Machines, piècesLes délais s’allongent chez les concessionnaires

Anne Fradier, secrétaire générale, et Loïc Morel, président du Sedima depuis ce printemps.
Anne Fradier, secrétaire générale, et Loïc Morel, président du Sedima depuis ce printemps.

La dernière enquête de conjoncture menée par le Sedima place les délais de livraison au centre des préoccupations des concessionnaires.

En machines agricoles comme en matériels d’espaces verts, neuf concessionnaires sur dix se disent confrontés à des retards de livraison. Ils sont huit sur dix à connaître les mêmes difficultés pour les pièces détachées. Cette problématique des délais de livraison est le souci numéro un relevé lors de la dernière enquête de conjoncture du Sedima, menée auprès de ses adhérents entre le 7 et le 17 juin. « Toutes les marques sont concernées, précise Loïc Morel, le nouveau président du Sedima. Pour la plupart des commandes de machines, les délais sont au-delà de six mois. Certains matériels repris restent donc en ferme et continuent de travailler. Nous incitons les agriculteurs à bien les entretenir. Il existe aussi des cas où les matériels sont repris et revendus. Le concessionnaire doit donc trouver une solution de prêt en attendant la livraison de la machine neuve. »
Sur ces délais de livraison, se greffe le souci numéro deux chez les concessionnaires : l’évolution du prix des matériels : « Avec la hausse du prix des matières premières et des composants, nous comprenons que les matériels et les pièces augmentent. Toutefois, il y a des manières pas très délicates d’appliquer les hausses chez certains constructeurs. Certains anticipent, d’autres appliquent une hausse parfois conséquente entre la commande et la livraison. »  Toujours selon l’enquête du Sedima, 98% des concessionnaires agricoles et 88% des distributeurs de matériels d’espaces verts se disent impactés par ces hausses.
La situation de la trésorerie reste malgré tout correcte. 64% des concessionnaires agricoles la jugent normale. Cela s’explique entre autres par un premier semestre où l’activité a été soutenue. Toutes machines confondues, les concessionnaires agricoles font état d’une hausse de 10% des prises de commandes en neuf comme en occasion. Toutefois, en régions viticoles et fruitières, les distributeurs subissent l’impact des événements climatiques du printemps. Ils estiment entre 10 et 20% la baisse des commandes, tant en matériels neufs qu’en occasions. Par ailleurs, le premier semestre a également été porteur pour les ventes de pièces en magasin. 67% des concessionnaires ayant répondu à l’enquête les jugent en hausse et 26%, stables. Ressenti identique pour les prestations à l’atelier : 64% des sondés évoquent une hausse et 27%, une stabilité.
L’optimisme reste de rigueur pour le second semestre, mais avec une tendance moins accentuée. En matériels agricoles, les concessionnaires tablent sur une hausse de 4 à 6% des prises de commandes en neuf comme en occasion. L’activité en pièces et à l’atelier devrait suivre la même tendance, avec une progression, elle aussi estimée entre 4 et 6%.

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Carburants alternatifs

JCB mise sur l’hydrogène

Nominations
Tama

Des ficelles mieux recyclées

Véhicules agricoles

Un configurateur en ligne chez Joskin

Dialogue social

10 000 travailleurs en grève chez John Deere

Pénurie de composants

CNH met des usines à l’arrêt

Arrachage de betteraves

Cure de jouvence pour les automotrices Moreau et Matrot

Agroéquipements

La pénurie de composants casse la dynamique

Matériels de fenaison

Roc rejoint Kverneland