Biner sans se fatiguer

Biner sans se fatiguer

Les robots ont déjà changé le quotidien de beaucoup de ménages et de certains gros élevages. Ils interviennent souvent là où la main-d'oeuvre et le temps manquent. Ils font donc logiquement leur apparition entre les rangs de légumes des maraîchers. Le robot Oz de la société française Naïo Technologies automatise ainsi le fastidieux binage manuel.

Les contraintes de la météo et les journées souvent trop courtes ont poussé certains d'entre eux à s'associer à ce petit monstre de technologies. Cinq jeunes ingénieurs de la start-up française ont donc mis leurs connaissances en commun pour débarquer avec leur engin, il y a moins de deux ans, sur le marché pratiquement vierge de l'agrobotique. Plusieurs prototypes et des heures de programmation les braves chevaux de trait et se sont vite révélés indispensables dans les exploitations. Le robot automoteur Oz de la société toulousaine Naïo Technologies vient aujourd'hui en aide aux maraîchers soucieux de la propreté de leurs parcelles. La pénibilité des travaux de binage, Les robots sont en passe de recevoir aujourd'hui le même accueil d'abord frileux que celui réservé aux premiers tracteurs du siècle dernier. Ces engins à quatre roues ont en effet rayé du paysage et d'essais auront été nécessaires pour déboucher, cette année, sur la commercialisation de leur premier robot. L'engin à quatre roues crantées vient pour l'instant en aide aux maraîchers pratiquant notamment une agriculture biologique. Leurs cultures en lignes sont en effet souvent mises en concurrence avec les adventices. Les concepteurs ont ainsi imaginé un appareil autonome capable de traîner des socs affûtés dans des interrangs réduits. Le robot mesure en effet 70 cm de long pour 40 cm de large et s'avère ainsi apte à travailler dans la majorité des cultures en lignes.  

Quatre heures et 0,25 hectare d'autonomie

Sa face avant intègre une série de capteurs infrarouges, bientôt remplacés par de plus performantes caméras mono et stéréovision, repérant les lignes de culture et les éventuels obstacles. Le guidage par satellites, malgré sa précision, a vite été mis de côté par les concepteurs en raison de l'investissement qu'il représente et des pertes de signal répétitives dont il est victime à proximité des serres et des haies. Les carters cachent, eux, deux classiques accumulateurs au plomb et quatre moteurs électriques de 110 watts animant chacune des roues. La capacité des batteries lui offre une autonomie de fonctionnement d'environ quatre heures. Le temps minimal de charge varie, lui, entre quatre et huit heures. Bien que compact, l'appareil s'avère relativement lourd. Ses différents composants lui permettent en effet d'afficher près de 150 kg sur la balance. Ce poids et le couple fournit par son dispositif d'avancement lui offrent une capacité de traction comparable à celle de deux humains. Les passionnés de jeux vidéo et les nostalgiques des voitures télécommandées apprécieront l'indispensable manette de console permettant de conduire manuellement Oz jusqu'à son lieu de travail. Sur place, le maraîcher renseigne la longueur des rangs à biner, l'écartement entre chacun d'eux et le nombre d'allers-retours à effectuer pour travailler la parcelle. L'appareil, dépourvu de roues directrices, réalise, à chaque bout de ligne, un demi-tour par ripage en trois temps avant de repartir sur sa prochaine voie. Son relevage arrière à guillotine, commandé par un vérin électrique, contrôle la position de l'outil durant cette manoeuvre. Oz est ainsi capable de biner, au stade plantule, près de 0,25 hectare sans s'arrêter grâce à son autonomie. Une rotation de deux à trois semaines suffit, selon les utilisateurs, à maintenir la propreté des parcelles. Le propriétaire de l'appareil est, lui, prévenu par un SMS à chaque fin de tâche ou lorsqu'un élément inconnu contraint le passage en toute sécurité du robot.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Clôture électrique

La clôture électrique plus jamais emmêlée avec Patura Pro

Publirédactionnel

Les épandeurs X40+ X50+ Econov passent à l'entraînement hydraulique

Pommes de terre

Agronomic détruit les fanes mécaniquement

Pommes de terre

Ropa récolte de deux manières

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command mieux qu'une CVT?

Mélangeuses à vis verticales

Les mélangeuses Mastermix de Robert pour les petites et moyennes exploitations

Essai tracteur

New Holland T6.165 Dynamic Command : Les mesures au banc (partie 3)

Travail superficiel

Le canadien porté se replie chez Quivogne

Tracteur

Case IH : ne m’appelez plus jamais Versum !