Contenu réservé aux abonnés

Essai tracteurJohn Deere 8R 370 : Grand luxe

John Deere 8R 370 : Grand luxe

Le tracteur John Deere 8R 370 que nous avons essayé mi-juillet dans les Deux-Sèvres, au sein de l’EARL de la Roche Ruffin, soigne résolument le confort apporté à ses occupants. Le florilège d’équipements haut de gamme qu’il propose, en option ou non, selon les finitions, génère même une impression de luxe. Certains accessoires restent néanmoins de l’ordre du gadget.

Siège électrique massant, chauffant et ventilé, trois repose-pieds, autoradio Bluetooth à écran tactile de 6,4” compatible Apple CarPlay, caméras avant et arrière, terminal additionnel, large frigo amovible, colonne de direction réglable selon trois niveaux… une atmosphère singulièrement luxueuse règne à bord de la dernière génération de tracteurs John Deere de la série 8R. Même la documentation commerciale, avec son dos carré et ses pages à onglets, fait entrer les potentiels acquéreurs dans un univers d’apparat. John Deere soigne l’image et l’accueil qu’il réserve à ses clients tout au long de la démarche d’achat. Sans aucun doute, les ingénieurs se sont attachés à apporter un maximum de confort au chauffeur lors du développement de cette nouvelle mouture. Pour faire l’essai du 8R 370, l’avant-dernier modèle de la gamme affichant 407 ch de puissance maximale, nous nous sommes rendus mi-juillet au sein de l’EARL de la Roche Ruffin, à Pamproux (Deux-Sèvres), sur l’exploitation de Thierry et Adrien Chargy. Au premier abord, le 8R en met plein la vue avec ses lignes anguleuses au niveau du capot moteur, des rétroviseurs et du toit de cabine lui conférant un look futuriste pouvant faire penser à un robot. Cette image de modernité est aussi renvoyée par ses signatures lumineuses autour des feux de route, son pack de feux à LED à 360° et ses bandes lumineuses, elles aussi à LED, trônant aux quatre coins de la cabine et faisant office d’éclairage d’accompagnement. Mais le meilleur du 8R se trouve à l’intérieur. Je monte à bord de l’engin afin d’effectuer les premières mesures du test. Je prends la route, direction le pont-bascule de la coopérative locale. L’impression de confort prédomine dès les premiers tours de roues. Le siège optionnel Active Seat II, bien épaulé par la suspension indépendante de pont avant, filtre efficacement les irrégularités de la route. Pour ceux qui en voudraient encore plus, une suspension mécanique de cabine figure au catalogue, mais elle n'est pas compatible avec ce siège haut de gamme. Un paradoxe qui n’en est pas un, selon John Deere, car l’accumulation des deux systèmes d’amortissement serait contre-productive. À l’approche d’une intersection où la visibilité est obstruée par un mur, j’apprécie grandement l’ajout d’une caméra à grand angle, à l’avant du capot moteur, offrant une vue imprenable sur le croisement de routes. Ainsi, je progresse sans la moindre hésitation. Au total, John Deere peut précâbler ou prémonter d’usine jusqu’à quatre caméras tout autour du tracteur.

Le 8R en met plein la vue avec ses lignes anguleuses au niveau du capot moteur, des rétroviseurs et du toit de cabine lui conférant un look futuriste.

 

Un levier sans reproche

1395

Vous avez lu 31 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Profitez de Matériel Agricole en intégralité et gratuitement pendant 1 mois ! 

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Tracteur

New Holland : une cabine connectée pour les T7 HD

Broyage

Un mode Eco/Power pour le broyeur Noremat

Récolte

Le Devastator réduit les pieds de maïs à néant

Pneumatiques

Vredestein : Des pneumatiques adaptés au labour

Innovation

L'ensileuse Claas Jaguar 990 Terra Trac dans la boue

Pneumatiques

Nokian complète son offre de pneus neige pour tracteurs

Parts de marché 2020

Immatriculations 2020 des presses à haute densité

Lemken Solitair 23+

La trémie avance sa polyvalence

Travail du sol

Un groupe de TP soutient Agrowin