Courbes caractéristiquesQuel moteur fournit la plus longue plage de couple constant ?

Quel moteur fournit la plus longue plage de couple constant ?

Les très nombreux essais de tracteurs effectués par la rédaction nous permettent, au fil des ans, de collecter des données chiffrées sur leur puissance, et notamment sur leur couple. Nous avons repris les courbes caractéristiques des passages au banc de ces trois dernières années, et nous nous sommes demandé quelles différences nous verrions apparaître en les superposant.

Si vous êtes un fervent lecteur de notre rubrique « Essai », notamment des pages se rapportant aux mesures réalisées lors du passage au banc moteur des tracteurs, l'expression « plage de couple constant » ne doit plus avoir de secret pour vous. Pour les retardataires, il s’agit de l’amplitude de régime moteur sur laquelle la courbe de couple ne descend pas en dessous de 5 % de son maximum. Celui-ci peut alors être considéré comme constant. Si cette caractéristique peut paraître théorique dans l’utilisation quotidienne d’un tracteur, elle permet de connaître les régimes auxquels l’exploitation du moteur sera optimale. Elle renseigne également sur son aptitude à encaisser une surcharge ponctuelle, par exemple lorsque le tracteur doit grimper une côte lors d’un trajet sur route. Les moteurs proposant les plages de couple les plus longues sont donc ceux qui sauront répondre plus efficacement à une forte sollicitation, pourront accepter une forte chute de régime sans s’effondrer et reprendront rapidement du poil de la bête. Les courbes caractéristiques que nous comparons ici sont produites lorsque les moteurs donnent 100 % de leurs capacités. Elles représentent donc leur comportement lorsqu’ils sont poussés dans leurs derniers retranchements. La plupart du temps, lors de l’utilisation normale d’un tracteur, le couple n’atteint pas ces valeurs extrêmes. Il reste cependant particulièrement intéressant de savoir de quoi la mécanique est capable. Étant issues des passages au banc de puissance, ces données répondent à la norme OCDE : autrement dit, il s’agit du couple disponible à la prise de force, sans qu'ait été déduite la consommation en puissance des périphériques moteur (ventilateur, alternateur…), mais en tenant compte du rendement de transmission. Nous avons réparti les moteurs dans quatre catégories : les quatre-cylindres jusqu'à 4 L de cylindrée, ceux de plus de 4 L, les six-cylindres jusqu'à 8 L et ceux de plus de 8 L.

Pour découvrir la première catégorie de moteurs, cliquez ici :

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Comparatif presses HD
Comparatif presses HD
Essai semoir

Kuhn Espro 6000 R : Un semoir précis en toutes conditions

Essai mélangeuse

Siloking Selfline 4.0 : Elle se pilote (presque) toute seule

Six-cylindres de plus de 8 L

Le trio de tête se détache

Parution

1,023 kg d’essais tracteur

Six-cylindres jusqu'à 8 L

Couple constant : presque 600 tr/min pour Deutz AG

Essai presse enrubanneuse

Combi Pöttinger Impress VC 155 Pro : le point technique

Essai presse enrubanneuse

La Pöttinger Impress VC 155 Pro s'occupe (presque) de tout