Ford Ranger double cabine Limited 2,2 TDCI BVA : un gabarit de déménageur

Ford Ranger double cabine Limited 2,2 TDCI BVA : un gabarit de déménageur

La charge utile, la capacité de traction et les dimensions généreuses du Ford Ranger font de ce pick-up un parfait outil de travail. Toutefois, ce véhicule n'en oublie pas le confort et la sécurité des passagers grâce à ses nombreux dispositifs d'assistance à la conduite.

Si le précédent Ranger reprenait la base technique de son homologue chez Mazda, le modèle actuel est intégralement développé par Ford. Il est d'ailleurs aujourd'hui produit en Afrique du Sud pour le marché européen. D'un gabarit imposant, ce pick-up surclasse la plupart de ses concurrents en termes de dimensions et de capacité de charge. Les variantes à cabine approfondie (Super Cab) et double cabine (Double Cab) mesurent en effet 5,36 mètres de long. La configuration à simple cabine (Simple Cab) est, elle, seulement plus courte de 9 cm. Leur charge utile atteint au maximum 1 185 kg, variable selon les carrosseries, et leur capacité de traction maximale s'élève à 3 350 kg. Assez haut sur pattes, le Ranger à double cabine en finition Limited, testé durant quatre jours sur près de 1 000 km, donne la sensation de dominer les autres véhicules. Il se prend vite en main et la position de conduite renforce le sentiment de sécurité. Même s'il conserve le train arrière à pont rigide suspendu par des lames de ressorts, ce véhicule fait preuve d'un bon comportement routier. Sur les portions roulantes, autoroutières ou non, il n'a d'ailleurs rien à envier à une berline. Son habitacle est confortable et particulièrement bien insonorisé. Il propose de surcroît plusieurs systèmes de sécurité passive tels que des airbags rideaux protégeant les passagers avant et arrière en cas de choc latéral. Les sièges avant intègrent des airbags thorax et le tableau de bord loge des coussins gonflables frontaux. Le chauffeur profite en plus d'un airbag au niveau des genoux.  

Trois diesels de 125 à 200 chevaux

  Le Ranger fait également le plein de dispositifs d'assistance à la conduite tels que le régulateur de vitesse, l'antiblocage de roues ABS, le contrôle dynamique de stabilité ESP, le contrôle de vitesse en descente HDC, l'aide au démarrage en côte HSA... Le pick-up Ranger essayé utilise le quatre-cylindres Ford 2,2 TDCi développant 150 chevaux et un couple de 375 Nm. Cette motorisation, largement suffisante pour rouler en solo, présente l'intérêt d'une puissance fiscale limitée à sept chevaux. Elle est associée ici à une boîte automatique uniquement disponible avec la carrosserie à double cabine. Cette BVA à six rapports, dite adaptative, peut s'avérer déroutante les premiers kilomètres pour les habitués de ce type de transmission. Le passage automatique réagit en effet à la manière de conduire. Cette boîte est par ailleurs annoncée légèrement plus gourmande que la solution mécanique à six rapports. Lors de l'essai composé à 70 % d'autoroute, le Ranger n'a cependant pas explosé les scores en consommant en moyenne 11,3 litres aux 100 km. Le moteur de 2,2 litres se décline également, sur toutes les carrosseries, dans une variante de 125 chevaux plus économique affichant un couple maximal de 330 Nm. Les acquéreurs qui tractent de lourdes remorques seront certainement attirés par le 3,2 TDCi de 200 chevaux. Ce cinq-cylindres, d'un couple maximal de 470 Nm, est en revanche exclusif au Double Cab en finition haut de gamme WildTrak, une carrosserie malheureusement non éligible à la récupération de la TVA. Le Ranger Simple Cab et le modèle Super Cab à portes arrière à ouverture antagoniste sont eux plus avantageux sur le plan fiscal. Ils doivent, en revanche, se satisfaire des motorisations 2,2 TDCi combinés à la boîte manuelle à six rapports. Qu'ils soient dotés d'une boîte de vitesses mécanique ou automatique, les pick-up Ford disposent d'un boîtier de transfert offrant trois gammes à enclenchement électrique : haute en deux roues motrices (2H), haute en 4x4 (4H) et lente 4x4 (4L). La sélection s'effectue aisément à l'aide d'une molette située à proximité du levier de vitesses. L'engagement des quatre roues motrices en gamme haute (de 2H en 4H) peut s'opérer en roulant et jusqu'à 120 km/h. Le passage en gamme lente (2H à 4L ou 4H à 4L) demande en revanche d'immobiliser le véhicule.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Elevage

Des autochargeuses Jeulin plus stables

Utilitaire

John Deere Gator XUV, le confort grimpe

Semoir

Un semoir Sulky épuré

Epandeurs d'engrais

Le Kubota DSXLW épand les engrais plus vite

Semis

Une double dent Dale Drills pour semer en direct

Equipement

Une station à la ferme Beiser environnement

Récolte

La coupe flexible de Geringhoff ne manque pas d’air

Fenaison

Un groupe de fauche de 9 m pour McHale

Semis

L'Alpego Jet M consomme moins et s'utilise mieux