Väderstad : le Rapid dans un nouvel Opus

Väderstad : le Rapid dans un nouvel Opus

Le Suédois Väderstad trépigne d'impatience à l'approche du Sima. Le constructeur, fier de fêter les 20 ans de son semoir Rapid, a convié la presse européenne sur ses terres pour dévoiler en avant-première les nouveautés du prochain salon parisien. Au programme : quelques retouches techniques et esthétiques dans la gamme de semoirs mais aussi l'extension de la famille des déchaumeurs.

Le Sima arrive à grands pas. Väderstad ne s'est pas résolu à attendre l'ouverture des portes du salon du machinisme français pour d'ores et déjà annoncer les têtes d'affiche de son stand. Cette année est d'autant plus particulière pour la marque qu'elle fête le 20e anniversaire de son semoir Rapid, l'âge idéal pour changer de look. C'est en tout cas le chemin suivi par les versions mécaniques 300 C/S et 400 C/S, travaillant respectivement sur des largeurs de trois et quatre mètres. Le nouveau design de l'outil profite notamment à la trémie, offrant respectivement une capacité de 2 900 et 4 000 litres ou, pour les versions dotées de l'incorporateur d'engrais, de 3 100 et 4 200 litres. Son fond plus arrondi favorise l'écoulement de la semence tandis qu'une plate-forme arrière facilitera l'accès pour son remplissage ou pour le calibrage de la distribution à ergots et cannelures. Cette dernière profite également de ce changement de génération pour adopter un entraînement hydraulique, monté de série dès 2015. Outre la facilité d'étalonnage, ce type de transmission permet, lorsque l'outil est commandé depuis un terminal Isobus assisté d'un système de guidage par GPS, d'automatiser l'ouverture et la fermeture de la distribution en bout de champ et d'accéder à la modulation de dose. L'information de la vitesse d'avancement est, elle, donnée par un radar placé sur le timon du semoir. L'ensemble des composants électriques et hydrauliques sont quant à eux disposés sous un des nouveaux carters latéraux, ce qui les protège de l'humidité et de la poussière tout en facilitant l'accès en cas de problème. Le Rapid conserve le principe de fonctionnement qui a fait sa renommée, à savoir deux premières rangées de disques indépendants préparant le sol avant le passage des deux lignes de semis à simple disque et coutre semeur. Un rouleau à pneus rappuie ensuite le lit de semence. Väderstad a cependant introduit des roulements à billes sans entretien sur tous ces disques. Les pneumatiques du rouleau, toujours à profil agraire, disposent pour leur part d'une nouvelle carcasse tubeless autorisant un travail à une pression inférieure à 1,5 bar afin d'offrir une plus large surface de contact avec le sol. Le Rapid bénéficie également de la technologie E-Services permettant à l'utilisateur de relier le semoir à un terminal compatible avec la norme Isobus ou au plus classique boîtier ControlStation. Les utilisateurs de tablettes tactiles iPad auront eux aussi la possibilité de les connecter, par Wifi, au système électronique du semoir. Cette option permet de se servir aisément de sa tablette, à l'arrière de la machine, lors de l'étalonnage de la distribution par exemple. Ces différentes interfaces s'avèrent également éligibles au réglage de la pression d'appui de la herse de recouvrement désormais proposée, en option, avec un système hydraulique. Cette solution présente l'intérêt, selon la marque, de paramétrer jusqu'à deux valeurs à appliquer, par exemple, en plein champ ou en fourrière.  

Un disque pour hygiéniser les sols

  Väderstad ajoute le CrossCutter Disc à la liste d'équipements de son déchaumeur Carrier. Ce module, monté en lieu et place des disques indépendants de l'outil, dispose de six pales en sa périphérie permettant d'effectuer un déchaumage très superficiel à près de 15 km/h. Sa vitesse de rotation élevée garantit le broyage des résidus et favorise, selon la marque, la germination des graines d'adventices avant l'implantation d'une nouvelle culture. Ce travail limiterait par conséquent la propagation des ravageurs du maïs ou du colza dans les parcelles à rotation courte.  

Le Spirit fertilise entre les lignes de semis

  Le combiné de semis Spirit 600C, d'une largeur de six mètres, intègre la nouvelle unité de fertilisation Nordic. Ce module se caractérise par sa simple rangée de disques localisant l'engrais tous les 25 cm d'écartement, soit entre chaque paire de lignes de semis. Ce module travaille en parallèle des disques de préparation du sol et reçoit un dispositif hydraulique de réglage de sa profondeur. L'agriculteur paramètre ainsi facilement l'écart de profondeur souhaité entre la semence et le fertilisant. Une vis d'Archimède dose l'engrais, transféré pneumatiquement jusqu'à une tête de répartition puis déposé par l'un des 24 disques d'incorporation.  

L'Opus agrandit la gamme de déchaumeurs

  Outre le semoir Rapid, Väderstad compte sur son nouveau déchaumeur Opus pour faire sensation au Sima. Cet outil, décliné avec un châssis semi-porté repliable de six ou sept mètres de large, compte quatre rangées de dents autorisant un travail à une profondeur maximale de 40 cm. L'espacement entre dents de 27 cm et le dégagement sous châssis de 80 cm autorisent, selon la marque, le travail même en présence d'une grande quantité de résidus. Une rangée de disques étoilés réglable hydrauliquement en hauteur assure ensuite le nivellement du sol. L'essieu, placé au centre de l'appareil, contrôle la profondeur de travail à l'aide de quatre roues. Cette spécificité permet, en conditions humides notamment, d'escamoter le rouleau à billes d'acier SteelRunner ou le double SoilRunner doté, lui, de profils en U. Les vérins hydrauliques nécessaires à cette opération seront également indispensables, lors de travaux plus classiques, pour moduler la pression d'appui sur les rouleaux. Le nouvel Opus s'affranchit des sols caillouteux grâce à la présence, sur chaque dent, d'un vérin hydraulique autorisant son effacement et l'application d'une pression atteignant près de 700 kg. Les premiers Opus seront disponibles dès le printemps.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Clôture électrique

La clôture électrique plus jamais emmêlée avec Patura Pro

Publirédactionnel

Les épandeurs X40+ X50+ Econov passent à l'entraînement hydraulique

Pommes de terre

Agronomic détruit les fanes mécaniquement

Pommes de terre

Ropa récolte de deux manières

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command mieux qu'une CVT?

Mélangeuses à vis verticales

Les mélangeuses Mastermix de Robert pour les petites et moyennes exploitations

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command : Les mesures au banc (partie 3)

Travail superficiel

Le canadien porté se replie chez Quivogne

Tracteur

Case IH : ne m’appelez plus jamais Versum !