Contenu réservé aux abonnés

Economie circulaireLa valeur de la deuxième chance chez Maneko

La valeur de la deuxième chance chez Maneko
(©D.L.)

Appartenant au même groupe que Noremat, la société Maneko a été créée fin 2020 pour industrialiser le reconditionnement de débroussailleuses et valoriser les pièces d’occasion. L’entreprise propose aussi des prestations de rénovation pour d’autres matériels.

Favoriser le réemploi et limiter le gaspillage, telle est la philosophie de la société Maneko, créée en fin d’année 2020. Installée à Toul, en Meurthe-et-Moselle, elle est une filiale d’Actibac, à l’instar de Noremat, la marque phare de ce groupe familial spécialisé dans les matériels d’entretien de voirie. « Nous avions depuis longtemps un département occasions chargé de valoriser les machines reprises chez nos clients, commente Guillaume Laurent, le responsable marketing de Noremat. Cette activité prenait chaque année un peu plus d’importance et, en parallèle, de nombreuses actions liées au développement durable émergeaient dans différents domaines autour de nous. La direction de Noremat a donc souhaité créer Maneko afin d’industrialiser la rénovation des machines d’occasion et de mettre en place une filière pour des pièces de rechange provenant de matériels réformés. »

Réhabilitation et lutte contre le gaspillage

Réagir à cet article

Les dernières annonces de matériel agricole d'occasion

Sur le même sujet

Moteurs

Un 18 litres de 900 chevaux chez John Deere

Thierry Krier, président Cema et Kuhn
Hautes technologies

Kubota investit dans la qualité des fruits

Numérique

Lemken parie sur l’intelligence artificielle

Résultats exercice 2021-2022

John Deere prend le large

Résultat troisième trimestre d’exercice

L’Amérique soutient la croissance d’Agco

Résultat troisième trimestre d’exercice

Les commandes se tassent pour CNH Industrial

Technologies de rupture

L’evol-E de Dintec démontre ses possibilités

Pneumatiques agricoles

CEAT monte en gamme