Contenu réservé aux abonnés

TechnoDistribution des semoirs monograines : semis de précision à vitesse grand V

Distribution des semoirs monograines : semis de précision à vitesse grand V

Dans la catégorie des semoirs de précision à distribution pneumatique et doubles disques semeurs, deux grandes familles s’affrontent : les versions traditionnelles, d’une part, n’autorisant pas, en majorité, une vitesse de travail supérieure à 10 km/h et les modèles plus récents, d’autre part, annonçant des débits de chantier de l’ordre de 15 km/h. Nous nous intéressons ici aux conceptions techniques des principaux types de distribution disponibles sur le marché.

Pour augmenter le débit de chantier, certains constructeurs proposent des distributions innovantes sur leur semoir monograine, autorisant des vitesses de travail proches des 15 km/h. Ces appareils affichent des conceptions assez originales censées garantir la régularité d’espacement entre graines et de profondeur de semis. Ils apportent une réponse aux principaux facteurs limitant la vitesse d’avancement que sont le poids de l’élément semeur et la capacité de la distribution. Tous retiennent un élément semeur à double disque et une distribution éloignée du sol, éventuellement centralisée. Leurs éléments lourds, pesant parfois chacun 150 kg à vide, sont reliés au châssis par un parallélogramme. Des ressorts ou un vérin hydraulique assurent le report de charge du châssis, souvent traîné, sur les organes d’enterrage. La pression unitaire d’appui au sol dépasse alors parfois 300 kg. Cette masse élevée limite la tendance de l’élément à remonter en surface lorsque la vitesse augmente. Si l'architecture des lignes de semis présente des similarités entre les appareils, la conception des distributions diffère selon les fabricants. Väderstad opte pour un fonctionnement en surpression et un transport pneumatique de la semence. John Deere, pour sa part, conserve une traditionnelle sélection par dépression mais un transport mécanique des graines. Horsch et Amazone proposent les deux types de distribution : par dépression ou par surpression. Quelle que soit la technique utilisée, l’objectif commun est de limiter les vibrations et les rebonds dans le tube de descente, synonymes de mauvaise régularité, et de faire passer un grand flux de semences, soit 24 graines par seconde lors d’un semis à 10 km/h de 90 000 pieds/ha à 75 cm d’écartement.

Sélection par surpression, transport pneumatique

852

Vous avez lu 32 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Profitez de Matériel Agricole en intégralité et gratuitement pendant 1 mois ! 

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Essai tracteur

Essai John Deere 6120M AutoPowr : Boule de nerfs

Essai tracteur

Essai John Deere 6120M : le point technique

Dossier - Semis de plantes compagnes
Essai tracteur

Essai John Deere 6120M : Les mesures

Semis

Le semoir pressé de Lemken

Semis
Publi-rédactionnel

Pierre Dumont, agriculteur à La Cherrueix (35)

Semis

Carré : Croquer la terre à pleine dent

Semis

Eco-Mulch : Des dents montées sur parallélogramme