Grégoire-Besson : disques et dents en action dans les Landes

Grégoire-Besson : disques et dents en action dans les Landes

Grégoire-Besson a choisi les grandes parcelles de sable noir des Landes girondines pour présenter, début février, l'étendue de sa gamme d'outils de déchaumage et de préparation du sol. La rédaction de Matériel Agricole, invitée en exclusivité, vous propose de découvrir les appareils vedettes de cet événement destiné aux forces techniques et commerciales de la marque.

Grégoire-Besson a déployé de gros moyens en déplaçant pas moins de 13 machines dans les Landes girondines pour réaliser, début février, ses sessions de formations commerciale et technique. Le constructeur français a profité de cet événement pour convier la rédaction de Matériel Agricole à découvrir au travail ses dernières générations d'outils de déchaumage et de préparation du sol. À cette époque de l'année, généralement pluvieuse, peu de lieux pouvaient garantir un accès aisé aux parcelles, d'où le choix d'une exploitation située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Bordeaux. Les sols de cette région se ressuient en effet rapidement grâce à leur forte teneur en sable. Pour les présentations dynamiques, chaque matériel bénéficiait d'un champ dont le précédent cultural était adapté à son travail. Le déchaumeur à disques indépendants Réflex, déjà aperçu sur certains salons, était ici dans sa version finale. Livrable à partir de cet été, il est disponible uniquement en version semi-portée pour trois largeurs de travail : 4, 5 et 6 m. Le Réflex utilise des disques à profil plat crénelés dont le diamètre atteint 560 mm, voire 620 mm en option. Ceux-ci proviennent des Forges de Niaux et bénéficient d'une dureté de 215 kg/mm² grâce à la technologie Niaux 200. Une des principales évolutions de ce déchaumeur, par rapport au Discoflex, repose sur la forme de la lame supportant les disques. Pour améliorer l'écoulement de la terre travaillée, ce bras est désormais de forme courbe et effilée réduisant fortement les risques de bourrage. Il présente, en cas d'obstacle, un débattement vertical de 8 cm à partir de sa position de travail.  

Un large choix d'outils frontaux

  La gamme Plani d'outils frontaux était, elle, en action dans une parcelle dont le précédent était une culture de poireaux ayant reçu au préalable un passage de décompacteur. Elle s'enrichit avec l'arrivée, cet été, du Planisteel, un matériel doté de disques de rappuyage en fonte de 650 mm de diamètre. Ce dernier reçoit, à l'instar des autres modèles Plani, un châssis assurant une évolution tirée des éléments travaillants afin, selon la marque, de limiter les besoins en puissance. Les disques du Planisteel se caractérisent par leur large zone de contact garantissant un rappuyage efficace. Leur performance a été prouvée lors de l'essai, car le sol, soufflé avant le passage de l'outil frontal, était bien plus portant après. D'après la firme, cette action permet au tracteur de transmettre de façon plus efficace sa puissance au sol. Cet outil frontal se complète par ailleurs de deux rangées de dents droites positionnées de sorte à placer les mottes devant les disques afin de les briser. Leur profondeur de travail se règle indépendamment grâce à des vérins hydrauliques, ou bien mécaniquement. Le Planisteel, disponible en largeurs de 2,50 à 6 m, peut recevoir, comme les autres modèles de la gamme Plani, quatre roues pneumatiques de rappui au centre. Pour une préparation du lit de semence, le constructeur français avait attelé à l'arrière du même tracteur l'outil Tétra. Cet appareil provient du savoir-faire Rabe, marque allemande rachetée par Grégoire-Besson en 2011. Il assure un émiettement important grâce à la conjugaison d'une barre niveleuse, de quatre rangées de dents de 32 x 12 mm de section et d'une double rotoherse. Deux autres matériels de travail du sol étaient aussi présentés : le Tétris et le Précilitor. Le premier est un vibroculteur à cinq rangées de dents décliné de 3 à 9 m d'envergure. Le second est conçu pour préparer de façon très fine le sol avant des semis de cultures industrielles. Il alterne des rangées de dents et des rouleaux pour obtenir à la fois un terrain rappuyé et une préparation très fine.  

Une gamme de déchaumeurs pour de multiples possibilités

  Le déchaumeur Crossland, remplaçant de l'Eurocult, profite des dents Eurochisel de dernière génération. Ces pièces travaillantes sont protégées individuellement par des sécurités non-stop à ressort hélicoïdal présentant une résistance à la pointe de 450 kg. Elles sont disposées sur le châssis selon deux distances entre dents : 230 ou 306 mm. Leurs étançons se caractérisent par l'adoption d'un réglage de profondeur afin, par exemple, de descendre de quelques centimètres supplémentaires les dents situées dans les passages de roues du tracteur. Le Crossland est également disponible en variante à sécurité boulon, dont la résistance s'élève à 2 200 kg, pour les terrains peu pierreux. Ce déchaumeur se décline en châssis portés fixes de 3 et 3,45 m et repliables de 4,40 à 5,50 m. Ces derniers peuvent travailler repliés grâce aux extensions se positionnant à plat et aux dents intervenant jusqu'en bordure du rouleau. Grégoire-Besson insiste d'ailleurs sur ce point, car, pour détruire toutes les adventices ou certains nuisibles, il est important de ne laisser aucune zone non travaillée. Une version semi-portée du Crossland est également disponible en largeurs de 5,30 à 8,05 m avec uniquement un entre-dents de 230 mm. Dans cette configuration, le contrôle de la profondeur de travail est assuré par des roues de jauge montées par paires sur un balancier. Celles-ci sont installées au milieu du châssis pour assurer un bon équilibre et sont suivies de dents efface-traces. Ce modèle semi-porté s'utilise avec ou sans rouleau pour une plus grande polyvalence. Il intègre un système de report de charge mécanique. Ainsi, plus il travaille en profondeur, plus il transfère son poids sur le tracteur.  

12 mètres d'envergure pour le Fieldbird de Rabe

  La société allemande Rabe, rachetée en 2011 par Grégoire-Besson, a profité de l'événement pour présenter au travail le déchaumeur à disques indépendants Fieldbird de 12 m d'envergure. Cet appareil, commercialisé à partir de cet été, s'équipe au choix de trois diamètres de disques : 460, 510 et 560 mm. Il bénéficie d'un châssis spécifique à sa grande largeur dont le repliage s'effectue en trois parties. Pour assurer une fiabilité dans le temps, le constructeur utilise des vérins issus du milieu des travaux publics pour le basculement vertical de l'outil avant sa mise en position route. Dans le même esprit, les pneumatiques de transport proviennent de la gamme forestière du manufacturier scandinave Nokian. Le réglage de la profondeur de travail est confié à des vérins hydrauliques dont le fonctionnement est de type maître-esclave. Le Fieldbird intègre une solution pour modifier, à l'aide de cales, le recroisement des trains de disques et compenser ainsi leur usure.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Séchage du foin

Le séchoir de balles Clim.Air.50 carbure au bois

Remorque autochargeuse

Belair : une "Selection" à 3 distributions

Agritechnica 2019 - Pulvérisation

Des Kuhn Deltis de 1 000 et 1 500 L

Presse à balles rondes

La V6 met le turbo chez McHale

Manutention

Manitou ouvre un nouveau « Training Center »

Tracteur

Un modèle supplémentaire pour la gamme Fendt 300 Vario

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Le rouleau Horsch Cultro fait place nette dans les chaumes

Composants hydrauliques

Un nouveau patron pour le groupe Poclain

Tracteur

Le Kubota M5111 rétrécit