Contenu réservé aux abonnés

Essai Essai chargeuse à bras télescopique Kramer KL 35.8 T : Le point technique

Essai chargeuse à bras télescopique Kramer KL 35.8 T : Le point technique
(© F.P. / H.E. )

Kramer fait appel à des fournisseurs connus

La mécanique de la chargeuse Kramer KL 35.8 T repose sur des éléments largement répandus dans cette catégorie de machines. Ainsi, l’on retrouve sous le capot le moteur Deutz AG de 3,6 L, développant 100 ch (en option). Ce quatre-cylindres anime également un grand nombre de chariots télescopiques du marché. La dotation standard se contente d’un bloc de 2,9 L, offrant 75 ch. Ces deux moteurs répondent au seuil d’émission Stage V avec un filtre à particules (FAP), une vanne de recirculation des gaz (EGR), un catalyseur d’oxydation (DOC) et un dispositif de réduction sélective des NOx (SCR). Les composants hydrauliques et la transmission hydrostatique proviennent du constructeur Danfoss. Celle-ci embarque une pompe à cylindrée variable dont le plateau incliné à 45° délivre un maximum de couple. Le spécialiste Carraro fournit pour sa part les ponts mécaniques. Chacun reçoit un disque de frein au niveau de l’arbre d’entraînement de son différentiel. Le frein de parc se matérialise sous la forme d’une commande mécanique.

Les radiateurs, placés sur le flanc droit du compartiment moteur, se déplient en portefeuille afin de faciliter leur nettoyage.
Le filtre à air s’avère bien placé et rapidement accessible en ouvrant la trappe perforée d’aérations, ici à gauche de l’image.
Le coupe-circuit, à commande manuelle, se trouve dans le compartiment moteur, au plus près du démarreur.

Visibilité à 360°

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Manutention agricole
Immatriculations 2022
Essai matériel de manutention
Manutention
Chariots télescopiques

Kramer : plus de visibilité sur le côté droit