Contenu réservé aux abonnés

Dossier : Valorisation des fourrages« Depuis que nous avons le séchage, nous pouvons récolter toute l’année »

Jean-Louis Cottier apprécie la flexibilité apportée par le séchage en grange pour la récolte des fourrages.
Jean-Louis Cottier apprécie la flexibilité apportée par le séchage en grange pour la récolte des fourrages.

Les quatre associés du Gaec de l’Artisou, dans la Haute-Loire, ont opté pour un séchage en grange, dont la chaleur nécessaire au fonctionnement provient de la toiture du bâtiment. Ce nouveau mode de stockage leur a permis de revoir leur façon de récolter les fourrages.

« Nous avons monté notre séchage en grange en 2019 », se remémore Jean-Louis Cottier. Le Gaec de l’Artisou, dont il est à la tête, accompagné de son épouse, Agnès, de son fils Jérémy et de sa sœur Françoise, élève des vaches laitières, en agriculture biologique, sur la commune de Rosières, dans la Haute-Loire. Une partie du lait est transformée sur la ferme en fromages à pâte crue, dont celui aux artisons, les « artisous » en patois local. « Avant l’installation du séchoir, nous faisions du foin, de l’enrubannage et de l’ensilage, expose l’agriculteur. Mais cette dernière méthode impose une logistique lourde. Il faut que l’ensileuse et les voisins soient disponibles le jour du chantier. Lors du Sommet de l’élevage d'octobre 2018, une griffe à foin était exposée. Suite au salon, elle a été livrée directement chez nous. Le bâtiment destiné à recevoir les cellules de séchage n’était alors pas encore construit. C’était comme avoir une Rolls-Royce dans son garage mais sans les clés, c’était frustrant. La griffe a donc été installée pendant l’hiver 2018-2019 dans la stabulation existante. Il a fallu pour cela renforcer la charpente, qui n’avait pas été conçue pour recevoir les rails de guidage et la charge supplémentaire. » Le bâtiment de stockage a pour sa part été érigé au cours de l’été suivant, dans le prolongement de la stabulation.

L’air circule sous les tôles de couverture entre les pannes, depuis les pignons jusqu’à cette travée doublée d’un faux plafond.

L’air chauffé par le soleil

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Dossier : Energies renouvelables
Réglementation
Dossier énergies renouvelables
ETA Alexandre
Management
Dossier énergies renouvelables
Dossier : Valorisation des fourrages
Chantier d'épandage

Capteur NIR : un apport homogène des unités fertilisantes