Des combinés typiquement français

Des combinés typiquement français

La Grande-Bretagne est connue pour son goût de la différence envers l'Europe. La France adopte elle aussi des mesures un peu à part. Certes, notre pays n'est pas encore prêt à inverser son sens de circulation. Mais seul l'Hexagone autorise le libre déplacement sur la route d'engins agricoles d'une largeur maximale de 3,5 mètres. Plus productifs de 16 % qu'un chantier de trois mètres dans les champs, ces outils du groupe A n'imposent pas l'utilisation d'une voiture pilote. Matériel Agricole s'est donc penché sur le marché des combinés de semis pneumatiques en lignes - herse rotative + semoir - respectant cette largeur atypique. Ils grignotent la part de marché des modèles de trois mètres et représentent désormais, selon nos estimations, 20 % des quelque 4 500 semoirs à céréales commercialisés chaque année. Les huit constructeurs proposant cette dimension ont répondu présent pour cette plate-forme. Chaque modèle étudié disposait d'un entraînement électrique du doseur, d'une turbine animé

Des clés pour émietter

Utilisé par une majorité d'agriculteurs, adeptes du labour ou non, le combiné de semis est l'outil passe-partout par excellence. Il doit cette polyvalence à sa herse rotative adaptée au travail du sol en conditions sèches ou humides. Son boîtier offre, dans la majorité des cas, la possibilité de moduler le régime des rotors en inversant ou en échangeant les pignons d'entraînement. Sa barre niveleuse, montée derrière voire devant, fait également partie des équipements standards pour la plupart des marques. Cet accessoire freine la sortie du flux de terre et favorise donc la casse des mottes. Il engendre cependant, comme tout système de freinage, une surconsommation plus ou moins importante de carburant. Les constructeurs dotent donc cette barre de réglages à broches ou de plus pratiques crémaillères pour obtenir un ratio qualité de travail/consommation de puissance idéal. D'autres pro posent de délaisser la herse rotative du combiné au profit de déchaumeurs à disques indépendants plus rapides mais moins polyvalents.

Intégrer pour mieux porter

Selon leur niveau d'équipement, les combinés de semis de cette plate-forme pèsent entre 3 et 3,5 tonnes à vide. Une fois remplies de semences, les trémies contenant jusqu'à 2 000 litres portent parfois à plus de cinq tonnes le poids de l'ensemble. Pour éviter la casse des demi-arbres de roues ou l'éclatement des pneumatiques de votre tracteur, vérifiez au préalable la charge admissible du pont arrière et des pneus. L'intégration du semoir sur la herse rotative s'avère alors un élément clé. Tous les modèles présentés fixent leur trémie au plus près de la cabine. L'assurance bris-de-glace ne sera donc pas un luxe pour le parebrise arrière resté ouvert au moment de relever le semoir. Les différences de porte-à-faux créent également des reports de charge variables selon les constructeurs. Le dégagement important entre les éléments de semis favorisant l'écoulement des débris végétaux en est bien souvent la cause.

Doseur et tête de répartition pour tout le monde

Le doseur centralisé a définitivement pris le pas sur les distributions rang par rang à ergots. Souvent plus compact, ce dispositif nécessite cependant d'être combiné avec une tête de répartition. Cette dernière assure la division équitable du flux de graines entre chaque élément. Elle intègre également, dans la plupart des cas, le système de jalonnage automatique. Des moteurs électriques branchés sur deux paires de deux, trois ou quatre tuyaux dévient éventuellement la semence qui retourne alors en trémie. Kverneland et Sulky ont pris le parti de supprimer les tuyaux de retours pour assurer, selon eux, une meilleure maîtrise de la dose. Dans les faits, le cylindre à cannelures module automatiquement la quantité de semence envoyée en fonction du nombre de rangs utilisés. Il n'est cependant pas évident d'adapter le jalonnage d'un semoir de 3,5 mètres à toutes les largeurs de rampes des pulvérisateurs. C'est pourquoi bon nombre de constructeurs dotent leurs appareils de dispositifs symétriques ou asymétriques. La coupure de l'alimentation d'un demi-semoir offre une parade supplémentaire lors des jalonnages spécifiques. Le terminal en cabine se charge ensuite d'automatiser l'ouverture et la fermeture des rangs concernés. Les tuyaux de descente de la semence, sujets à d'éventuels colmatages par la terre, bénéficient souvent en option de contrôleurs de semis. Branchés sur chaque descente, les capteurs alertent l'utilisateur dès l'absence de passage de semence. Fourni dans la majorité des cas par Dickey John, ce dispositif nécessite un boîtier supplémentaire ou se connecte au réseau Isobus de l'outil.

Le disque en toutes conditions

Cette plate-forme sur les combinés de semis a également été l'occasion d'analyser les éléments à disques des différents constructeurs. Simples ou doubles, ces modules ont le vent en poupe chez les agriculteurs limitant le labour de leurs parcelles. La découpe des résidus leur permet en effet d'éviter plus facilement les bourrages et le contact de la semence avec ces débris. Souvent contestés pour leur contrôle de la profondeur, ils disposent désormais de roues de jauge, parfois montées de série, ou d'un châssis relié par un parallélogramme à celui du combiné. L'arrivée de conditions climatiques plus difficiles met cependant à mal la rotation de ces roues qui ne s'escamotent pas chez tous les constructeurs. L'ajout de grattoirs contribue, pourtant, à limiter l'augmentation de leur diamètre. En terres lourdes ou durant les hivers pluvieux, la rampe de semis à socs reste néanmoins l'organe d'enterrage le moins sensible au bourrage et de loin le plus économique sur des sols labourés ou peu encombrés de débris végétaux.  

Alpego : RK 350 Rapido & AS1 Super Plus 350

La herse rotative

La RK 350 Rapido est la herse rotative du milieu de gamme de l'Italien Alpego déclinée dans des largeurs de 3, 3,5 et 4 mètres. Son boîtier d'entraînement admet une puissance maximale de 200 chevaux contre 170 chevaux sur la version RM 350 et 300 chevaux sur les modèles haut de gamme RH 350. La forme spécifique de ses carters et la rotation des pignons participent à la mise en mouvement de l'huile de sa partie inférieure jusqu'au bloc supérieur sans pompe supplémentaire. L'inversion des pignons d'entraînement permet d'obtenir un régime de rotation comprisentre 220 et 500 tr/min au régime maximal de la prise de force. Le lamier Twin Force, boulonné sur un châssis indépendant, reçoit 14 rotors montés par paire via deux roulements à rouleaux coniques distants de 160 mm. Cette spécificité permet à l'outil d'offrir un dégagement de 150 mm entre le porte-dents et le lamier. Le support de démontage rapide des dents, boulonné à celui à des modèles classiques, permet de déposer facilement les dents en retirant une goupille et un axe. Un rouleau packer, de 520 ou 560 mm de diamètre, ou sillonneur acier de 520 mm assure le contrôle de la profondeur de travail de la herse. Son support intègre celui de la barre niveleuse réglable en hauteur par deux manivelles. Cette conception dispense, selon la marque, la modification de sa position lors de l'ajustement de la profondeur de travail.

Le semoir

Le combiné de semis AS1 Super Plus d'Alpego est disponible dans des largeurs de 3, 3,5 et 4 mètres. Ce modèle haut de gamme intègre de série une turbine pneumatique entraînée hydrauliquement et un doseur animé électriquement. Le modèle de base AS1 Standard remplace les entraînements pilotés de la turbine et du doseur par des dispositifs mécaniques. La version intermédiaire AS1 Plus dispose, elle, d'une turbine mécanique. La version Super Plus ici présentée stocke 1 400 litres de semences voire, en option, 1 800 litres après l'ajout d'une rehausse. Un capteur de fond de trémie, facilement réglable en hauteur depuis l'extérieur, informe du faible niveau de semence. Un orifice de vidange circulaire permet de transférer la majorité des semences restantes dans un sac. Le nettoyage intégral de la trémie s'opère ensuite en plaçant le sac d'étalonnage sous la trappe du doseur.

La liaison outil-semoir

Le combiné de semis AS1 Super Plus se divise en deux parties. La trémie et le système de distribution sont attelés puis boulonnés sur le bâti de la rotative par l'intermédiaire d'un petit support. L'utilisation d'un châssis commun entre les différents outils de travail du sol de la marque autorise, par exemple, la fixation du semoir sur le déchaumeur à deux rangées de disques indépendants Maratona. Deux parallélogrammes relient ensuite la rampe de semis au châssis du rouleau. Le constructeur fournit de série deux béquilles pour déposer chaque module. Leurs modes de fixation imposent cependant l'utilisation d'outils pour leur démontage.

La distribution

Alpego équipe l'ensemble de ses combinés de semis et trémies frontales d'une unité de distribution volumétrique. Le cylindre de dosage à cannelures est plus ou moins déplacé dans sa chambre, à l'aide d'une manivelle, selon la dose de semis souhaitée. L'utilisation d'acier inoxydable autour du cylindre autorise également l'incorporation d'engrais minéraux. Un agitateur embrayé en continu limite le risque de colmatage. Pour les petites graines, un coulisseau intégré à l'unité de dosage vient obstruer une partie des grandes cannelures. L'opérateur veillera également à modifier le rapport de vitesse du doseur en déplaçant, sans outil, un pignon d'entraînement. Ces différents réglages permettent de semer 1 à 450 kg de graines par hectare avec la même bobine de dosage. L'étalonnage s'effectue très simplement et limite les allers-retours de la machine à la cabine. Après avoir effectué l'ensemble des paramétrages, le moteur électrique ajuste automatiquement le régime de rotation du doseur selon les informations émises par le radar de vitesse installé derrière la barre de semis. Une fonction intégrée au terminal permet un surdosage temporaire lors de l'entrée au champ par exemple.

La répartition

Les semences ayant traversé le doseur sont transférées pneumatiquement vers la tête de répartition située derrière la trémie. Un moteur hydraulique, nécessitant un débit d'environ 28 l/min, anime la turbine placée sur le côté de la cuve. Le constructeur préconise l'utilisation d'un retour d'huile vers le pont du tracteur afin de limiter l'échauffement du fluide. Les graines transportées vers la tête de répartition traversent d'abord un tuyau annelé divisant le flux de produit. La marque propose un dispositif de jalonnage symétrique ou non autorisant la coupure de 2 × 2 à 2 × 4 rangs. Le système de fermeture d'une demi-largeur de semis conviendra aux utilisateurs de jalonnage asymétrique. Les graines déviées sont, elles, reconduites dans le fond de trémie.

La rampe de semis

La mise en terre des graines est assurée par une rampe de semis à deux rangées distantes de 420 mm et comptant 28 rangs à un écartement de 12,5 cm. La marque autorise également des semis à 15 ou 17 cm d'entre-rangs. Un monodisque concave de 355 mm de diamètre doté d'un angle d'attaque de 7 degrés forme le sillon. L'opérateur modifie la profondeur d'enterrage des éléments en ajustant la longueur des deux tirants à cliquets. En délestant la masse du combiné sur la rampe de semis, ce dispositif exerce également une pression maximale de 60 kg sur chaque élément. Une seconde paire de tirants permet, elle, de régler l'aplomb des deux rangées de disques. La ligne de semis est refermée de série par une double rangée de herses peignes réglable en hauteur et en angle. En option, la marque propose des roues plombeuses fixées derrière l'élément, réglables indépendamment en pression et escamotables en conditions humides. Un dispositif de relevage hydraulique de la rampe de semis figure également à la liste des équipements facultatifs.  

Amazone : MP 353 - 220 CX

La herse rotative

La herse rotative Cultimix Spécial proposée en combiné avec le semoir AD-P 353 (alors nommé MP 353) utilise un boîtier d'entraînement de 220 voire de 260 chevaux contre 180 chevaux pour la KE Super. L'attelage en chapes se règle selon plusieurs points pour limiter le porte-à-faux. Le lamier compte douze rotors sur le modèle présenté de 3,50 mètres de large et se compose de deux demi-caissons boulonnés de 8 mm d'épaisseur. Il dispose d'un double fond et offre un dégagement important avec les porte-dents pour accepter davantage de volume de terre et de débris que la KE. Le palier des rotors intègre deux roulements à rouleaux coniques fixés en partie inférieure et étanchéifiés par un joint à cassette. Le profil bombé des couronnes limite le porte-à-faux sur ces roulements. L'arbre du rotor, de 60 mm, et le porte-dents sont forgés d'une seule pièce. Le boîtier d'entraînement offre, de série, deux régimes de toupies par inversion des pignons. Les dents se démontent rapidement avec le Quick System. Elles sont logées dans le fourreau du porte-dents et retenues par un axe goupillé. Le système Safe assure, lui, une sécurité antipierre en raison de la légère déformation possible des dents dans leur fourreau. Amazone garantit ses dents à vie et en propose différentes variantes : droites, agressives, fuyantes ou renforcées. La herse intègre de série une barre niveleuse et des déflecteurs latéraux escamotables et réglables en hauteur. Amazone propose notamment un rouleau Packer, de 500 ou 600 mm de diamètre, ou le modèle sillonneur caoutchouc (Matrix), de 580 mm de diamètre, formant un sillon pour les éléments semeurs. Lancé en 1998, ce dernier se caractérise par son entretoise en plastique munie d'un décrotteur et incrustée dans les bandages en caoutchouc limitant ainsi les risques de colmatage.

Le semoir

La trémie de l'AD-P 353 Grande Culture contient 1 250 litres de semence ou 1 500 litres avec une rehausse optionnelle. Elle est fermée par une bâche et un arceau. L'opérateur y accède depuis un escalier central arrière et deux marches latérales. Elle reçoit un capteur pour le niveau de semence réglable en hauteur. Elle se vidange grâce à trois trappes : en fond de trémie, au doseur et à l'injecteur de la soufflerie.

La liaison outil-semoir

La trémie de l'AD-P Grande Culture est fixée sur la herse rotative par le biais d'un triangle d'attelage alors qu'elle est solidaire du rouleau sur l'AD-P Super (2 000 litres de capacité). Elle se dételle donc, après avoir retiré quatre axes et positionné deux béquilles de part et d'autre, pour une utilisation en solo de la herse rotative. Un parallélogramme assure la liaison entre la caisse et la rampe de semis. Les traceurs latéraux s'adaptent au choix sur le semoir ou sur la herse.

La distribution

Amazone retient un doseur centralisé volumétrique à cannelures pour tous ses semoirs pneumatiques. Cette unité utilise, de série, trois bobines de dosage à échanger selon la taille des graines. Le plus petit cylindre, pour les petites semences, débite de 1 à 15 kg/ha environ. Le deuxième dose de 15 à 140 kg/ha. Le troisième, pour les plus grosses graines, fournit entre 140 et 400 kg/ha environ. Cette configuration permet de couvrir jusqu'à 95 % des densités de semis souhaitées selon le fabricant. D'autres bobines sont disponibles pour le maïs ainsi qu'une variante à cannelures hélicoïdales souples pour les féveroles ou l'engrais. La distribution est d'ailleurs entièrement en inox ou en matière plastique pour distribuer du fertilisant en trémie frontale par exemple. Un capteur monté sur une roue arrière fournit l'allure du semoir au boîtier DPAE. Ce dernier accepte également le signal de vitesse d'un GPS ou de la boîte de vitesses du tracteur. L'entraînement électrique de la distribution autorise son arrêt ou démarrage forcés, le sur- ou sous-dosage manuel ainsi que sa modulation automatique ou le surdosage ponctuel automatique après un demi-tour.

La répartition

Une turbine, à entraînement hydraulique ou mécanique, fournit un flux d'air à un régime d'environ 2 800 tr/min pour les petites graines ou 3 500 tr/min pour les céréales. Ce flux transporte la semence de l'unité de dosage à la tête de répartition par le biais d'une colonne annelée. La tête de distribution, en forme de coupole et située devant la trémie, autorise le jalonnage (jusqu'à huit rangs coupés de série) symétrique ou asymétrique. Par le biais de clapets positionnés sur les tuyaux et commandés par un vérin électrique, la semence retourne alors dans la cuve. La coupure d'un demi-semoir (option) impose d'ouvrir la coupole et de positionner une plaque fermant les tubes. Des bouchons permettent de la même façon d'obstruer un rang sur deux ou trois. Amazone propose en option un contrôleur de semis fourni par Dickey John.

La rampe de semis

Sur les semoirs d'entrée et de milieu de gamme comme cet AD-P Grande Culture, Amazone monte une rampe à trois rangées de socs ou à monodisque RoTeC. Seule la variante haut de gamme AD-P Super, non disponible en largeur de 3,50 mètres, accède au monodisque renforcé RoTeC+. La rampe RoTeC utilise un disque de 320 mm de diamètre, contre 400 mm sur la RoTeC+. La forme concave de cet organe facilite son entraînement et protège le soc semeur en acier au bore et interchangeable. L'élément semeur est guidé en profondeur par un disque décrotteur en plastique. Celui-ci est proposé en largeur de 25 mm ou de 10 mm pour les sols argileux. Il intègre des ailettes pour favoriser sa rotation. L'opérateur règle la profondeur de semis en modifiant de manière centralisée la pression d'enterrage des éléments (terrage hydraulique en option). Il modifie également ce réglage au niveau de chaque élément avec trois choix de hauteur du disque en plastique. Amazoneannonce une pression d'appui de 35 kg par élément, contre 55 kg sur la variante RoTeC+. À l'arrière, le fabricant monte de série la herse de recouvrement FlexiDoigts réglable en hauteur et en pression (hydraulique en option). À sa place, il offre en option sur un châssis indépendant de celui de la rampe les roues plombeuses Tassaprès à bandage caoutchouc escamotables, réglables en pression et combinées à une herse peigne.

Kuhn : HR 3504 & Venta NC 3500

La herse rotative

La herse rotative de la série 1004 proposée d'origine avec les semoirs NC est conçue pour des tracteurs développant jusqu'à 250 chevaux, contre 190 chevaux pour la HR série 104. Son lamier compte douze rotors, sur le modèle présenté de 3,50 mètres de large, et se compose de deux demi-caissons boulonnés de 8 mm d'épaisseur. Ses paliers monoblocs en fonte, de 35 mm d'épaisseur, intègrent deux roulements à rouleaux coniques fixés sur la partie inférieure et étanchéifiés par un joint à cassette. Le profil bombé des couronnes limite le porte-à-faux sur ces roulements. Le carter d'entraînement central anime l'axe du pignon. Il fait tourner les toupies à deux régimes différents en inversant ses pignons et intègre de série une prise de force arrière. Le changement rapide des dents s'opère en enlevant une goupille, puis un pont de lame, qui retient les dents bloquées dans un fourreau du porte-dent. Kuhn propose différentes variantes de dents : fuyantes, attaquantes (Optimix), renforcées au carbure (DuraKuhn) ou extra-longues. Les déflecteurs latéraux, longs et coudés à l'arrière, se règlent en hauteur et s'escamotent. Kuhn monte notamment les rouleaux sillonneur acier (SteelLiner) ou caoutchouc (PackLiner), de 550 mm de diamètre, formant un sillon pour les éléments semeurs. La herse ou le semoir reçoivent les traceurs se repliant à l'oblique pour ne pas gêner l'accès à la trémie depuis le côté du semoir. Une barre niveleuse est montée en option sur le châssis du rouleau et/ou à l'avant de la herse rotative.

Le semoir

Le Venta NC, fabriqué dans l'usine de l'Allemand Rauch adopte une trémie contenant 2 000 litres, contre 1 200 litres sur le modèle LC. La cuve se caractérise par son couvercle en tôle fermé par un joint et intégrant dessus la tête de répartition. Ainsi positionnée, celle-ci est facile d'accès, selon le fabricant, sans gêner la visibilité arrière, le remplissage ou le nettoyage de la trémie. La largeur de la trémie, de 2,80 mètres, autorise son chargement par un godet ou par un big-bag. L'opérateur y accède depuis un escalier et une passerelle arrière. Un capteur réglable en hauteur sur une lumière prévient du faible niveau de semence (second capteur en option).

La liaison outil-semoir

La trémie du Venta NC repose sur un châssis spécifique fixé sur le rouleau alors que celle du Venta LC s'adapte sur la tête d'attelage de la herse rotative. Ainsi montée, elle n'impose pas de contrainte à la herse rotative et répartit son poids sur toute la largeur du rouleau. Elle se dépose en ôtant huit vis, le troisième point de la tête d'attelage et en positionnant deux béquilles de chaque côté. La barre de semis est également fixée sur le rouleau.

La distribution

Kuhn adopte un doseur centralisé volumétrique à cannelures. Cette unité de dosage intègre des cannelures à grosses graines que l'opérateur obture pour former des cannelures à faible volume destinées aux petites semences. Elle dose ainsi de 1,5 à 430 kg selon son ouverture et son régime. Un capteur monté sur une roue arrière fournit l'allure du semoir au boîtier DPAE. Ce dernier accepte également l'information de vitesses d'un radar, de la boîte de vitesses du tracteur ou d'un boîtier externe. L'entraînement électrique de la distribution autorise son arrêt ou son démarrage forcé, le sur ou sousdosage manuel ainsi que sa modulation automatique. Pour éviter la casse des graines fragiles, l'agitateur de fond de trémie se débraye facilement.

La répartition

Kuhn propose trois variantes d'entraînement de la turbine. De série, il monte un groupe hydraulique autonome et minore au tarif l'entraînement hydraulique ou mécanique par la prise de force du tracteur. La centrale hydraulique indépendante se compose d'une pompe à engrenage montée sur le boîtier de la herse rotative et d'un réservoir positionné autour de la turbine pour refroidir l'huile. Son régime est alors modifié par une vanne de débit et contrôlé par un capteur. Cette configuration sollicite moins l'huile du tracteur et évite sa pollution. Un filtre autonettoyant monté de série alimente la soufflerie en air. La semence est transportée dans une colonne annelée jusqu'à la tête de répartition. Ce dispositif crée une turbulence et positionne la semence au centre du tuyau selon le fabricant. La tête de répartition plate, intégrée sur le capot de trémie, autorise le jalonnage (2 × 2 à 2 × 5) symétrique ou asymétrique et la coupure d'un demi-semoir. Par le biais de clapets commandés par des moteurs électriques et des tringles positionnés sous le capot, la semence retourne alors dans la cuve. Des bouchons permettent en plus de fermer un rang sur deux ou trois. Kuhn propose en option le contrôleur de semis KLS 128 fourni par Dickey John.

La rampe de semis

Depuis 2006, Kuhn monte la rampe de semis à doubles disques et roues plombeuses SeedFlex sur ses semoirs, en standard sur les Venta de la série 1000. Sur les modèles d'entrée et de milieu de gamme, le constructeur propose également une rampe de semis à monodisque ou à trois rangées de socs. La rampe SeedFlex se compose d'éléments montés sur des parallélogrammes. Cette configuration autorise son réglage centralisé et indépendant de la pression d'enterrage et de la profondeur de semis. Elle permet aussi son relevage hydraulique, proposé de série, pour travailler temporairement avec la herse rotative seule. L'opérateur modifie la hauteur de la rampe pour ajuster la pression au sol (jusqu'à 45 kg par élément). Le parallélogramme de chaque élément intègre également un ressort réglable selon cinq positions. L'utilisateur ajuste la profondeur de semis de manière centralisée en modifiant l'angle du châssis de la rampe. Les disques, de 350 mm de diamètre, sont disposés sur deux rangées espacées de la même distance. Ils sont décalés de 41 mm et faiblement ouverts pour bien pénétrer le sol, ne pas projeter la terre dans le rang voisin et faciliter la fermeture du sillon. Chaque élément intègre une roue plombeuse à bandage en caoutchouc de 45 mm de large. Celle-ci sert au rappuyage et au contrôle de la profondeur de semis. Elle dispose malgré tout d'une butée basse pour s'escamoter en conditions humides. À l'arrière, le fabricant monte de série une herse de recouvrement réglable en hauteur, en pression et escamotable.  

Kverneland Accord : NG-S 101 Elit & i-drill Pro

La herse rotative

Kverneland fabrique ses herses rotatives NG-S dans son usine italienne de Modène. La plus haut de gamme, la NG-S 101 Elit ici présentée, est proposée dans des largeurs de 3, 3,5, 4 voire 4,5 mètres. En l'absence de haubans, l'épaisseur des deux tôles boulonnées du lamier assure la rigidité de la machine. La tôle inférieure, supportant les deux roulements à rouleaux coniques des quatorze arbres porte-dents, reçoit donc des renforts supplémentaires. Cette spécificité permet d'obtenir un dégagement de 125 cm entre le haut du rotor et le lamier. Le cardan à sécurité à cames anime le boîtier principal admettant la puissance maximale à la prise de force d'un tracteur de 270 chevaux. L'inversion de ses pignons d'entraînement autorise la variation du régime de rotation des rotors. Les dents agressives ou standards droites sont fixées à l'aide d'un axe et d'une goupille intégrés dans le porte-dents. Les déflecteurs latéraux, montés sur parallélogrammes, disposent d'une sécurité à ressort en cas de choc avec un corps étranger. Ils se rangent sous le lamier pour respecter, au transport, une largeur hors-tout de 3,5 mètres. Le contrôle de la profondeur est assuré, au choix, par un rouleau packer de 500 ou 585 mm de diamètre, par un rouleau cracker doté de flasques gaufrées ou Flexline créant des sillons à l'aide de couronnes recouvertes de caoutchouc. La lame niveleuse arrière et les efface-traces figurent au catalogue des options.

Le semoir

Le combiné de semis Kverneland Accord i-drill Pro, présenté pour la première fois en 2009, se caractérise principalement par la conception de sa trémie, d'une capacité de 1 200 ou 1 800 litres. Contrairement aux modèles s-drill d'entrée de gamme, celle-ci est complètement intégrée à la tête d'attelage d'une herse rotative Kverneland et ne renferme pas la tête de distribution. Le fond déporté de la cuve permet à l'utilisateur d'accéder latéralement au doseur et à la trappe de vidange. Une fenêtre en Plexiglas laisse apercevoir le niveau de semence restant et donne également accès au réglage du capteur à membrane de fond de trémie. Une passerelle fixée à l'arrière de la cuve conduit l'utilisateur vers le grand capot de la trémie et autorise ainsi le contrôle de la tête de répartition.

La liaison outil-semoir

Trémie et barre de semis disposent de points d'ancrage indépendants. La première est boulonnée à la tête d'attelage de la herse rotative. La seconde, qu'elle soit dotée de disques ou de socs, est posée de part et d'autre du support du rouleau puis verrouillée par deux boulons. Pour une utilisation en solo de la herse rotative, une paire de béquille permettra à l'utilisateur de dételer facilement les éléments de semis tandis que la trémie restera, elle, solidaire de l'outil de travail du sol. Les traceurs, fixés sur le lamier, seront utilisables dans les deux cas.

La distribution

La distribution volumétrique d'origine Accord utilise un cylindre doseur à cannelures entraîné par un moteur électrique. Celle-ci autorise les semis à des doses comprises entre 0,8 et 380 kg/ha. Le réglage du débit s'effectueen renseignant sur le terminal le type de graine, la dose souhaitée et la vitesse moyenne visée. L'ordinateur indique ensuite la largeur de travail opérationnelle du doseur à régler via une petite manivelle graduée. L'emplacement de ce dernier permet au conducteur d'effectuer facilement cette opération depuis le côté gauche de la machine. L'entraînement du doseur intègre un jeu de pignons, placés entre le moteur électrique et le cylindre, permettant de diviser par deux son régime de rotation. Lors des semis de petites graines, l'opérateur veillera également à engager le coulisseau obstruant une partie des cannelures du doseur. Après avoir effectué l'étalonnage, le moteur électrique ajuste son régime de rotation sur la vitesse d'avancement de l'ensemble mesurée par le capteur rotatif de la roue squelette, par un radar ou par un signal GPS provenant du tracteur. L'entraînement électrique de la distribution autorise également la fonction départ anticipé, utilisée manuellement dans les coins ou automatiquement après un demitour, surdosant temporairement la valeur paramétrée.

La répartition

Le transport des graines jusqu'aux éléments de semis est effectué pneumatiquement grâce au débit d'air fourni par une turbine. Celle-ci dispose, de série, d'un entraînement mécanique remplacé, en option, par un moteur hydraulique alimenté par un distributeur du tracteur. Le flux de semence est éclaté dans le tube annelé menant à la tête de distribution. Celle-ci intègre, sur demande, deux paires de deux ou trois clapets empêchant la dépose des graines dans les futurs passages de pulvérisateur. Ces volets sont commandés électriquement et autorisent des rythmes de jalonnage symétrique ou asymétrique. Depuis 2014, les machines dotées d'un doseur électrique ne renvoient plus ces graines vers la trémie. La distribution adapte en conséquence son régime à la largeur de travail effective. Un clapet coupant manuellement une demi-largeur de semis est également proposé en option.

La rampe de semis

Le châssis de la rampe de semis intègre trois poutres, chacune destinée à une fonction. La première est utilisée comme support principal. Les deux rangées d'éléments CxII disposent de bras en acier forgé reliés à la poutre intermédiaire. Le dégagement de 445 mm entre elles favorise, selon la marque, le passage de débris végétaux. Enfin, la poutre inférieure est utilisée pour ajuster la tension des ressorts exerçant une pression maximale de 50 kg sur chaque élément. Le disque ouvreur, de forme plane, affiche un diamètre 325 mm. La combinaison d'un disque polymère à ses côtés permet un autonettoyage de l'intérieur du disque principal. La profondeur de semis est contrôlée, rang par rang, par une roue plombeuse de 250 mm de diamètre dotée de plusieurs réglages. Celle-ci est bridée lors des semis en bonnes conditions. La position flottante limite le pianotage de l'élément dans les sols grossiers ou caillouteux. En conditions extrêmes, la roue est mise hors-service. La marque propose en option un dispositif de levage hydraulique de la barre de semis alternatif à son démontage pour utiliser la herse rotative en solo.

Lemken : Zirkon 10 & Solitair 9

La herse rotative

Lemken combine le semoir Solitair 9/350 aux herses rotatives Zirkon 8 ou Zirkon 10. Le constructeur propose même d'adapter le déchaumeur à disques indépendants Heliodor à la place de la herse rotative. La Zirkon 8 est conçue pour des tracteurs développant jusqu'à 180 chevaux alors que la Zirkon 10 autorise 320 chevaux de puissance maximale. Leur attelage en chapes se règle selon quatre points pour limiter le porte-à-faux. Le lamier compte quatre toupies par mètre et se compose de deux demi-caissons soudés. Chaque rotor adopte deux roulements à billes à double étanchéité. Les dents sont décalées de 15 degrés d'une toupie à l'autre pour consommer moins de puissance, limiter les vibrations et le bruit. La Zirkon 10 intègre un dispositif de démontage rapide de ses dents. Le boîtier Dual Shift permet l'inversion du sens de rotation des rotors, donc un passage rapide des dents de la position fuyante à agressive. Parmi les différents rouleaux disponibles au tarif, Lemken propose notamment le modèle packer trapèze, de 500 mm de diamètre, réalisant un sillon dans la ligne de semis. Il le décline en version à bandage acier ou caoutchouc et monte des décrotteurs au carbure. Le fabricant propose en option une barre niveleuse (à l'avant et/ou à l'arrière) réglable en hauteur par un système à crémaillère. Il adapte également des déflecteurs réglables en hauteur et escamotables.

Le semoir

La trémie du Solitair contient 1 100 litres de semence voire 1 850 litres en option. Fermée par un capot, elle forme un grand cône séparé en deux petits alimentant chacun une unité de distribution. Lemken propose une deuxième alarme de fond de trémie en supplément de celle positionnée de série dans l'un des deux petits cônes. L'opérateur vidange la trémie à double fond à l'aide de deux trappes ou d'un tuyau fourni s'adaptant sur les deux têtes de répartition. Il accède à la trémie depuis un escalier et une passerelle arrière.

La liaison outil/semoir

La trémie est fixée sur la tête d'attelage de la herse rotative par le biais de mâchoires et d'axes. Ceux-ci facilitent son dételage après avoir positionné deux béquilles de part et d'autre. Un parallélogramme réglable relie la rampe de semis à la trémie. Les traceurs latéraux sont montés au choix sur la herse rotative ou sur le semoir.

La distribution

L'originale distribution du Solitair 9/350, à entraînement électrique, compte deux unités de dosage (quatre à partir de quatre mètres de large). Chaque distribution se compose d'une bobine dotée de six couronnes. Trois d'entre elles reçoivent des cannelures montées en quinconce et dosent les grosses graines. Deux de même conception servent aux semences de taille moyenne. Une couronne adopte des ergots et distribue les petites graines. Une vis pointeau engagée dans la nervure de l'arbre de transmission permet d'embrayer ou de débrayer chacune des six sections. Cette configuration autorise le semis de 1,5 à 300 kg/ha avec la même bobine de dosage. Un capteur monté sur une roue arrière fournit l'allure du semoir au boîtier DPAE. Ce dernier peut également prendre en compte la vitesse d'un radar ou d'un GPS embarqué sur le tracteur. L'entraînement électrique des distributions autorise leur arrêt ou leur démarrage forcé ainsi que le surdosage automatique après un demi-tour.

La répartition

Une turbine, à entraînement hydraulique ou par la prise de force, fournit un flux d'air à un régime d'environ 2 600 tr/min pour les petites graines ou 3 600 tr/min pour les céréales. Ce flux transporte la semence depuis les deux unités de dosage jusqu'aux deux têtes de répartition situées sur chaque section de rampe de semis. Cette configuration autorise le montage de tuyaux de même longueur entre chaque tête et chaque élément semeur, donc une meilleure régularité dans les pentes selon le fabricant, et facilite la coupure manuelle ou électrohydraulique (option) d'un demi-semoir. Lemken annonce d'ailleurs l'automatisation par GPS de l'embrayage/débrayage des distributions en bout de champ, disponible au mois de juillet avec le boîtier Isobus. Le système autorise également le jalonnage (2 × 2, 2 × 3 ou 2 × 4) symétrique ou asymétrique. La coupure des rangs renvoie alors la semence en cuve.

La rampe de semis

Depuis 1996 et le lancement du semoir pneumatique Solitair, Lemken ne propose que la rampe de semis à doubles disques et roue plombeuse. Chaque élément est monté sur un parallélogramme, tous de même dimension. Un long parallélogramme relie cette barre de semis à la trémie. Il permet les réglages, indépendant et centralisé, de la profondeur de semis et de la pression d'enterrage. L'opérateur règle la profondeur de semis en modifiant l'angle du châssis de la rampe. À l'aide de chevilles, il modifie manuellement la pression sur les éléments semeurs (réglage hydraulique en option). Il peut aussi ajuster individuellement cette pression à l'aide des cinq points de réglage de tension d'un ressort monté sur le parallélogramme de chaque élément. Lemken annonce une pression d'appui de 35 kg par élément, boostée à 45 kg à l'aide d'un second ressort. L'élément semeur se compose de deux disques légèrement décalés. Une roue plombeuse à bandage caoutchouc non escamotable sert au réglage de la profondeur et au rappuyage de la ligne de semis. Le fabricant monte derrière en option deux rangées de herses peignes réglables en inclinaison et en pression (relevage hydraulique possible). Il propose également une dent de recouvrement montée sur chaque élément. En option, la rampe de semis se relève pour utiliser la herse rotative seule. Lemken propose également de reculer de 80 cm la deuxième rangée de disques pour faciliter l'écoulement de gros volumes de débris végétaux dans les terres collantes.

Maschio-Gaspardo : Orso Rapido Plus Combi et Alitalia

La herse rotative

Maschio fabrique et commercialise deux herses rotatives compatibles avec une utilisation en combiné. La Dominator travaille sur des largeurs de 3, 3,5 et 4 mètres. Elle dispose d'une transmission dimensionnée pour des tracteurs développant 180 chevaux. La déclinaison Rapido remplace les fixations à boulons des dents par un dispositif de démontage rapide. La plus grosse, l'Orso Rapido Plus, ici présentée, s'adresse, elle, aux automoteurs offrant une puissance maximale de 250 chevaux. Le boîtier d'entraînement autorise l'inversion de ses pignons d'entraînement. Le lamier, décliné dans des largeurs de 3, 3,5, 4, et 4,5 mètres, est composé, dans sa partie inférieure, de deux tôles soudées qui sont ensuite boulonnées avec la partie supérieure. Elles reçoivent chacune un emplacement destiné à accueillir le roulement à deux rangées de billes des arbres portedents. Quatre rotors par mètre, soit 28 au total dans cette configuration, émiettent le sol. Des déflecteurs avant et arrière, facilement démontables, protègent les supports de dents des éventuels coincements de pierres. L'opérateur module l'émiettement de la machine en modifiant, via un réglage centralisé très pratique, la hauteur de la barre niveleuse arrière fixée sur le support du rouleau. Le contrôle de la profondeur de l'outil est assuré, au choix, par un rouleau packer de 500 ou 600 mm de diamètre ou par un rouleau sillonneur doté de billes d'acier ou de gomme.

Le semoir

Deux combinés de semis, disponibles dans des largeurs de 3, 3,5 et 4 mètres, sont proposés au catalogue Maschio- Gaspardo. Le premier, l'Alliante Plus, se caractérise par sa trémie de 1 000 litres et ses entraînements mécaniques de doseur et de turbine. Le second, le plus haut de gamme Alitalia, dispose d'une trémie de 1 500, voire 2 000 litres après l'ajout d'une rehausse. La large passerelle d'accès sécurisée par un garde-corps facilite l'ouverture de la bâche de protection. La turbine est animée par un moteur hydraulique tandis qu'un moteur électrique module le régime de rotation du doseur selon la densité de semis souhaitée et la vitesse d'avancement. Socs, disques ou doubles disques équipent au choix la barre de semis.

La liaison outil-semoir

Le dispositif Quick-Match associe le combiné de semis Alitalia à la herse rotative Orso Rapido Plus Combi. La barre de semis et la trémie reposent sur quatre supports reliés au châssis du rouleau et verrouillés par un axe et une goupille. Un tirant stabilise l'ensemble en reliant la tête d'attelage de la herse à celle du semoir.

La distribution

Le cylindre de distribution Flexeed se divise en cinq cellules doseuses réparties hélicoïdalement et interchangeables selon la forme des graines. Les éléments de couleur rouge offrent une cylindrée importante pour semer du riz, des féveroles ou des pois. La couleur verte caractérise les modules adaptés au blé, au ray-grass ou au soja. Enfin, le jaune est approprié à la distribution de colza, de moutarde ou de persil. L'ensemble autorise des semis à des doses variant de 200 g à 350 kg/ha. Un moteur électrique module son régime en fonction de la vitesse d'avancement, mesurée à l'aide d'une balise GPS fournie avec le semoir, et de la dose de semis demandée sur le terminal. L'opérateur doit, au préalable, mesurer la masse de produit extraite à chaque tour de doseur. Cette manipulation s'effectue facilement bien que l'accès au système de distribution ne soit pas des plus aisés. Après avoir ouvert la trappe d'étalonnage et placé le bac d'essai de semis, l'opérateur active la fonction depuis un interrupteur fixé sur la trémie. Après avoir récupéré une quantité suffisante de produit, il finalise le processus de réglage en reportant la masse de produit collectée dans un menu dédié du terminal.

La répartition

Les graines ayant traversé le doseur Flexeed sont conduites vers la tête de répartition sous l'effet de l'air fourni par la turbine. L'entraînement hydraulique de cette dernière réduit, selon la marque, l'impact d'une baisse de régime du tracteur sur la régularité de semis. Maschio-Gaspardo préconise de moduler le débit hydraulique émis par le distributeur du tracteur pour que la soufflerie atteigne un régime de 3 000 tr/min, lors du semis de petites graines, contre 3 600 à 3 800 tr/min avec de plus lourdes semences. La tête de répartition, placée à l'intérieur de la trémie, divise ensuite le flux de graines sur la largeur de semis. Le dispositif de jalonnage postlevée dévie électriquement l'alimentation de 2 × 2 ou 2 × 3 rangs. Le grain non utilisé est renvoyé directement dans le fond de la trémie.

La rampe de semis

Le combiné de semis Alitalia ici étudié dispose des éléments de semis Perfecta. Ces modules se caractérisent par leur double disque ouvreur de 370 mm de diamètre fixé sur deux roulements à deux rangées de billes. Près de 575 mm séparent la première ligne d'éléments de la seconde. Cette spécificité contribue à améliorer, selon le fabricant, le passage des débris végétaux. L'ensemble de la barre de semis est relié par deux parallélogrammes au rouleau de la herse rotative. L'opérateur module la profondeur de dépose des graines en inclinant plus ou moins, à l'aide de manivelles graduées, l'ensemble de la barre de semis. Cette cinématique modifie en fait la position verticale des roues de jauge, de cinq centimètres de large, par rapport aux disques ouvreurs. Chaque élément intègre, dans son parallélogramme, un ressort affectant, selon sa tension, plus ou moins de pression aux disques. Un dispositif complémentaire, commandé hydrauliquement, déleste le poids de la trémie sur l'ensemble de la barre de semis. La marque annonce ainsi appliquer jusqu'à 60 kg sur chaque double disque. Une herse dotée de dents souples et fuyantes finalise le recouvrement de la graine.

Sulky : Cultiline 3500.22 et Xeos Pro

La herse rotative

La gamme Cultiline caractérise l'ensembledes herses rotatives du Français Sulky. La série 1000 à châssis fixe se décline dans des largeurs de 2,5, 3, 3,5 et 4 mètres d'envergure. Le modèle de 3,5 mètres de large ici présenté intègre un boîtier admettant une puissance maximale de 220 chevaux contre 260 chevaux sur la version haut de gamme. Un cardan à sécurité à cames assure la liaison entre la prise de force du tracteur et la machine. La tôle inférieure du lamier, d'une épaisseur de 8 mm, est doublée pour recevoir les paliers des deux roulements à rouleaux coniques. Des haubans liant la tête d'attelage aux extrémités du lamier participent également à la rigidité de la machine. Sûre de cette conception, la marque garantit la cinématique de ses machines pendant trois années. Les quatorze porte-dents sont protégés des pierres par des déflecteurs soudés au lamier. Les dents Sulky intègrent un revêtement de carbure en option. La liste d'équipements standards comprend une lame niveleuse réglable en hauteur à l'aide de deux manivelles. Le contrôle de la profondeur est assuré au choix par un rouleau rayonneur de 580 mm de diamètre doté de bandes en caoutchouc. Les rouleaux packer de 460 ou 550 mm de diamètre sont aussi proposés sur l'ensemble des modèles.

Le semoir

Les combinés de semis Sulky sont longtemps restés fidèles à la distribution Réguline utilisant un cylindre doseur à ergots rang par rang. Ce dispositif a été remplacé, à partir de 2006, par un doseur volumétrique entraîné, selon les configurations, par une roue squelette ou par un moteur électrique. Ce grand virage a également contraint le constructeur à développer une tête de distribution répartissant le flux de semences dans chacun des rangs. Le Xeos Pro présenté pour cette plate-forme dispose d'une trémie de 1 800 litres, partagée avec la version de quatre mètres, dotée d'une bâche de protection. Une large passerelle d'accès dotée d'une échelle amovible facilitera l'accès au dispositif de dosage et de vidange.

La liaison outil-semoir

Le combiné de semis Xeos Pro intègre deux dispositifs d'attelage à la fois. Le premier, utilisé au champ, lie le rouleau de contrôle de la profondeur à la barre de semis et à la trémie. La profondeur de travail des éléments est donc indépendante de celle de la herse rotative. En bout de champ, deux bras et un tirant prennent le relais sur le rouleau. Pour les opérations de travail du sol en solo, le déverrouillage des bras de fixation du semoir et des verrous du rouleau autorise la dépose de l'intégralité du combiné de semis sur quatre béquilles.

La distribution

Le doseur volumétrique à cannelures est adapté, selon la marque, à des densités de semis variant de 1 à 450 kg/ha. Pour y parvenir, l'opérateur module la largeur de travail effective du cylindre. Celui-ci est ensuite animé par un moteur électrique régulant automatiquement son régime selon la vitesse d'avancement mesurée par le capteur de roues-cages ou par un radar. Pour les petites graines, un coulisseau permet de réduire la taille de ses cannelures et de diviser son régime de rotation. Le processus d'étalonnage s'avère, lui, très intuitif. Après avoir renseigné le type de graines et la dose de semis souhaitée, l'ordinateur de bord indique les paramètres de réglage du doseur à suivre. Après un premier amorçage, le dispositif simule un travail sur une surface de 0,10 hectare. Le report de la masse de produit récoltée dans un des menus du terminal clôture cette étape.

La répartition

La tête de distribution du Xeos Pro se caractérise par son dispositif de fermeture rang par rang. Chaque sortie dispose en effet d'un clapet de dérivation commandé manuellement. Sulky ajoute, de série, un dispositif de coupure électrique de deux paires de rangs adapté au jalonnage post-levée. Les utilisateurs d'un jalonnage asymétrique opteront pour un second moteur électrique autorisant la coupure d'une demilargeur de semoir. Les producteurs de colza trouveront, eux, dans le catalogue d'options, des disques de traçage plus adaptés au jalonnage de prélevée. L'activation du système de coupure des rangs réadapte automatiquement la dose de semis à la largeur de travail effective. Le transfert des graines vers la tête de distribution est assuré pneumatiquement. Un moteur hydraulique alimenté par un des distributeurs du tracteur propulse la turbine au régime de 3 100 tr/min. La colonne d'alimentation annelée garantit, selon la marque, un mélange homogène de l'air et des semences et donc, une plus grande précision de semis.

La rampe de semis

Le combiné de semis Xeos Pro est uniquement disponible avec la barre de semis Cultidisc. Les 24 éléments, fixés sur deux poutres carrées distantes de 560 mm, offrent un interrang de 14,6 cm. Un disque de 415 mm de diamètre offrant un angle d'attaque de 4 degrés assure la création du sillon. Son profil crénelé favorise, selon Sulky, son entraînement et le passage des débris végétaux. La graine est, elle, déposé par un soc longeant le disque et faisant également office de grattoir. Une roue plombeuse dotée d'un revêtement en caoutchouc de 50 mm de large assure la fermeture du sillon. En option, un décrottoir limitera l'accumulation de terre sur sa bande de roulement. Chaque élément est relié à la barre de semis par une lame de ressort courbée appliquant également une pression maximale de 80 kg sur le disque. Deux parallélogrammes relient enfin le cadre au châssis du rouleau. L'opérateur module la profondeur de travail en modifiant la longueur de deux tirants à cliquets. La herse de recouvrement est, elle, réglable en hauteur, en angle et en pression.  

Vicon : Toptiller 2535 et Airsem XTC

Vicon propose également un combiné de semis respectant une largeur maximale de 3,5 mètres sur la route. Cet ensemble se compose d'une herse rotative Toptiller 2535 admettant 270 chevaux à la prise de force. Excepté la dénomination, l'outil animé reprend l'ensemble des éléments de la NG-S Elit de Kverneland (cf. fiche page 44). Le semoir Airsem XTC intègre, quant à lui, une trémie de 1 050 litres liée à la tête d'attelage de la herse rotative par un triangle. L'ajout de rehausses permet d'obtenir un volume total de stockage de 1 500 litres. Le couvercle loge la tête de distribution. L'entraînement électrique du doseur volumétrique à cannelures autorise aussi bien la modulation de dose, selon des cartes de préconisation, que le surdosage temporaire. Le transfert des graines est, lui, assuré par une turbine entraînée mécaniquement de série ou, en option, par l'intermédiaire d'un moteur hydraulique. La barre de semis, solidaire du châssis du rouleau packer, dispose des éléments Cx utilisant un disque ouvreur pour placer la graine dans le sillon et un disque polymère à ses côtés, qui permet un autonettoyage du disque principal. L'opérateur ajuste la profondeur de travail en admettant plus ou moins de pression sur la barre de semis. L'ajout de roues plombeuses améliore, selon la marque, la régularité des semis de faible profondeur. Vicon propose également, en option, deux vérins hydrauliques élevant la barre de semis, pour une utilisation en solo de la herse rotative, ou pour faciliter, par exemple, le travail du sol dans les coins de champ.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Entretien du paysage

L'épareuse Ferri TP 510 remplace la TP 51

Entretien du paysage

Une portée de 16 m pour le broyeur automoteur Athena d'Energreen

Manutention

Un pelle sur pneus Liebherr de 14 t

Récolte

Geringhoff resserre les maïs

Tracteur

Les séries 6 Deutz-Fahr en édition Warrior !

Presse haute densité d'occasion

Fiche occasion : des presses New Holland bien carrées

Pièces d’outils de travail du sol

Industriehof aux commandes de Forges de Niaux

Equipement

Des phares de travail a LED Hella

Manutention

Une chargeuse Case au méthane