TechniqueLe différentiel : fonction et description

Dès qu'il y a déplacement, les roues d'un véhicule ne tournent jamais à un régime iden­tique. Ceci n'a aucune importance lorsque l'on est en présence de roues porteuses montées indépendantes sur leur axe, et libres de leur pro­pre régime de rotation. Il n'en est pas de même dans le cas de deux roues motrices montées sur un même essieu.

Lors d'un virage les distances respectives parcou­rues par les roues droite et gauche ne sont pas identiques : le montage de deux roues motrices fixées sur un même arbre de transmission est donc impossible.

Le différentiel permet d'adapter le régime de rotation de chaque roue, en fonction de la fréquence de rotation qui lui est imposée, tout en assurant à chaque roue la transmission d'un cou­ple identique.

La différence de régime entre les roues est permanente, même lorsqu'il y a déplacement en ligne droite, elle est due :

  • aux inégalités « d'adhérence »
  • aux inégalités de gonflage ;
  • aux inégalités d'usure des pneumatiques ;
  • aux inégalités de charge sur les roues ;
  • aux inégalités de profil du terrain (ce qui est toujours le cas).

Même dans le cas le plus favorable qui est le déplace¬ment en ligne droite sur terrain plat, la fréquence de rotation des roues ne peut pas être identique.

Même dans le cas le plus favorable qui est le déplace­ment en ligne droite sur terrain plat, la fréquence de rotation des roues ne peut pas être identique.

Le différentiel, un train épicycloïdal

Le différentiel est logé dans un boîtier en­traîné par la grande couronne du réducteur.Il se compose de deux plané­taires, chacun en liaison avec un demi arbre de roue. La liaison entre les planétaires s'effectue au moyen de pignons satellites qui sont au moins deux, pour une raison d'équilibre.

Ce schéma montre la transformation d’un train épicycloïdal plan en train épicycloïdal sphérique. Cette particularité propre au différentiel permet d’appliquer un couple identique sur les roues d’un même essieu qui tournent à des régimes de rotation différents.

Les axes des pignons satellites sont solidaires du boîtier et entraînés en rotation par ce dernier. Les demi arbres de roues sont indépendants, mais liés à la rotation du boîtier par l'intermé­diaire des satellites.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Essai Télescopique

Claas Scorpion 741 Varipower, Le point technique (partie 2)

Essai tracteur

Essai Case IH Luxxum 120, Le point technique (partie 2)

Technique

La liaison tracteur-sol : le patinage

Technique

Tout ce qu'il y a à savoir sur les capteurs

Technique

Capteurs : le capteur inductif à reluctance variable

Technique

Les capteurs : le capteur à effet Hall

Technique

Les capteurs : les capteurs ils

Technique

Hydraulique : tout ce qu'il faut savoir sur les pompes

Technique

Hydraulique : les pompes à pistons axiaux