Yamaha Wolverine R 700 : habile et passe-partout

Yamaha Wolverine R 700 : habile et passe-partout

Yamaha a opéré cette année plusieurs lancements dans sa gamme d'utilitaires et nous a naturellement conviés dans l'Allier à un événement tout-terrain pour prendre en main deux des nouvelles machines : le quad Kodiak 700 (voir Matériel Agricole no 213) et le SSV (side by side vehicle) Wolverine R 700. Ces deux engins partagent le même ensemble moteur et transmission, mais, comme nous avons pu le constater, le second propose davantage de confort et de sécurité grâce à sa conduite par volant, ses deux sièges-baquets et son arceau de protection.

Le nouveau Wolverine de Yamaha séduit par son design sans être tape-à-l'oeil. Ce SSV (side by side vehicle), disponible en bleu ou en vert, ainsi que dans une version camouflage pour les chasseurs et ceux qui aiment se fondre dans la nature, ne dénote pas au milieu d'un parc d'engins agricoles. Il se caractérise en effet, grâce à sa caisse arrière notamment, par sa réelle vocation d'utilitaire. Son pilotage par volant, ses pédales de frein et d'accélérateur, ainsi que ses deux sièges-baquets donnent l'impression de se retrouver à bord d'une voiture à boîte automatique, certes un peu sportive. Le niveau de confort ressenti est d'ailleurs étonnant pour ce type de machine. Le volant, positionné à la bonne hauteur, se manipule très facilement, peut-être même un peu trop, grâce à la direction assistée électrique. Le levier de vitesses, aisément manipulable avec la main droite, sélectionne l'une des deux gammes en marche avant ou arrière. Un afficheur regroupe les informations essentielles, telles que la vitesse, la distance parcourue, l'heure ou encore le niveau de carburant. Les rangements ne manquent pas. Le passager trouve en face de lui une boîte à gants qui, malheureusement, ne ferme pas à clé. Un coffre se cache sous l'accoudoir central et deux vide-poches ou porte-boissons prennent place derrière le levier de vitesses. Le dernier espace de rangement, intégré au tableau de bord, prédispose le SSV au montage d'un système audio. Pour couronner le tout, une prise de 12 V fait également partie des équipements de série. Pour évoluer en sécurité, le passager dispose devant lui d'une poignée de maintien. Les sièges-baquets, plutôt confortables, remontent assez haut et enveloppent l'ensemble du dos. Seul bémol, leur dossier fixe est incliné vers l'arrière, un détail susceptible de déranger certains conducteurs. L'assise, elle, s'avance ou se recule, mais cette opération demande d'utiliser des outils. La prise de contact terminée, il est temps de faire rugir la bête. Un tour de clé, et le monocylindre de 708 cm3 s'éveille. Ce moteur quatre-temps à refroidissement liquide équipe également le quad Kodiak 700. Il est souple et autorise des évolutions sur un filet de gaz. Il ne rechigne pas pour autant à monter dans les tours où son caractère se révèle alors plus joueur. Même si nous n'avons pas eu l'occasion de tester sa capacité de traction, cet aspect ne devrait pas lui poser de problème. Le Wolverine R 700 associe à ce monocylindre la transmission à variation continue Ultramatic utilisant un variateur à courroie.  

Un frein moteur redoutablement efficace

  Cette combinaison se révèle aussi agréable et efficace sous le capot du SSV que sous la selle du Kodiak. Dès la sollicitation de la pédale d'accélérateur, la vitesse monte rapidement, tout en souplesse, sans perte de charge ni à-coup. Avec ses deux gammes (lente et haute), cette boîte autorise le franchissement ou l'évolution dans des zones trialisantes en mode deux ou quatre roues motrices. Le frein moteur est d'une efficacité étonnante. À chaque levée du pied de l'accélérateur, le véhicule ralentit sans nécessiter d'écraser la pédale de frein. Dans les situations plus périlleuses ou en cas d'urgence, le pilote peut compter sur le système de freinage composé de quatre disques percés de 270 mm associés à des étriers à double piston. Le frein de stationnement est pour sa part confié à un module multidisque à bain d'huile. Après 40 km de randonnée effectués sur les chemins de l'Allier, le sentiment qui domine est incontestablement le confort. Sans mal de bras ni de dos, nous sommes prêts à repartir. Seule l'accumulation de poussière et d'insectes, sur ou sous le casque, impose une petite pause. Les suspensions indépendantes sur les quatre roues du Wolverine R 700 fonctionnent à merveille. Elles absorbent avec brio les trous, les racines ou tout autre cahot. Leur débattement important n'y est pas étranger.  

Une protection optimale

  Le SSV Yamaha dispose de ceintures de sécurité en trois points et d'un arceau préservant le pilote et son passager en cas de retournement. Il se complète d'un toit en plastique protégeant les occupants des intempéries. Les portes rigides sont appréciables, car elles retiennent les personnes dans les virages et stoppent les projections des roues avant. L'engin présente de réelles facultés de franchissement participant à la sécurité. Son petit gabarit lui offre une grande capacité à se faufiler dans les bâtiments exigus ainsi que dans les passages étroits, comme nous avons pu le constater sur les petits chemins de l'Allier ou à travers bois. Sur le parcours concocté par Yamaha Motor France, le mode deux roues motrices a permis de passer presque partout. Dans les portions un peu plus pentues, nous pouvions compter sur l'interrupteur rotatif, situé à gauche du volant, qui active les quatre roues motrices et permet même le blocage de différentiel. La motricité est également bien aidée par les pneumatiques spécialement conçus pour cet engin par le manufacturier taïwanais Maxxis. Pour remplir pleinement son rôle d'utilitaire, le Wolverine R 700 se pare d'une boule d'attelage, capable de tracter une remorque de 680 kg, et d'une caisse arrière de 188 L de volume utile supportant au maximum 136 kg. Cet espace de chargement, doté de six points d'ancrage, se caractérise par l'adoption d'une ingénieuse porte permettant, au choix, de la retirer ou de la ranger dans le fond du plateau pour emporter des objets encombrants. En outre, cette caisse se retire entièrement pour accéder au moteur. Sur le plan de la maintenance, le blindage intégral protégeant les dessous de la bête dispose de plusieurs perçages donnant accès aux vis de vidange pour remplacer l'huile du moteur, celle de la transmission et le liquide de refroidissement. Le filtre à air, logé sous le vide-poche central, se dépose rapidement, tandis que l'accès à la jauge de niveau d'huile s'effectue aisément en retirant un cache à côté du siège passager. Les composants électriques et électroniques se trouvent, eux, à l'avant, sous un capot amovible les protégeant de la poussière et des intrusions d'eau.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Moissonneuse Batteuse

Vidéo : Essai de la moissonneuse batteuse New Holland CX8.80

Publirédactionnel

Pourquoi utiliser le rouleau Cultro TC pour la gestion des couverts ?

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Un rouleau hacheur pour Pom Brodnica

Agritechnica 2019 - Herse étrille

Le sur-mesure du désherbage mécanique chez Agronomic

Agritechnica 2019 - Semis

Trois éléments semeurs pour le Kuhn Sitera

Travail du sol

Actros : un déchaumeur Bednar plus abordable

Agritechnica 2019 - Fenaison

Pöttinger protège le gibier via un capteur devant la faucheuse

Surveillance

Les citernes jamais à sec avec La Buvette

Faucheuse

La faucheuse Fendt Slicer travaille jusqu'à 3,6 m