Dossier : Energies renouvelables« Une vendange de meilleure qualité grâce aux panneaux photovoltaïques »

« Une vendange de meilleure qualité grâce aux panneaux photovoltaïques »

Pierre Escudie, gérant du domaine viticole de Nidolères, dans les Pyrénées-Orientales, expérimente une installation de panneaux photovoltaïques au-dessus d’une parcelle de jeunes plants de vigne depuis quatre ans. À l’aube de la deuxième vendange, il fait le bilan de ce système qui pourrait bien sauver le vignoble de cette région viticole particulièrement impactée par le changement climatique.

Augmentation du taux de sucre et du degré d’alcool, chute de l’acidité, développement des précurseurs d’arômes et modification du goût du vin… les effets du changement climatique sur le domaine de Nidolères, situé à Tresserre (Pyrénées-Orientales), sont devenus une préoccupation de chaque instant pour Pierre Escudie, à la tête de cette exploitation familiale viticole. Ce vignoble est situé sur les terrasses argilo-caillouteuses et sablonneuses des Aspres, face au massif des Albères, contrefort des Pyrénées. Il est composé de 35 ha de vignes qui produisent des AOP (Côtes du Roussillon rouges, Rivesaltes ambrés et tuilés, Muscat de Rivesaltes) et des IGP (Côtes Catalanes et IGP d’Oc). Comme dans l’ensemble du Roussillon, les rendements y sont relativement faibles, souvent inférieurs à 40 hL/ha. Touché de plein fouet par ce changement climatique, notamment les sécheresses de plus en plus sévères, ce vignoble est directement menacé.

Pierre Escudie, viticulteur et gérant du domaine, apprécie l’agrivoltaïsme pour sa capacité à protéger son vignoble des aléas climatiques.
Ce déclin n'épargne aucun cépage, constate l’agriculteur. La production et la qualité sont en baisse, ainsi que le revenu. Les fortes chaleurs et les coups de soleil éliminent les oligoéléments présents dans le raisin et créent, à la vendange, un déséquilibre entre acidité et alcool, en faveur du second. »

Les rangs de vigne protégés alternativement

Mais depuis 2018, le viticulteur expérimente un système qui pourrait bien sauver la production et redynamiser le vignoble. Il a trouvé, auprès du fabricant Sun’Agri, une solution pour protéger ses vignes. Séduit par le projet, il décide, à titre expérimental, de réimplanter, sur une parcelle de 7,5 ha, des plants de vigne sur 5 ha protégés par des panneaux photovoltaïques, situés à 4,5 m au-dessus du vignoble, et 2,5 ha servant de bande témoin. Chaque rangée de vigne est protégée alternativement. Pour cela, un programme, qui se base sur des algorithmes, recueille les données d’ombrage, d’humidité du sol, de croissance des feuilles et sarments, afin de réguler intelligemment ces paramètres, selon les besoins de la vigne, en inclinant les panneaux tout en suivant le déplacement du soleil. Des techniciens de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales, de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et du fabricant des panneaux Sun’Agri, les partenaires de ce programme, assurent le contrôle à distance du système et le suivi expérimental.

Les panneaux photovoltaïques sont disposés sur une structure métallique, installée lors de la plantation de la vigne à une hauteur de 4,5 m.

Un meilleur équilibre entre acidité et alcool

Ces jeunes plants de vigne ont connu leur première vendange en 2021.

« Le résultat est très positif, se félicite le viticulteur. Nous avons diminué d’un degré d’alcool toute la production couverte par les panneaux photovoltaïques, en comparaison de la bande témoin. La maturité est prolongée, plus lente, ce qui donne un meilleur équilibre et moins d’alcool. Le raisin que nous récoltons à la vendange n’a pas souffert. De même, le dispositif permet de protéger la vigne contre les gelées tardives. Il limite également les effets de la sécheresse en réduisant de 20 % la consommation en eau de la parcelle. Et pendant les canicules, il recule l’arrêt de croissance et réduit les brûlures sur les feuilles. »

Pour l’agriculteur, le dispositif n’apporte que des avantages. Il sert exclusivement à améliorer la qualité du vignoble, Sun’Agri mettant à disposition le système et gérant toute la production électrique. Les panneaux photovoltaïques se positionnent pour protéger la vigne depuis le débourrement, courant mai, jusqu’à la vendange, en septembre. En dehors de cette période, ils sont exclusivement affectés à la production d’électricité, laquelle équivaut à l’alimentation d'une ville d’environ 1 500 habitants. Et pour l’avenir ? Les résultats encourageants de cette première installation ont motivé le viticulteur qui envisage prochainement d’en installer une deuxième de même type sur son vignoble.

La disposition des poteaux et de la structure métallique n’entrave en rien la circulation des tracteurs et des automoteurs au sein de la parcelle.

 

L’installation agrivoltaïque du domaine de Nidolères en chiffres :

- 5 ha sous panneaux photovoltaïques

- 2,5 ha de zone témoin

- Année de plantation : 2018

- 3 cépages (grenache blanc, chardonnay et marselan)

- Distance interpied : 1 m

- Distance interrang : 2,25 m

- Hauteur de la structure agrivoltaïque : 4,50 m

 

A lire aussi :

Avis d'expert, Antoine Nogier : « L’Agrivoltaïsme, un nouvel outil agricole destiné à produire de l’énergie »

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Comparatif déchaumeurs à disques
Comparatif déchaumeurs à disques
Chantier
Portrait

Agri'services : retrouver une entité à taille humaine

Comparatif déchaumeurs à disques
Broyage forestier

60 t de plaquettes à l’heure avec le broyeur Noremat Valormax D841

Logistique de méthanisation
Techniques de distribution

Distribution des aliments : Trois techniques selon les besoins

Dossier : Energies renouvelables