New Holland : le T7 vedette du Spring Camp 2015

New Holland : le T7 vedette du Spring Camp 2015

New Holland a convié la rédaction de Matériel Agricole à une de ses journées Spring Camp organisées fin mai au Parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) pour présenter à son réseau de concessionnaires ses dernières générations de tracteurs. L'imposant T8 dans sa version chenillée SmartTrax est malheureusement resté statique. Le T7 à moteur Stage IV, montré quant à lui en dynamique, en a ainsi profité pour lui voler la vedette. Lors de cet événement, le constructeur italien a également exposé les gammes de matériels de travaux publics désormais commercialisées par son réseau agricole.

La dernière mouture du New Holland T7 n'est pas révolutionnaire par rapport aux modèles de précédente génération. Elle s'en distingue toutefois par l'adoption d'un moteur conforme à la norme antipollution Stage IV et de notables retouches esthétiques. Cette famille de tracteurs se compose désormais de huit modèles. Les plus gros, caractérisés par leur empattement long, sont désormais au nombre de quatre, contre cinq auparavant. Ils délivrent de 200 à 260 chevaux de puissance maximale, avec un écart de 20 chevaux entre chaque variante. Le T7.230 remplace à lui seul les T7.220 et T7.235 d'ancienne génération. L'empattement court se retrouve logiquement sur les quatre versions les moins puissantes développant de 155 à 200 chevaux. Le T7.225, le plus gros des modèles à châssis court, est une nouveauté dans cette gamme. Ce tracteur, qualifié de puissant et léger par le constructeur, peut notamment être apprécié pour certaines utilisations telles que le transport, la pulvérisation, l'épandage d'engrais ou encore la fauche. Il est, comme le T7.270, disponible uniquement avec la transmission à variation continue Auto Command dont bénéficient également les sept autres modèles. Ces derniers peuvent également être équipés de la transmission full-powershift Power Command. La boîte semi-powershift Range Command est, quant à elle, disponible sur les trois premiers modèles.  

Un frein sur l'échappement

  Parmi les évolutions apportées sur les nouveaux T7, l'une des plus importantes concerne la motorisation désormais conforme à la norme antipollution Stage IV. Pour satisfaire à cette exigence réglementaire, le six-cylindres Fiat Powertrain Technologies (FPT), de 6,7 litres, conserve la technologie SCR de réduction catalytique sélective fonctionnant à l'AdBlue. Ce moteur se complète en revanche d'un catalyseur d'oxydation diesel (DOC) traitant les gaz d'échappement à la sortie du turbo. Ce composant additionnel limite la consommation d'AdBlue en oxygénant les oxydes d'azote. L'optimisation porte aussi sur le moteur, avec une pression d'injection revue à la hausse - elle est désormais de 1 600 bars - et un nouveau dessin de la culasse. Enfin, New Holland a ajouté, entre la sortie du turbo et le DOC, un papillon mécanique assurant la montée en température des gaz d'échappement en les comprimant. Son but est de réduire les phases d'utilisation du tracteur pendant lesquelles la température n'est pas assez élevée pour effectuer une dépollution correcte. En parallèle, ce papillon sert de ralentisseur sur échappement.  

Paré pour les travaux de nuit

  New Holland apporte également de nombreuses modifications sur l'esthétique, la cabine et les accessoires des T7. Ces tracteurs se parent d'un capot moteur redessiné. Des ouïes latérales ont été ajoutées à côté du DOC pour une meilleure dissipation de la chaleur produite par cet équipement de dépollution. Modernisés, les blocs optiques intègrent désormais une signature lumineuse avec des LED. Les phares de travail, utilisant également cette technologie d'éclairage, s'intègrent à la nouvelle casquette de cabine, plus fine que par le passé. Il est possible d'en installer jusqu'à 16 afin d'obtenir un éclairage sur 360 degrés. Le confort est également renforcé avec une nouvelle offre de sièges disponible en trois finitions : Auto Comfort, Dynamic Comfort et Comfort. Le premier, haut de gamme, s'équipe d'une suspension et d'une ventilation active, ainsi que du réglage automatique du poids. Les deux versions suivantes ont pour particularité d'avoir la partie haute du dossier qui coulisse sur le côté. Cette fonctionnalité permet au chauffeur, en complément de l'accoudoir courbé, de travailler retourné, tout en ayant le dos maintenu et en conservant la visibilité vers l'arrière. Indépendant du type de siège retenu, l'accoudoir SideWinder II, disponible sur tous les T7, s'accompagne en option du nouveau dispositif HTS II de gestion des manoeuvres en bout de champs. Avec cet automatisme, il est désormais possible de créer et de modifier la séquence à l'arrêt, comme au travail, depuis le terminal IntelliView IV, sans nécessairement effectuer physiquement les actions. Les programmations peuvent être mémorisées pour une utilisation ultérieure, ou encore sauvegardées et transférées vers un autre tracteur compatible. Chaque séquence accepte jusqu'à 40 opérations successives et son activation s'effectue depuis un bouton positionné sur le joystick.  

Quatre niveaux d'options pour l'Isobus

  New Holland propose d'équiper ses nouveaux tracteurs avec différents niveaux de compatibilité à la technologie Isobus. Les T7, équipés ou non d'un accoudoir multifonction, bénéficient de série d'une connectivité de Classe II permettant notamment à un semoir ou à un système de guidage d'utiliser les informations mesurées par les capteurs de vitesse ou d'angle de braquage déjà présents sur le tracteur. Les modèles équipés de l'accoudoir SideWinder II sont, eux, également éligibles à une compatibilité de Classe III. Ce niveau supérieur autorise, par exemple, une presse à balles rondes respectant aussi cette norme à agir sur des distributeurs hydrauliques, sur la prise de force, voire sur la vitesse d'avancement du tracteur pour les modèles équipés d'une transmission à variation continue. Les réticents aux nouvelles technologies auront enfin la possibilité de se passer de l'Isobus.  

New Holland Construction : la gamme compacte dans le réseau agricole

  Le réseau New Holland Agriculture distribue désormais la gamme compacte de la branche travaux publics dans 85 % de ses concessions. L'offre regroupe cinq familles de machines s'adaptant à une utilisation agricole sans modification.  

Une chargeuse articulée de 195 chevaux

  Les chargeuses New Holland Construction se déclinent en deux familles dénommées midi et sur pneumatiques. Les articulées W50C, W60C, W70C et W80C, développant de 58 à 74 chevaux, composent la gamme midi. Ces machines dotées d'une cabine se caractérisent par leurs dimensions réduites, 2,5 mètres de haut pour 1,5 mètre de large, facilitant leur évolution dans les bâtiments exigus. Elles accèdent à différents équipements, tels que des godets, des fourches à palettes ou encore des griffes. La famille de chargeuses sur pneumatiques comprend trois modèles : W110C, W130C et W170C. Ces engins pèsent de 11,9 à 14,5 tonnes. Leur hauteur de déversement atteint 4 mètres et leur permet, par exemple, de remplir facilement une semi-remorque ou une benne agricole. Leur moteur Fiat Powertrain Technologies (FPT), situé très en arrière pour augmenter la charge de basculement, délivre de 142 à 195 chevaux selon les modèles.  

Des minichargeuses aux bras longs

  Les cinq minichargeuses à direction par ripage (skid steer) proposées par New Holland répondent aux besoins de manutention d'utilisateurs travaillant dans des espaces étroits et bas de plafond. Ces engins compacts bénéficient d'un bras intégrant la technologie Super Boom, à l'exception de la variante L216, qui élève la hauteur de bennage à 3,33 mètres sur le modèle le plus gros. Leur puissance s'échelonne de 49 à 90 chevaux, pour une masse comprise entre 2 300 et 3 765 kg. Une ligne hydraulique auxiliaire autorise l'utilisation de divers équipements tels qu'une balayeuse, une pailleuse ou un marteau-piqueur.  

Seize modèles de minipelles

  Les minipelles de la série E font également partie des produits distribués par le réseau New Holland Agriculture. Les 16 modèles disponibles sont livrables avec des cabines ou en version canopy. Leur masse varie de 1,5 à 5,5 tonnes et leur puissance s'échelonne de 15 à 43 chevaux. Les minipelles pesant plus de 2,5 tonnes se distinguent par leur rayon court. Ainsi, l'arrière de ces machines ne dépasse pas du gabarit des chenilles lors de la rotation, permettant notamment le travail dans des espaces restreints. Le modèle de 1,8 tonne dispose quant à lui d'une voie variable hydrauliquement. Grâce à cet atout, il se faufile plus facilement dans des ouvertures de moins d'un mètre de large.  

La polyvalence des chargeuses-pelleteuses

  New Holland complète la gamme d'engins de travaux publics proposée par son réseau agricole avec trois modèles de chargeuses-pelleteuses. Ces tractopelles sont particulièrement adaptées aux curages de fossés, aux travaux de chargement ou de terrassement. Leur moteur, d'une puissance de 97 ou 110 chevaux, est associé à l'une des deux transmissions au choix : la plus simple, PowerShuttle, ou la plus évoluée, Powershift. Leur pelle rétro se complète, en option, d'une extension télescopique de 50 cm, portant la profondeur maximale d'excavation à 5,6 mètres.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Agenda

1 293 entreprises inscrites au Space

Tractoriste

Valtra franchit le cap du Stage V

Landini

Le Rex fait sa tournée mondiale

Equipement

Ag Leader contrôle la population

Essai utilitaire

Citroën Berlingo, la technologie utile

Travail du sol

Le décompacteur Cultiplow d'Agrisem pour les sols durs

Miniatures

ROS, les miniatures de juin

Immatriculations de tracteurs

Un joli mois de mai

Moteur

Le 13,6 L John Deere plus compact