New Holland : vers des tracteurs alimentés au carburant fermier

New Holland : vers des tracteurs alimentés au carburant fermier

L'agriculture durable est au coeur de l'exposition universelle de Milan (Italie) se déroulant du 1er mai au 31 octobre. New Holland est la seule firme du machinisme agricole à participer activement à cet événement. Elle y possède d'ailleurs un pavillon accueillant sur le toit son prototype de tracteur fonctionnant au méthane, une façon d'interpeler le grand public et de lui montrer qu'elle investit dans la valorisation des énergies renouvelables.

New Holland planche depuis plusieurs années sur la valorisation dans le monde agricole des énergies renouvelables. La firme italienne s'est d'abord intéressée au tracteur fonctionnant à l'hydrogène. Ce concept, dénommé « NH2 », n'est d'ailleurs pas abandonné mais mis en sommeil, selon les dirigeants. Il est aujourd'hui remplacé par le tracteur carburant au méthane, avec le même objectif : rendre à terme les exploitations agricoles autonomes en énergie en leur proposant de produire leur carburant sur leur exploitation. La marque est aujourd'hui à son deuxième prototype au méthane, tous les deux expérimentés, comme le NH2, à la ferme privée de La Bellotta située à proximité de Turin (Italie). Le premier, le T6.140 Méthane, développe 140 chevaux de puissance maximale et un couple de 350 Nm. Il loge un moteur spécifique Fiat Powertrain Technologies (FPT) monté notamment sur les utilitaires de la gamme Daily d'Iveco. Ce quatre-cylindres de 3,2 litres présente plusieurs inconvénients pour cette application et a donc conduit New Holland à développer un second prototype. Il n'est en effet pas structurel et impose d'ajouter un châssis entre le berceau du pont avant et la transmission. Son régime nominal très élevé (3 500 tr/min) oblige par ailleurs l'installation d'un réducteur pour l'adapter à la boîte de vitesses. Le second prototype, le T6.180 Méthane, partage ses caractéristiques avec le tracteur standard New Holland T6.175 équipé d'un six-cylindres de 175 chevaux. Son bloc-moteur structurel s'intègre facilement et sans modification. Il reçoit en revanche une culasse spécifique gaz intégrant une injection particulière et des bougies. Sa cylindrée est ainsi ramenée à 6 litres (6,7 litres sur le T6.175 classique) et son régime nominal reste, comme en diesel, limité à 2 200 tr/min. Ses performances sont intéressantes avec une puissance maximale de 180 chevaux et un couple de 740 Nm (726 Nm sur le T6.175). Comme le T6.140 Méthane, ce second prototype est alimenté par neuf bonbonnes. Ces réserves, réparties à l'avant et à l'arrière de la cabine, procurent une capacité totale de 300 litres de gaz comprimé, soit 52 kg. Elles garantissent ainsi une autonomie d'environ une demi-journée dans des conditions normales de travail. Pour augmenter l'autonomie, la firme réfléchit à des équipements additionnels tels que des lests arrière ou avant contenant le méthane sous pression. Avec le T6.180 Méthane, l'industriel italien annonce de 20 à 40 % d'économie sur le poste carburant et des émissions polluantes inférieures de 80 % à celles d'un tracteur diesel standard. Il anticipe ainsi les futurs objectifs de réduction de 20 % des gaz à effet de serre, imposés par l'Europe d'ici à 2020. L'entrée en commercialisation de cette génération de tracteurs New Holland fonctionnant au méthane est annoncée d'ici quatre à cinq ans.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Manutention

Manitou s’agrandit en Espagne

Enrubanneuse

L'enrubanneuse Elho 1790 Pro emballe automatiquement

Clôture électrique

La clôture électrique plus jamais emmêlée avec Patura Pro

Publirédactionnel

Les épandeurs X40+ X50+ Econov passent à l'entraînement hydraulique

Pommes de terre

Agronomic détruit les fanes mécaniquement

Pommes de terre

Ropa récolte de deux manières

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command mieux qu'une CVT?

Mélangeuses à vis verticales

Les mélangeuses Mastermix de Robert pour les petites et moyennes exploitations

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command : Les mesures au banc (partie 3)