Contenu réservé aux abonnés

StockageSécher le maïs en cribs pour augmenter la marge

Lors de la récolte, le chantier de mise en cribs mobilise au minimum trois personnes.
Lors de la récolte, le chantier de mise en cribs mobilise au minimum trois personnes. (©DR)

Le stockage du maïs en cribs, technique de niche cantonnée à quelques régions françaises, présenterait pourtant un intérêt économique. Le céréalier alsacien Laurent Tuchscherer détaille ce mode de séchage et de conservation utilisé sur la ferme familiale depuis près de quarante ans.

« J’ai toujours récolté en cribs quelles que soient les conditions, sauf lors de la sécheresse de 2018 ! »
Le remplissage du crib à l’automne est assuré par un élévateur acquis en copropriété, dont le débit élevé assure la vidange d’une benne de 20 t en moins de dix minutes.
Le remplissage du crib à l’automne est assuré par un élévateur acquis en copropriété, dont le débit élevé assure la vidange d’une benne de 20 t en moins de dix minutes.

Stocker son maïs en cribs, un procédé révolu ou en devenir ? Dans plusieurs régions françaises, des agriculteurs perpétuent la tradition. « J’ai toujours récolté en cribs quelles que soient les conditions, sauf lors de la sécheresse de 2018 ! », lance Laurent Tuchscherer, agriculteur de 44 ans à Roppenheim (Bas-Rhin). Le séchage des épis à l’air libre perpétue cette technique employée sur l’exploitation familiale depuis 1992. Installé en 2007 sur les 60 ha de céréales et de maïs semence de la ferme familiale, l’agriculteur pluriactif utilise à chaque récolte le crib érigé par son père. Ce couloir aux parois grillagées, large de 90 cm et haut de 6 m, est structuré par des poteaux de bois traité (voir encadré). Ayant fait l’objet de plusieurs extensions successives, dont la dernière voici quelques années, le crib s’étend aujourd’hui sur une longueur de 180 m. Il se trouve en bordure de la plus grande parcelle de l’exploitation, d’une surface de 15 ha, afin de réduire au maximum la distance entre le champ et le dispositif de stockage. Un chemin facilitant l’accès des remorques agricoles et des camions borde l’installation. Celle-ci suit une orientation nord-sud afin de bénéficier d’une exposition maximale aux vents dominants et favoriser ainsi le séchage. « Il est placé en plein champ, loin de tout bosquet, c’est une règle absolue », précise l’exploitant. Chaque année en début d’automne, environ 25 à 30 ha de maïs à 120-130 q/ha sont stockés dans cette installation pour un séchage à l’air libre jusqu’au printemps de l’année suivante. « Le maïs est récolté en épis, explique l’agriculteur. Un entrepreneur de travaux agricoles assure la fauche à l’aide d’un corn-picker Bourgoin, séparant puis recueillant les épis entiers. En raison du manque de fiabilité et du coût d’entretien élevé de mon appareil d’occasion, j’ai revendu ma propre machine et sous-traite cette tâche depuis la campagne 2019. Le coût de la prestation équivaut selon moi à celui d’une machine en propriété, les ennuis en moins ! »

La récolte au corn-picker a lieu pendant la deuxième quinzaine de septembre, parfois jusqu’à mi-octobre .

 

Une récolte sur plusieurs semaines

1730

Vous avez lu 23% de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou testez gratuitement l'offre numérique complète du site Matériel Agricole pendant 2 mois*

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Récolte des fourrages

Le Kuhn GA 8830 ratisse large

Miniatures

Schuco en mode "Old School" avec le John Deere 4955

Manutentution

Claas : un bras télescopique sur la chargeuse articulée Torion 738 T Sinus

Travail du sol

Un déchaumeur à quatre rangées de disques indépendants

Semis

Le Montana de Mascar sème de 4 à 6 m

Tracteur

L'Axion 900 de Claas plus fort et plus intelligent

Tracteur

Vidéo : Essai du John Deere 8R370

Tracteur

Le Fendt 1100 Vario MT reçoit un moteur MAN

Fertilisation

Une trémie frontale pour Mascar