Essai chargeuse à bras télescopiqueKramer KL 35.8 T : Le point technique

Kramer KL 35.8 T : Le point technique

Kramer fait appel à des fournisseurs connus

La mécanique de la chargeuse Kramer KL 35.8 T repose sur des éléments largement répandus dans cette catégorie de machines. Ainsi, l’on retrouve sous le capot le moteur Deutz AG de 3,6 L, développant 100 ch (en option). Ce quatre-cylindres anime également un grand nombre de chariots télescopiques du marché. La dotation standard se contente d’un bloc de 2,9 L, offrant 75 ch. Ces deux moteurs répondent au seuil d’émission Stage V avec un filtre à particules (FAP), une vanne de recirculation des gaz (EGR), un catalyseur d’oxydation (DOC) et un dispositif de réduction sélective des NOx (SCR). Les composants hydrauliques et la transmission hydrostatique proviennent du constructeur Danfoss. Celle-ci embarque une pompe à cylindrée variable dont le plateau incliné à 45° délivre un maximum de couple. Le spécialiste Carraro fournit pour sa part les ponts mécaniques. Chacun reçoit un disque de frein au niveau de l’arbre d’entraînement de son différentiel. Le frein de parc se matérialise sous la forme d’une commande mécanique.

Les radiateurs, placés sur le flanc droit du compartiment moteur, se déplient en portefeuille afin de faciliter leur nettoyage.
Le filtre à air s’avère bien placé et rapidement accessible en ouvrant la trappe perforée d’aérations, ici à gauche de l’image.
Le coupe-circuit, à commande manuelle, se trouve dans le compartiment moteur, au plus près du démarreur.

Visibilité à 360°

Comme pour la plupart des chargeuses, la visibilité est un point fort de la KL 35.8 T. La position de conduite élevée, le pare-brise plongeant et la console abaissée permettent une excellente vision sur l’outil posé au sol. Rien ne vient non plus entraver celle-ci lors de la montée du bras. L’indicateur de charge est positionné à droite du tableau de bord, plutôt que dans le montant de cabine, comme c’est le cas dans les chariots télescopiques. Le constructeur s’est également attaché à dégager le champ de vision vers l’arrière en décalant le pot d’échappement vers la gauche, étant donné que le conducteur se retourne généralement vers sa droite. Celui-ci profite du confort procuré par le siège à suspension pneumatique. Le joystick lui tombe sous la main, positionné au bout de l’accoudoir solidaire du siège. La climatisation figure parmi les options disponibles. Les rangements disposés à gauche du siège offrent un volume de stockage appréciable.

L’afficheur monochrome au centre du tableau de bord réunit les principales informations concernant le moteur et la transmission.
La partie arrière de l’accoudoir accueille les commandes de pompage continu, ainsi que les potentiomètres d’avancement lent et de régime moteur.
De chaque côté du tableau de bord, les interrupteurs sont disposés de façon logique, avec des couleurs permettant de les identifier rapidement.

Du débit pour les outils

En standard, la chargeuse KL 35.8 T profite d’un débit hydraulique de 90 L/min. Notre modèle d’essai bénéficie de l’option Power Flow, faisant grimper cette valeur à 120 L/min. Il comporte, à la base de son bras télescopique, des raccords hydrauliques autorisant l’alimentation d’outils nécessitant un important débit. La déconnexion des prises de la troisième fonction se voit facilitée par le bouton commandant la décompression du circuit, placé au bout du bras. Un nouveau tablier, disponible prochainement, comportera l’alimentation de la troisième fonction, dont le raccordement s’opérera simultanément au verrouillage hydraulique de l’outil, sans descendre de la cabine. La chargeuse accède en option à un crochet ramasseur. Elle propose un double circuit de freinage hydraulique, ou éventuellement pneumatique. Le réservoir de l'huile dédiée aux fonctions hydrauliques prend place entre la cabine et le moteur, afin de générer un contrepoids naturel.

L’option Power Flow comprend ces connexions additionnelles permettant de délivrer un important débit aux outils.
La commande de décompression du circuit de troisième fonction, idéalement placée, facilite la connexion et la déconnexion.
L’optionnel système de graissage centralisé, installé d’usine, distribue le lubrifiant partout sur la machine, y compris jusqu’aux axes du tablier.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Essai tracteur

Claas Axion 850 Cemos : J'ai économisé 18 % de GNR

Essai tracteur

Claas Axion 850 Cemos : le point technique

Essai chargeuse à bras télescopique

Kramer KL 35.8 T : Elle joue la différence

Bilan 2021

Retour à la normale pour Wacker Neuson Group

Essai tracteur
Essai tracteur
Essai tracteur

Essai Massey Ferguson 5S.125 : passage au banc et mesures

Essai tracteur