Contenu réservé aux abonnés

Essai moissonneuse-batteuseEssai moissonneuse-batteuse Claas Trion 750 : dans le sillage de la Lexion

Essai moissonneuse-batteuse Claas Trion 750 : dans le sillage de la Lexion

Le lancement d’une nouvelle gamme de moissonneuses-batteuses est un événement peu courant. Lorsque Claas m’a convié en Charente pour la découvrir, je me demandais, sur le trajet, quel type de machine j’allais bien pouvoir essayer ! La Trion 750 vient chapeauter la gamme du même nom avec, pour particularité, de larges possibilités de personnalisation. Elle reçoit une cabine revisitée, fondée sur des éléments aperçus sur d’anciens modèles du constructeur allemand.

La Trion 750, avec sa trémie parapluie atteignant 12 000 L et ses 9 m de coupe, est taillée pour avaler les hectares d’un large panel d’exploitations.

En ce milieu de mois de juillet, alors qu'une majorité des agriculteurs et entrepreneurs de l’Hexagone attendent patiemment une accalmie pour continuer voire commencer la moisson, je prends la direction de la Charente, quelque peu épargnée par les intempéries, pour aller à la découverte de la nouvelle gamme de moissonneuses-batteuses Claas Trion. Celle-ci se compose de huit modèles venant se positionner juste sous les Lexion 5000 et 8000. Lors de la présentation organisée par le constructeur, j’ai eu l’occasion d’effectuer un galop d’essai sur le plus gros modèle, à savoir la Trion 750, dans une parcelle de colza. Si la dénomination et l’aspect extérieur semblent se démarquer des autres productions germaniques, l’ouverture des capots et la fiche technique présentent des points communs. Le modèle essayé reprend le concept du système hybride composé de batteurs transversaux et de deux rotors longitudinaux déjà présents sur les Lexion non conventionnelles. Pour la Trion, Claas a repris une grande partie du système de battage des Lexion 700. Le plus gros modèle, la Trion 750, reçoit ainsi le batteur de 600 mm de diamètre pour une largeur de 1 420 mm. Claas conserve le dispositif APS positionné entre la sortie du convoyeur et celle du batteur. La séparation est assurée par deux rotors de 445 mm de diamètre qui profitent désormais de deux ou quatre volets, contre trois sur les anciennes Lexion 700. La future récolte est ensuite nettoyée par le caisson Jet Stream hérité des Lexion 7000. La Trion 750 profite d’une motorisation inédite avec un six-cylindres Cummins de 8,9 L développant 435 ch. L'intervalle d'entretien est allongé à deux saisons pour réduire les coûts de maintenance. J’y accède aisément depuis l’arrière grâce à un large capot ouvrant. Le filtre à air reste accessible sans avoir à ouvrir un capot. Après ce tour du propriétaire, direction la parcelle de colza pour prendre en main la bête. À l’usage, la conduite est similaire à celle des autres modèles du constructeur allemand.

Claas fait désormais appel au motoriste Cummins et à son six-cylindres de 8,9 L pour animer sa Trion 750.

Une cabine inédite

1079

Vous avez lu 34 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Profitez de Matériel Agricole en intégralité et gratuitement pendant 1 mois ! 

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Essai chariots télescopiques

Case IH Farmlift 742 : Sans superflu

Essai tracteur

Essai John Deere 6120M AutoPowr : Boule de nerfs

Essai tracteur

Vidéo essai tracteur Case IH Vestrum 120 CVXDrive

Essai tracteur

Essai John Deere 6120M : le point technique

Essai tracteur

Essai John Deere 6120M : Les mesures

Essai chariots télescopiques

JCB 542-70 Agri Xtra : Une transmission polyvalente

Pièces d’usure

Une offre pour machines anciennes chez Claas

Essai chariots télescopiques

Kramer KT457 : L’outsider aguerri

Matériels de fenaison

Des andaineurs Claas pour chantiers intensifs