique

Pommes de terre

Agronomic détruit les fanes mécaniquement

Pommes de terre

Ropa récolte de deux manières

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command mieux qu'une CVT?

Mélangeuses à vis verticales

Les mélangeuses Mastermix de Robert pour les petites et moyennes exploitations

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command : Les mesures au banc (partie 3)

Travail superficiel

Le canadien porté se replie chez Quivogne

Tracteur

Case IH : ne m’appelez plus jamais Versum !