Contenu réservé aux abonnés

DécouverteBetteraves sucrières : du tas au camion

Betteraves sucrières : du tas au camion
(©U.D.)

Durant la campagne de betteraves sucrières, de mi-septembre à mi-février, il vous est sûrement arrivé de croiser une file indienne de poids lourds en bord de champ. Cette tribu de camions attend sagement qu’une étrange machine jaune aux allures de mante religieuse remplisse ses remorques. Il s’agit de l’automoteur chargeur-nettoyeur Ropa Maus 5.

De mi-septembre jusqu’à mi-février, la sucrerie Saint Louis Sucre d’Étrépagny (Eure) entame une nouvelle saison de production de sucre à base de betteraves. Elle mandate un grand nombre de sociétés de transport ou d’entreprises de travaux agricoles pour assurer la reprise, après la récolte au champ, des tas de betteraves stockés en bord de parcelle, dans la Seine-Maritime et alentour, afin d'alimenter en continu l’usine en racines. Ce type de chantier en flux tendu pendant six mois exige une organisation stricte et rigoureuse du champ à la sucrerie. Pour en découvrir davantage, j’ai suivi pendant une journée le travail d’Alexandre Meunier, chauffeur saisonnier du chargeur-nettoyeur automoteur Ropa Maus 5 de la SARL Desaneaux. Diplômé d’un bac professionnel en conduite et gestion d’exploitation agricole en agroéquipements, ce passionné de machines agricoles est démonstrateur en concession New Holland pour les engins de récolte. De septembre à février, il enfile sa veste de chauffeur pour le compte de la SARL Desaneaux.

Pendant la campagne betteravière, Alexandre Meunier quitte sa veste de démonstrateur de machines de récolte New Holland pour s’installer aux commandes de la Ropa Maus 5.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Déneigement des routes
Travaux forestiers
Découverte